NDDL, EPR, CIGEO, GCO*… et autres projets démesurés et surtout inutiles !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Après l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes, tout n’est évidemment pas réglé sur place ! Subsiste en effet l’épineuse question de l’évacuation de la ZAD et, autre grande inconnue, le devenir de ce territoire que l’on verrait bien revenir à sa vocation première : l’activité agricole…

Photo : Internet

Loin de faire l’unanimité, la décision d’abandonner ce projet fort contesté depuis sa genèse (il y a 50 ans tout de même…) n’en demeure pas moins historique ! Face à un projet d’aménagement considérablement destructeur, nombreux ont été ceux qui, inlassablement, se sont mobilisés contre ce qu’ils considéraient comme une aberration et un gouffre financier… Finalement entendus, on ne peut que saluer la détermination et la persévérance de ces « zadistes » mais aussi de l’ensemble de ceux qui n’ont jamais accepté que l’on sacrifie ces bonnes terres pour un nouvel aéroport aussi disproportionné qu’inutile !

Il en aura néanmoins fallu de l’opiniâtreté pour ne pas céder durant ce long et épuisant bras de fer contre les institutions dans ce qui demeurera désormais comme un combat écologique exemplaire ! Exemplaire comme le fut, en son temps, la « lutte du Larzac », mouvement de désobéissance civile et non-violente s’opposant à l’extension d’un camp militaire… Quoique sans commune mesure en ce qui concerne la durée (démarré en 1971 –alors que le projet de NDDL était déjà sur les rails- le conflit du Larzac n’aura pris « que » dix ans) il y a néanmoins certaines similitudes entre les deux luttes : ainsi, en particulier cette formidable mobilisation qui n’a, malgré l’usure du temps, jamais vraiment faiblie !

Et maintenant ? NDDL c’est fini ! Erreur… N’y voyons pas une fin mais plutôt le début d’autre chose qui reste totalement à imaginer et à construire ! La véritable victoire du conflit de NDDL serait l’émergence d’un nouveau monde qui romprait définitivement avec le précédent. Un monde où l’on prendrait enfin conscience qu’il nous faut cesser avec notre manière frénétique de consommer encore et toujours plus tandis que, tout près, d’autres continuent de crever à petit feu… Un monde où la fraternité ne serait pas qu’un simple vocable fièrement exhibé au fronton des bâtiments publics mais où la main tendue à l’autre, à l’étranger, au migrant, au voisin… serait comme de juste la règle ! Un monde d’où l’on bannirait enfin toute cette chimie qui stérilise durablement nos sols et détruit, doucement mais sûrement, toute vie susceptible de nuire aux profits des multinationales de l’agro-alimentaire en ruinant de surcroît au passage ceux qui n’ont pas su –ou pas voulu- se passer de ces poisons ! Un monde où l’on cesserait de s’en prendre violemment aux bêtes pour s’en nourrir, s’en divertir, s’en amuser ! Un monde où, au lieu de construire des aéroports, des routes, des autoroutes… et des avions bien sûr, un monde dont, au lieu de détruire l’environnement, le climat… et les hommes, on en ferait un éden, un véritable paradis digne de ce nom !

Ce monde, bien évidemment, est totalement utopique et, pour le coup, ne verra probablement jamais le jour ! Des individus pas vraiment bien intentionnés, y veillent farouchement… Vous voulez des preuves ? Mais, il suffit d’ouvrir les yeux, de regarder autour de soi pour constater combien le mal est durablement installé, vautré dans un bien-être, une béatitude qui ne souffre aucun écart ! Pour ces impitoyables nuisibles, NDDL n’est en fait qu’un très « mauvais exemple », une lamentable erreur de jugement qu’il convient de réparer au plus vite ! Pour ce faire, on va derechef et sans tarder se consacrer aux autres « grands » projets en cours –et il n’en manque pas !- afin de laver cet abominable affront, cette épine dans le pied que constitue ce lamentable échec que d’insolents oisifs se plaisent à considérer ni plus, ni moins comme une « victoire » !

