Chat Sauvage ou chat haret ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Il n’est pas aisé de distinguer un chat forestier d’un chat domestique (ou d’un haret) tigré d’autant plus lorsqu’il s’agit de rencontres furtives ce qui est généralement le cas ! Quelques indices peuvent néanmoins contribuer à une identification disons… un peu moins aléatoire !

Chat forestier (Felis silvestris silvestris). Photo : Sylvain Larzillière (GORNA)

Le chat sylvestre, un peu plus gros que le chat domestique, mesure entre 73 cm et 1 m de long (queue comprise), pour un poids moyen aux alentours de 4 à 5 kg chez le mâle et entre 3,5 et 4 kg chez la femelle. La masse corporelle des individus peut cependant varier considérablement en fonction des saisons.

 

La robe du chat forestier se compose d'une couleur de base variant du fauve grisâtre au fauve clair. Elle est généralement barrée de rayures noires, très diffuses sur les flancs. Celles-ci sont connectées à une ligne dorsale noire assez nette qui démarre entre les omoplates et court jusqu'au bout du corps (mais non sur la queue).

 

La queue est cylindrique, présente des anneaux noirs (mieux marqués vers son extrémité) et un bout terminal noir épais (environ 3,5 à 4 cm de large) au contraire du chat domestique chez lequel il est effilé. Le crâne du chat forestier est plus large, ses membres postérieurs sont plus robustes et sa fourrure plus épaisse que chez le Chat domestique, lui donnant une allure plus trapue.

 

Cependant, l'hybridation étant attestée entre le chat forestier et le chat domestique, comme elle ne porte pas forcément sur des caractères visibles, il est impossible de différencier avec certitude, à la simple observation, un chat forestier d'un chat hybridé. (Source : La biodiversité en Wallonie)

L’illustration ci-dessus, réalisée avec un document ONCFS et la photo d’un pensionnaire du centre de soins GORNA, vous permettra de vous exercer à l’identification de l’espèce.

 

Pour en savoir plus sur l’identification du chat forestier : http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/file/mammiferes/carnivores/petits/FS%20292_ruette_chat_forestier_genetique.pdf

Vidéo : Le chat forestier (10:40)

Commenter cet article

ddelsass 07/11/2017 13:30

Cher Jean Louis, cet article est très intéressant surtout que depuis très longtemps , je désirai connaître plus de renseignements. Dons je suis comblée, et nous qui aimons spécialement ces animaux, les autres aussi, je les trouve d' une beauté ! Je comprends ton bonheur! Avec tous mes remerciements. Bye DD

Jean-Louis 07/11/2017 17:12

Tout le plaisir est pour moi chère Danielle !

domi 07/11/2017 13:06

Très intéressant, j'imagine qu'il doit être un redoutable prédateur et qu'il participe donc à la régulation, comme monsieur le Renard!

Jean-Louis 07/11/2017 17:11

En effet, le chat forestier est un gros consommateur de rongeurs et participe ainsi utilement aux activités agricoles !

Jean-Louis 07/11/2017 07:23

C'est toujours un moment très émouvant pour moi lorsque je "le" croise ! L'observer -lorsque, comme moi, on ne pratique pas l'affût mais plutôt l'approche- est toujours délicat. Le photographier encore plus... Mais, qu'importe : le seul fait de la savoir là, tout près, est déjà pour moi, un immense bonheur !

Pour les photos : voir Fabrice Cahez, grand spécialiste "es chat forestier" et photographe qu'on ne présente plus ( http://www.fabricecahez.com/galerie/theme.asp?pre=2632&Rubrique=2661&suiv=2635 ). C'est du grand art !

Stef 07/11/2017 07:22

Y-a-t'il des prédateurs des ragondins ?

Jean-Louis 07/11/2017 07:28

A part le renard (un peu) et, surtout, l'homme qui l'a classé dans les "nuisibles" et les "espèces invasives", le ragondin est relativement pépère !