Mobilisons-nous pour soutenir les lâchers d'ours !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le gouvernement consulte le public sur le lâcher de deux ourses en Pyrénées occidentales : les associations appellent à participer massivement.

Ours brun. Photo : JLS

Le Ministère de l'Ecologie vient de lancer la consultation du public obligatoire sur son projet de lâcher deux ourses en Béarn, comme annoncé par Nicolas Hulot le 26 mars 2018. Les associations Pays de l'Ours - Adet & Ferus appellent toutes les personnes favorables à la protection de l'ours dans les Pyrénées à y participer, en commençant leur texte par : "Je suis favorable au lâcher de deux ourses en Pyrénées occidentales à l'automne 2018." et à personnaliser leur message avec les arguments qui leur tiennent à cœur.

C'est la dernière ligne droite avant les lâchers, mobilisons-nous !

Le succès de la précédente consultation publique sur l'ours, en Février-mars 2017, avait permis d'obtenir l'annonce des lâchers, le succès de cette consultation qui commence sera déterminant pour soutenir ces lâchers contestés par une opposition bruyante et agissante, mais minoritaire.

 

La consultation se termine aujourd’hui 25 juillet 2018 et se fait via internet, à cette adresse : http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr/Politiques-publiques/Cadre-de-vie-eau-environnement-et-risques-majeurs/Consultation-du-public/Demande-d-autorisation-d-introduction-de-deux-ourses-dans-les-Pyrenees-Atlantiques

Accès direct au formulaire pour donner votre avis : https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/DEPOSER-I.awp?P1=EP18276

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jpl 25/07/2018 18:51

Je suis pour la réimplantation des ours mais je pense aussi que ce n’est pas une priorité et malheureusement comme trop souvent en politique une annonce en trompe l’oeil pour que l’on s’imagine qu’il y a une bonne prise en compte des problèmes écologiques...alors on fait du spectaculaire!
Je suis donc tout de même pour car au moins on parle avec ce sujet de la cause animale.
Je préfèrerais que l’on s’occupe des abeilles, de la pollution, du réchauffement etc…allez mr Hulot, cesser donc d’utiliser les méthodes de la vieille politique que l’on nous ressert sans arrêt, cessez d’obéir aux ordres, agissez pour de vrai, pas pour de faux!

dominique 25/07/2018 19:31

On se rejoint Jean-Louis, justement j'avais oublié de dire que cette action me rappelle celle des chasseurs entre autres qui ont détruit l'équilibre naturel et prétendent le restaurer en tuant !
Et je rejoins aussi le dernier intervenant, Hulot a tant à faire, pour les abeilles d'abord mais dans d'autres domaines vitaux sans aller enquiquiner des ours qui ne lui ont rien demandé, pour redorer son blason, qui a bien terni depuis son ralliement à Macron, car c'est est un ce poste de ministre accepté .....pour ne pas changer grand chose.
Et puis c'est vrai, nous aimons les loups aussi , au lieu de les tuer "légalement" mais ignominieusement, on devrait obliger les éleveurs que je comprends ainsi que leurs brebis à changer de mode de protection, des parcs "inviolables" même si déplaçables, vivre près des brebis et les rentrer la nuit dans des abris de montagne bien clos, des chiens Patou et que sais-je encore !!!
C'est là encore l'animal qui est sacrifié au refus de l' Homme de s'adapter; les éleveurs qui permettent aux bêtes de vivre la vraie vie, paître dans la nature, il faut les soutenir mais pas à n'importe quel prix!
Je viens de lire que dans un pays scandinave on n'a pas le droit de tuer une mère ourse accompagnée de petits alors que si seule oui; alors elles l'ont compris et gardent leurs petits plus longtemps auprès d'elles; une intelligence, une sensibilité, un choix de vie que nous devons respecter; alors celles qu'on va transplanter, avec cette sensibilité fine, elles vont être déboussolées!

kimcat 25/07/2018 13:42

Oui mobilisons-nous !

dominique 25/07/2018 12:28

Pour une fois je ne suis pas d'accord avec vous Jean-Louis, implanter ces ours c'est leur garantir d'être tués par chasseurs ou éleveurs; et puis le respect que nous avons pour les animaux vous et moi , égal à celui que nous avons pour les humains, me rappelle que nous n'avons pas le droit d'imposer nos points de vue d'humains aux autres. S'ils vivent là où ils sont c'est qu'ils le veulent et y sont bien. L'être humain veut tout contrôler....et il le fait souvent si mal. Ces ours ne demandent rien. Qu'on leur fiche la paix!

Jean-Louis 25/07/2018 19:03

Chère Dominique,
Même réponse qu'à Domi (voir plus bas) ! Toutefois, je suis en partie d'accord avec vous quant au fait que, nous autres humains, imposons notre volonté à toutes les autres créatures ce qui se solde effectivement par des fiascos retentissants ! On peut ne pas être d'accord sur le relâcher d'ours capturés ailleurs pour être introduits chez nous (et, de fait, servis en pâture aux braconniers et autres anti du coin…), cela dit, si on laisse les choses en l’état, il est probable que l’actuelle population ursine n’y survive pas car trop peu nombreuse pour avoir de réelle chance de se reproduire… Ne serait-il pas temps de laisser enfin un peu de place dans nos montagnes à ces animaux qui y vivaient déjà bien avant l’apparition de ce genre humain ?

Jean-Louis 25/07/2018 11:44

Participation à cette consultation effectuée... in extremis !

domi 25/07/2018 11:37

Protéger les espèces présentes, c'est bien les réimplanter alors qu'elles posent des problèmes aux gens du terroir et contre leur avis, ça l'est moins. J'y vois une application doctrinaire inutile, mieux vaut agir pour préserver l'existant et des milliers d'espèces peu spectaculaires mais indispensables, que de rajouter des ours qui vont provoquer l'ire des bergers dont les troupeaux entretiennent le milieu naturel et les pelouses des alpages

Jean-Louis 25/07/2018 18:43

A chacun son opinion ! Personnellement, je pense qu’il y a de la place pour tout le monde y compris pour des grands prédateurs comme le loup, l’ours, le lynx… Mais, pour cela, il faudrait beaucoup de bonne volonté ce qui est loin d’être le cas ! Pour ce qui est des bergers : d’abord, il n’y en a plus guère mais, très souvent, d’énormes troupeaux livrés à eux-mêmes (et donc aux prédateurs) ensuite, il y a pire concurrent que l’ours (ou le loup…), c’est le mouton néo-zélandais qui est bien meilleur marché sur les étals et qui tue littéralement les éleveurs locaux…

jo 25/07/2018 18:01

c'est sympa, mais la vie des bergers est déjà assez difficile pour ne pas leur
compliquer encore plus leur tâche, ainsi que les loups
a plus
jo