Un cerf au comportement anormal abattu dans le sud de l'Indre

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les agents de l'ONCFS de l'Indre, l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ont abattu lundi après-midi un cerf signalé dans un champ à Lourdoueix-Saint-Michel. Le cervidé se trouvait aux côtés de deux poneys.

 

 Un cerf - Photo d'illustration : Jean-Louis Schmitt

Un cerf, âgé d'environ trois ans, a dû être abattu ce lundi après-midi par des agents de l'ONCFS de l'Indre. L'Office national de la Chasse et de la Faune sauvage a été contacté pendant le week-end par des chasseurs de Lourdoueix-Saint-Michel, ou le cervidé a été aperçu. L'animal à première vue ne présentait aucun danger, il recherchait même la compagnie des poneys qui vivent sur place. Sauf que ce comportement est anormal pour un animal sauvage. Les agents pensent que le cerf a été habitué à l'homme et aux animaux domestiques dès son plus jeune âge, mais il n'en reste pas moins un animal qui peut devenir violent. En période de rut notamment, le cerf pourrait transpercer facilement un bovin ou toute autre animal avec ses bois. Aussi la décision de l'abattre a été prise.

Le cerf cherchait la compagnie des poneys

Ce cerf a été signalé depuis un an

Ça faisait des mois que les agents de l'ONCFS de l'Indre suivaient de loin ses pérégrinations. Signalé tout d'abord dans le secteur de Cluis, puis Maillet, le cerf a récemment fait un passage par la Creuse pour finalement élire domicile à Lourdoueix-Saint-Michel. Le cervidé a effrayé à plusieurs reprises des troupeaux de bovins. "Il aurait pu causer un accident très grave, même indirectement "assure Yves Chastang, responsable à l'ONCFS. "En voulant seulement s'amuser, un cerf peut devenir très violent avec ses andouillers".

Les propriétaires du champ et les propriétaires des poneys ont en vain essayé de trouver une solution pour sauver le cerf. Ils ont contacté le parc animalier des monts de Guéret et la réserve de la Haute Touche à Obterre : sans résultat…

 

Marie-Audrey Lavaud France Bleu Berry et France Bleu Creuse (13.11.2017)

Publié dans Environnement, Chasse

Commenter cet article

Sylvoane Giroir 15/11/2017 20:04

Je suis catastrophée par l'idée que le cerf a été froidement abattu chez une habitante. il était en bonne santé, il aurait pu profiter d'un asile adéquat dans les forêts de Chambord, non ?

Danielle Dominguez 15/11/2017 07:01

Tout ce que j' espère c'est qu'il eut appartenu à un parc, ou à un propriétaire privé. Et qu' ils portent plainte.
Nous avions régulièrement,la visite, derrière dans les champs, ceux du château de Bugatti, de Dorlisheim ! Nous n' avons pas agit comme des sauvages, sous le charme nous étions. Ils mangeaient même les légumes (verts aériens) du jardin de mon voisin, non clôturé évidemment.
Nous riions !
Il a replanté...

Stef 14/11/2017 22:45

Merci Jean-Louis pour avoir cité mon blog. Oui, c'est triste pour le cerf. Je crois qu'il serait important d'avoir des espaces sauvages où la nature puisse évoluer librement sans interférence humaine, mais aussi préserver des espaces où le sauvage ne viennent pas nuire aux activités humaines, un délicat équilibre à trouver, sans doute.

Gomez Victoria - Lynn 14/11/2017 18:51

quel dommage ; ils n'ont jamais d'autre idée que tuer ; pauvre malheureux cerf trop gentil

domi 14/11/2017 16:47

Exécuté pour délit de sympathie, faut le faire, je suis d'accord avec Jean-Louis, il y avait d'autres solutions qu'un coup de fusil de plus
Quant à la régulation des cons la loi ne passera pas, vu qu'ils sont majoritaires, à moins qu'ils ne soient encore plus cons que je ne le crois...

Jean-Louis 14/11/2017 10:58

Voilà de quoi alimenter le blog de Stéphane et "ses farandoles de l'absurde" !
Lorsque un animal est "sauvage" il faut l'abattre... Lorsqu'il est trop familier, il faut faire de même !
Et les cons ? Quand est-ce qu'on "régule" ?

Jean-Louis 14/11/2017 11:11

J'en profite : voici le lien pour le blog de Stéphane http://stef0263.eklablog.com/