Le LEM du Sentier des Fées

Publié le par Jean-Louis Schmitt

De retour de ses chères Alpes, Etienne nous en ramène une image pour le moins insolite, celle d’un LEM (Lunar Excursion Module), maquette venue enrichir les œuvres du célèbre Sentier des Fées  dans la Vallée de Crévoux !

Le sentier des fées s'est enrichi de quelques œuvres (principalement dédiées à l'action de l'homme sur la nature) dont cette maquette… Photo : EF (Cliquez pour agrandir)

Le sentier des fées s'est enrichi de quelques œuvres (principalement dédiées à l'action de l'homme sur la nature) dont cette maquette… Photo : EF (Cliquez pour agrandir)

« Si on regarde bien, on voit trainer sous le LEM un sac-poubelle, deuxième grand pas de l'humanité... C'est cet aspect que l'artiste a voulu relever en installant son œuvre. » E.F.

 

Apollo 11: la première photo prise sur le Lune est celle... d’un sac-poubelle

 

Au total, les six missions Apollo auront laissé derrière elles des centaines de kilos de «déchets», recensés dans un catalogue publié par la Nasa en 2012.

C’est un moment historique. Neil Armstrong pose le pied sur la Lune.

Pour la postérité, il lâche ces quelques mots, soigneusement préparés: «It’s a small step for [a] man, but a giant leap for mankind» (en français: «C’est un petit pas pour l’homme mais un bon de géant pour l’humanité»). Puis il prend son appareil photo et immortalise l’instant en prenant un cliché... d’un sac-poubelle.

On en déduit que la première chose que les astronautes de la mission Apollo 11 ont fait en sortant de leur capsule, c’est donc de jeter leurs ordures à la surface. À leur décharge (sans mauvais jeu de mots), les astronautes devaient probablement vouloir se débarrasser au plus vite de leurs déjections qui devaient empester l’habitacle. Cela fait en effet plus de quatre jours que Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins (resté en orbite) partagent un habitacle extrêmement réduit, sans douche ni toilettes. Imaginez un vestiaire de gymnase sans aération depuis quatre jours et dont les sanitaires sont bouchés et vous aurez une petite idée de l’enfer olfactif dans lequel ils vivaient.

Ce «jettison bag» devait ainsi contenir, entre autres, des «sacs à fèces», un dispositif en plastique transparent qui se colle aux fesses et permet de faire ses besoins en apesanteur à peu près proprement. Rappelons que lorsqu’ils sont dans leurs scaphandres, les astronautes portent carrément des couches pour faire leurs besoins, encore aujourd’hui. Pas très glamour, reconnaissons-le.

Mais au-delà de l’anecdote, cette question des déjections n’est pas si anodine. En 1967, un traité onusien sur l’exploration spatiale rappelle que tous les membres de l’organisation internationale, dont les États-Unis font évidemment partie, doivent s’assurer d’éviter «toute contamination nocive de l’espace et des corps célestes». Or les déjections fécales contiennent de nombreux microbes. De la vie, en somme.

Les instruments laissés sur place par les astronautes de la mission Apollo 16. Photos : NASALes instruments laissés sur place par les astronautes de la mission Apollo 16. Photos : NASA

Les instruments laissés sur place par les astronautes de la mission Apollo 16. Photos : NASA

Peu de chances que les micro-organismes aient survécu à leur séjour prolongé sur la Lune, bombardée en permanence par les rayons cosmiques, mais on ne sait jamais. Des scientifiques réfléchissent très sérieusement à récupérer ces «échantillons» et à les faire revenir sur Terre pour les étudier. Ce qui a conduit Buzz Aldrin à répondre avec humour début avril à un long article sur le sujet posté sur le média Vox…

 

Autre problématique, celle de la préservation des sites Apollo. Les six missions ont laissé sur place des centaines d’objets, instruments (et 96 sacs de ces sacs-poubelles hightech). Cinq des six drapeaux américains sont encore en place. Faut-il préserver les sites en l’état comme vestige d’un patrimoine mondial commun? Ou les nettoyer? Les sites des expériences déployées par les missions Apollo 16 et 17 ont des petits airs de décharges à ciel ouvert...

Un catalogue publié par la Nasa en 2012 -disponible ici- recense tous les objets qui ont été laissés sur place. Et il y a en a beaucoup...

