Une ode à la nature

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’est le rendez-vous du week-end en Alsace du Nord : le 4e  festival franco-allemand de photo nature prend ses quartiers à Wissembourg avec ses expositions, conférences et projections.

Une première projection photographique a lieu ce vendredi soir à la Nef. Les expositions seront accessibles samedi et dimanche. Document remis

Les passionnés ont sans doute déjà profité du premier volet du festival franco-allemand de photo nature, la semaine dernière à Bad Bergzabern. Nul doute qu’ils seront encore plus nombreux à Wissembourg ce week-end, où a lieu la majeure partie des expositions et animations de ce rendez-vous désormais incontournable.

Organisée par la Maison de la nature du delta de la Sauer et d’Alsace du Nord, cette quatrième édition prend possession de sept lieux dans la cité de Stanislas, et en particulier du palais du même nom, ouvert exceptionnellement au grand public pour l’incontournable exposition nocturne. Munis d’une lampe de poche, les visiteurs découvriront les clichés dans une ambiance des plus originales. Autre endroit, autre ambiance, avec la reconstitution d’un milieu humide à la Maison des associations.

Fréquentation galopante

Au-delà des expositions, où l’on découvrira le travail de dizaines de photographes de la région et d’Allemagne, le festival propose un important panel d’animations.

Celles-ci prennent la forme de projections photographiques commentées par leurs auteurs, de diffusion de documentaires, d’un concert de jazz à la Nef samedi soir ou encore d’un atelier photo pour apprendre à bien débuter dans le domaine de la photo nature.

Une activité de plus en plus courue, à en croire la fréquentation galopante des grands rendez-vous photographiques dédiés au monde animal et à la nature organisés en France et en Europe. À Wissembourg, les organisateurs espèrent aussi attirer toujours plus de visiteurs, et par la même occasion, sensibiliser le grand public aux enjeux de la biodiversité et de la préservation de l’environnement.

 

Expositions ouvertes samedi de 14 h à 19 h et dimanche de 10 h à 18 h. Entrée : 5 €, valable pour la durée du festival pour l’ensemble des expositions et des animations. Gratuit jusqu’à 15 ans. Programme complet : www.nature-munchhausen.com ou 03 88 86 51 67.

 

DNA (26 octobre 2017)

 

Wissembourg - Palais Stanislas

La nature s’expose au 4e  festival photo franco-allemand

 

Les exposants viennent de toute l’Alsace et d’Allemagne. Document remis - Peter Engel

Après l’Allemagne la semaine dernière, place maintenant à la partie française du festival franco-allemand de photo nature, organisé par la Maison de la nature du delta de la Sauer et d’Alsace du Nord. À partir de ce vendredi soir et jusqu’à dimanche, les amoureux d’images ont rendez-vous à Wissembourg pour profiter des expositions présentées sur plusieurs sites.

La plus originale est l’exposition nocturne où le visiteur, plongé dans le noir, est invité à découvrir les clichés par le mince faisceau lumineux d’une lampe de poche. Organisée cette année au palais Stanislas, rarement accessible au public, cette exposition devrait attirer la foule. Des dizaines de photographes de la région mais aussi d’Allemagne sont annoncés.

Le festival sera aussi rythmé par plusieurs projections photographiques, la diffusion de documentaires, un concert de jazz et un atelier photo.

www.nature-munchhausen.com  ou 03 88 86 51 67.

DNA DNA (27 octobre 2017)

Wissembourg

Un festival photo sensible

 

Les clichés d’animaux pris sur le vif au téléobjectif sont souvent particulièrement… saisissants. Photo : DNA – Florian Haby

Après avoir débuté à Bad Bergzabern (Palatinat) samedi et dimanche derniers, la quatrième édition du festival transfrontalier de photo nature s’installe ce week-end à Wissembourg.

Une trentaine de photographes français et allemands y exposent en sept lieux de la ville — les églises protestante Saint-Jean et catholique Saints-Pierre-et-Paul, le palais Stanislas, la Grange aux dîmes, l’hôtel de ville, la Nef et la Maison des associations — de très jolis clichés pris pour bon nombre d’entre eux dans les Vosges du Nord. Car le festival, lancé en 2011 par la Maison de la nature d’Alsace du Nord au lendemain de l’Année internationale de la biodiversité, vise également, en mettant en lumière les beautés de notre environnement immédiat, à rendre le grand public attentif aux menaces qui pèsent sur lui.

Le festival se poursuit aujourd’hui de 10 h à 18 h. 5 €, gratuit pour les moins de 15 ans. Programme complet sur www.nature-munchhausen.com

DNA DNA 29/10/2017

Wissembourg - Quatrième édition du festival franco-allemand de photo nature

La nature en partage

En partageant avec le public les magnifiques images d’une trentaine d’exposants, le 4e  festival franco-allemand de photo nature, ce week-end à Wissembourg, a voulu montrer que la nature est un espace partagé qu’il faut soigneusement préserver.