Oublions donc et vite ce malheureux épisode NDDL et concentrons-nous sur ce qui nous reste de beau et de grand à réaliser : l’EPR de Flamanville par exemple qui, malgré les retards accumulés (démarré en 2007, il était prévu quelques cinq années de travaux pour une « livraison » donc en 2012. Depuis, les difficultés n’ont cessé de s’accumuler, retardant l’échéance à 2014 puis 2016 et, enfin, 2018…), les nombreuses et inquiétantes malfaçons et un budget littéralement explosé (estimé à 3,3 milliards d’euros en 2005, on atteint déjà les 10,5 milliards actuellement et ce n’est pas fini…), sera, n’en déplaise aux grincheux, le « fleuron » de notre savoir-faire en matière de nucléaire !

Par ailleurs, ne perdons plus de temps en vaines tergiversations et, puisqu’il faut bien se débarrasser d’une manière ou d’une autre des déchets radioactifs, accélérons l’implantation de ce merveilleux CIGEO -laboratoire de recherches scientifiques souterrain- dans le petit village de Bure ! Il y a certes là-aussi quelques « zadistes » bien implantés, d’affreux empêcheurs de creuser tranquille en rond mais, quelques charges de « forces de l’ordre » rondement menées au nom de la sacro-sainte « sécurité nationale », devraient rapidement nettoyer la zone et permettre, pour la modique somme de quelques 35 milliards d’euros de mener à bien ce chantier véritablement pharaonique… dont la fin des travaux est prévue pour 2156 ! Alors, enfin, ni vu, ni connu, on pourra se libérer du fardeau que sont les déchets nucléaires dont, pour l’heure on ne sait que faire ! (A propos du centre d'enfouissement de Bure, lire également ici).

Autre grand projet à mener à bien avant que ne débarquent les hordes de zadistes bientôt délogés de NDDL où leur présence ne se justifie plus vraiment, le GCO ou Grand Contournement Ouest de Strasbourg ! Là encore, assez perdu de temps : malgré un nouvel avis défavorable du CNPN (Conseil national de protection de la nature), l’État en personne –via le ministère de la Transition écologique- a décidé de passer outre les recommandations du CNPN en délivrant sans attendre les autorisations nécessaires ! C’est que, Vinci déjà privé de NDDL, ne devrait surtout pas essuyer un nouveau revers : les actionnaires en seraient pour leurs frais ce qui, chacun peut aisément le comprendre, serait tout bonnement inacceptable et risquerait de les fâcher pour de bon !

Il y eut Sivens –encore un projet controversé-, ce barrage sur un affluent du Tarn (le Tescou), finalement abandonné en 2016 suite à la mort de Rémi Fraisse, un militant écologiste ! Maintenant, c’est au tour de NDDL, projet également abandonné comme chacun a pu abondamment le voir, l’entendre, le lire… Il est probable, il est certain même que Nicolas Hulot ait joué un rôle déterminant dans ce dénouement heureux : sachons le reconnaître et l’apprécier à sa juste valeur !

Pour autant, la suite des évènements n’est hélas pas encore écrite mais, comme il faut bien garder espoir, croisons les doigts pour que d’autres « miracles » aient lieu afin que notre environnement ne finisse pas tel que d’aucuns le souhaiteraient tant : avec de l’asphalte et du béton comme seule et unique perspective !

Jean-Louis Schmitt

 

*NDDL (Notre-Dame-des-Landes), EPR (« European Pressurized Reactor » ou réacteur pressurisé européen), CIGEO (Centre industriel de stockage industriel de Bure), GCO (Grand Contournement Ouest de Strasbourg)…

 

Article publié dans le n° de février 2018 de la revue "Vivre en Harmonie"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kimcat 25/02/2018 16:23

Oui croisons les doigts pour que d’autres « miracles » aient lieu afin que notre environnement ne finisse pas !
Bonne soirée de dimanche Jean-Louis

domi 25/02/2018 12:37

j'aime bien quand tu prends la plume Jean-Louis, notamment ici ; utile réflexion, mais dans la situation actuelle, les choses ne peuvent avancer que progressivement

Jpl 25/02/2018 08:26

Très beau texte qui montre bien la difficulté des combats à mener et le besoin urgent de changer notre mode de fonctionnement par rapport à notre environnement délabré le plus souvent par ceux à qui cela profite, et ils sont minoritaires, mais ont le pouvoir ! Merci Jean Louis !