 

Le Figaro (08.07.2019)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kimcat 08/09/2019 16:41

Un sujet auquel on ne pense guère. Il est intéressant de le souligner...
On a donc "salopé" la Lune...
J'ai lu les commentaires... Tout cet argent dépensé pour conquérir l'espace... Alors qu'une partie de l'humanité vit dans la misère...

dominique 08/09/2019 12:44

Je comprends ce dernier commentaire, mais suis plutôt d'accord avec Zoé et Claire; il y a tant de misère sur Terre et de dégâts...que les milliards devraient servir plutôt à rendre la vie meilleure pour tous!.... Mais je n'ignore pas que les milliards, par ailleurs sujets à être accaparés au passage par les ultra riches, ne suffisent pas et qu'il faut une volonté: citoyenne, elle existe, et politique.....
Quant à l'oeuvre d' Art, pourtant ouverte à l'évolution de tous les arts et appréciant parfois ce genre de création, moi aussi la trouve incongrue ici, le paysage se suffisant à lui-même !

Jpl 08/09/2019 10:47

Voir une maquette du LEM dans les Alpes me paraît bien déplacé. Je suis néanmoins peu inquiet de la décharge lunaire car je ne peux écarter l’hypothèse que la conquête spatiale soit pour l’humanité un moyen de s’en sortir à très long terme tout en étant conscient qu’il est peut-être déjà trop tard. Ok pour les milliards dépensés, mais il faut aussi voir que ces missions lunaires ont apporté énormément sur la miniaturisation des composants électroniques, l’informatique…etc, et que sans cela ce blog n’existerait probablement pas. Il ne faut pas oublier que le premier « internet » a été créé pour partager des données entre scientifiques. Ce n’est certes pas une raison pour polluer la lune mais faut-il re dépenser des milliards pour aller nettoyer ?
Je suis 100 000 fois plus dégoûté par le comportement de nos grosses fortunes et tout ceux qui y contribuent pour ravager la planète.
L’homme, par nature, est né explorateur et cela le sauve et l’a sauvé, par la découverte de nouvelles terres, tout à « merdé » à partir du moment où il est devenu consommateur, la lune n’y est pas pour grand chose.

Claire 08/09/2019 10:17

Merci à vous d'avoir évoqué ce problème des déchets qu'on est allé déposer sur la Lune : tout cela est scandaleux ! Comme le souligne Zoé : le coût de ces vols -et tout ce qu'on ignore- est invraisemblable alors que, en effet, une partie de l'humanité meurt de faim et ç risque non pas de s'arranger mais, au contraire de s'aggraver dans les années à venir ! Alors, oui, on détruit notre belle planète et, en plus, comme le dit Jean-Louis, on "salope" allègrement l'espace ! Je me sens vaguement honteuse...

Zoé 08/09/2019 08:39

Tout cela serait seulement risible si ce n'était les sommes extravagantes que ces voyages ont coûté alors qu'une grande partie de l'humanité vit dans la misère et la pollution et que depuis des dizaines d'années les scientifiques alertent sur l'état de la planète . Rostand citant Chamfort disait que la conquête spatiale c'était " avoir des dentelles avant d'avoir des chemises " Il n'avait pas pensé que ce serait aussi avoir des déchets , moins joli comme métaphore!

Jacky 08/09/2019 07:59

Le cinquantenaire du premier pas sur la lune a donné lieu à beaucoup de reportages. Les déchets ne semblent pas avoir été évoqués . Merci pour cet article pourtant naturel.....

domi 08/09/2019 05:59

un sujet prosaïque mais on ne peut méconnaître les réalités organiques
quant à l'oeuvre d'art je ne la trouve pas à sa place

Jean-Louis 08/09/2019 05:58

L’humain, être génial a plus d’un titre, peut se targuer d’avoir, en quelques siècles seulement -autant dire rien à l’échelle cosmique- totalement salopé sa belle planète ! Non content de cela, il a également entrepris de poursuivre son œuvre au-delà… L’espace se trouve ainsi truffé de déchets de toutes sortes et la Lune où il n’a pourtant fait que mettre brièvement ses pieds… Le pire c’est qu’il continue !
Merci à Etienne de m’avoir tendu la perche pour aborder ce sujet peu glorieux pour notre espèce !