Expositions et projections ont permis aux photographes naturalistes de révéler au public la grande richesse de la faune et de la flore nord-alsacienne et palatine. Et, partant, de le sensibiliser à la fragilité de son environnement immédiat. Photos : DNA – F. H. (Cliquez pour agrandir)
Expositions et projections ont permis aux photographes naturalistes de révéler au public la grande richesse de la faune et de la flore nord-alsacienne et palatine. Et, partant, de le sensibiliser à la fragilité de son environnement immédiat. Photos : DNA – F. H. (Cliquez pour agrandir)Expositions et projections ont permis aux photographes naturalistes de révéler au public la grande richesse de la faune et de la flore nord-alsacienne et palatine. Et, partant, de le sensibiliser à la fragilité de son environnement immédiat. Photos : DNA – F. H. (Cliquez pour agrandir)
Expositions et projections ont permis aux photographes naturalistes de révéler au public la grande richesse de la faune et de la flore nord-alsacienne et palatine. Et, partant, de le sensibiliser à la fragilité de son environnement immédiat. Photos : DNA – F. H. (Cliquez pour agrandir)

Expositions et projections ont permis aux photographes naturalistes de révéler au public la grande richesse de la faune et de la flore nord-alsacienne et palatine. Et, partant, de le sensibiliser à la fragilité de son environnement immédiat. Photos : DNA – F. H. (Cliquez pour agrandir)

Le volet palatin, le week-end dernier à Bad Begzabern, avait attiré quelque 600 visiteurs. Et il y a eu bien plus de monde encore de vendredi à hier à Wissembourg pour la partie française, avec notamment un fort contingent d’Allemands profitant ces jours-ci d’un long pont à l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme protestante.

Le festival transfrontalier de photo nature a ceci d’agréable que tout le monde y trouve son compte. Les photographes amateurs, bien sûr, ravis de profiter des conseils techniques de la trentaine d’exposants chevronnés, sur leurs stands ou lors des jolis diaporamas projetés à la Nef au fil du week-end. Les novices aussi, qui, eux, se sont simplement émerveillés devant la beauté des clichés présentés en sept lieux de la ville.

Un rôle pédagogique et d’alerte

Et il y avait de quoi : des paysages embrumés, de splendides levers et couchers de soleil, la magie des reflets dans les rivières et les plans d’eaux, des oiseaux saisis au vol attrapant des poissons, d’attendrissants renardeaux et marcassins, d’expressives chouettes, des biches, des abeilles, des papillons, des grenouilles, des plans extrêmement serrés sur la dentelle des ailes des libellules — fantastiques photos du Wissembourgeois Alfred Blaess —, des serpents, des lapins, des canards, des écureuils… En passant des heures à arpenter collines et forêts, plaines et marais, pour capter une lumière ou un instant éphémères, les « chasseurs d’images », qui sont avant tout des amoureux de la nature, révèlent une faune et une flore extrêmement riches, mettent en lumière la vie qui évolue au fil des saisons, la splendeur de la nature, sa fragilité aussi. « Je tente modestement de “mettre en poésie” toutes ces choses “banales” que nous ne prenons pas le temps d’admirer et qui sont pourtant d’une incroyable beauté comme un pissenlit, un insecte, un flocon de neige ou une gouttelette d’eau sur une fleur », résumait par exemple Justine Zimpfer.

Une harmonie à réinventer

C’est précisément le message que souhaite faire passer la Maison de la nature du delta de la Sauer et d’Alsace du Nord. Le rendez-vous automnal bisannuel, lancé en 2011 au lendemain de l’Année international de la biodiversité, poursuit en effet le même but que l’association organisatrice : sensibiliser le grand public à la nécessité de préserver son environnement immédiat.

S’il était au départ essentiellement présent en « sous-texte » des expositions, ce « rôle pédagogique et d’alerte », rappelé lors de l’inauguration samedi matin par l’animateur nature Pascal Gérold, cheville ouvrière de la manifestation, était lors de cette quatrième édition décliné au travers de plusieurs partenariats. La restauration était assurée par l’association Terre et saveurs d’Outre-Forêt, organisatrice notamment du marché bio de Steinseltz. Le tout jeune collectif « Par quoi je commence ? », qui dans les pas du précurseur de la transition écologique Pierre Rabhi développe des actions concrètes pour rendre le Pays de Wissembourg plus vert, a profité du rendez-vous pour se présenter. Enfin, un hommage a été rendu à Jean-Marie Pelt, décédé en 2015, qui avait donné une conférence lors de la première édition du festival : la projection d’un film consacré au « jardinier du Bon Dieu » suivie d’une table ronde invitait à méditer sur une harmonie à réinventer entre l’homme et la nature, sur les limites de la croissance et de la société de consommation.

Car comme le soulignait le Niederbronnois Michel Rauch en exergue d’une de ses photos exposée à l’église protestante Saint-Jean : « Le développement n’est durable que s’il allie l’économique, le social et le respect de la nature. »

DNA/DNA/Florian Haby 30/10/2017

Publié dans Initiative, Environnement

Commenter cet article

chez laramicelle 27/10/2017 12:59

ces photos sont superbes

Stef 27/10/2017 07:31

Ya pas photo, faut y aller !