Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Troisième et dernier volet de la balade proposée par Sandrine et Luc avec, aujourd’hui, la découverte du Jardin Botanique Alpin Chanousia…

« Au Col du Petit Saint Bernard (2 188 m d’altitude) nous avons visité le Jardin Botanique Alpin Chanousia du nom de son fondateur l’abbé Pierre Chanoux passionné de botanique et qui dirigea l’Hospice du Petit-Saint-Bernard de 1860 à 1909… De nombreuses espèces de la flore alpine sont ici répertoriées qui plus est : dans un cadre magnifique ! » Sandrine. Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)
« Au Col du Petit Saint Bernard (2 188 m d’altitude) nous avons visité le Jardin Botanique Alpin Chanousia du nom de son fondateur l’abbé Pierre Chanoux passionné de botanique et qui dirigea l’Hospice du Petit-Saint-Bernard de 1860 à 1909… De nombreuses espèces de la flore alpine sont ici répertoriées qui plus est : dans un cadre magnifique ! » Sandrine. Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)« Au Col du Petit Saint Bernard (2 188 m d’altitude) nous avons visité le Jardin Botanique Alpin Chanousia du nom de son fondateur l’abbé Pierre Chanoux passionné de botanique et qui dirigea l’Hospice du Petit-Saint-Bernard de 1860 à 1909… De nombreuses espèces de la flore alpine sont ici répertoriées qui plus est : dans un cadre magnifique ! » Sandrine. Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)« Au Col du Petit Saint Bernard (2 188 m d’altitude) nous avons visité le Jardin Botanique Alpin Chanousia du nom de son fondateur l’abbé Pierre Chanoux passionné de botanique et qui dirigea l’Hospice du Petit-Saint-Bernard de 1860 à 1909… De nombreuses espèces de la flore alpine sont ici répertoriées qui plus est : dans un cadre magnifique ! » Sandrine. Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)

« Au Col du Petit Saint Bernard (2 188 m d’altitude) nous avons visité le Jardin Botanique Alpin Chanousia du nom de son fondateur l’abbé Pierre Chanoux passionné de botanique et qui dirigea l’Hospice du Petit-Saint-Bernard de 1860 à 1909… De nombreuses espèces de la flore alpine sont ici répertoriées qui plus est : dans un cadre magnifique ! » Sandrine. Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)

Le Jardin botanique alpin Chanousia

“Chanousia” doit son nom à son créateur, l’abbé Pierre Chanoux, recteur de l’Hospice de l’Ordre Mauricien, qui le fonda en 1897. Le jardin acquit une renommée internationale et parvint à cultiver plus de 4 000 espèces alpines provenant du monde entier. Abandonné en 1940 à cause de la guerre et se trouvant sur le territoire donné à la France, pendant longtemps, il fut impossible de le reconstruire ainsi la plupart des plantes cultivées furent suffoquées par la végétation spontanée. Vers la moitié des années 1970, grâce à l’intérêt que la Société de la Flore Valdôtaine, la Société d’Histoire Naturelle de la Savoie et plusieurs botanistes témoignèrent au jardin, une association internationale fut créée, qui s’occupe de la gestion du jardin. Les travaux de reconstruction commencèrent en 1976.

Les espèces végétales se trouvent dans un coin écologique (roches calcaires, moraines siliceuses, tourbière, berges des ruisseaux etc.) correspondant à leurs besoins et sont regroupées dans les collections les plus récentes selon leurs origines géographiques. Les conditions climatiques difficiles et la brièveté de la période de végétation (3 mois) déterminent le choix des espèces cultivées qui proviennent en grande partie des plaines alpines et nivales. La période de floraison la plus importante a lieu de fin juillet à mi-septembre. Actuellement, plus de 1 600 espèces de plantes alpines y sont cultivées. Récemment, le bâtiment qui accueille un petit musée des souvenirs de l’abbé Chanoux a été réparé ainsi que les locaux qui hébergent les chercheurs en botanique alpine.

Même s'il se trouve en territoire français, le jardin botanique Chanousia appartient à l'Ordre de Saint-Maurice et à la commune de La Thuile.

Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)
Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)
Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)
Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)
Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)
Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)Carte postale de… la Vallée de la Haute Tarentaise (3)
Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)
Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)

Photos : Luc Haettel (Cliquez pour agrandir)

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Josée 01/08/2018 05:50

Très jolie découverte avec encore, en cette fin juillet, de nombreuses fleurs...
Je partage à mon tour !
Et merci pour ce beau blog qui nous fait voyager...

Cléo 01/08/2018 00:16

C'est un beau partage ! Merci ! Bises et bonne journée.

Jacky 31/07/2018 08:19

Ce jardin est intéressant. A quelle altitude est il situé?

Jean-Louis 31/07/2018 08:31

Comme le précise Sandrine, il est à 2 188 m !

Jpl 31/07/2018 08:09

Oui très belles images de ces montagnes qui restent très attirantes, très fleuries et très vivantes à la belle saison!

Jean-Louis 31/07/2018 05:45

Toujours de belles photos (merci Luc !) ce qui est bien le moins pour ce lieu d'exception !

domi 31/07/2018 05:44

j'ai déjà vu des jardins d'altitude, par exemple dans les Vosges ; ça démontre que la biodiversité a parfois besoin de la main humaine

Jean-Louis 01/08/2018 05:48

Je pense au contraire que la biodiversité aurait surtout besoin que l'animal humain prenne conscience du danger qu'il représente pour toutes les autres espèces (animales et végétales) ainsi que pour les biotopes qu'il détruit sans état d'âme et sans le moindre égard pour ceux qui suivront ! Bien sûr, il y a eu et il y a toujours des êtres extraordinaires qui ont été (et réussi...) de sauvegarder ce qu'il pouvaient ! On ne peut que s'incliner devant eux et, lorsque l'occasion s'en présente -comme ici, avec le Jardin botanique Chanousia- admirer ces merveilles de la nature !