Le mythe de la vache sacrée

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Pour les Occidentaux, l'Inde est le pays des vaches sacrées. Les bovins doivent donc y être respectés. Pourtant, ce pays est devenu, en 2012, le premier exportateur de viande bovine. Ce paradoxe invite à revoir une image quelque peu naïve de la façon dont on traite les animaux au pays de la non-violence, et les relations que l'Inde entretien avec le végétarisme, la non-violence, et la question du sacrifice.

 

 

Comment traite-t-on les animaux au pays de la vache sacrée ? Lors d'une mission en Inde, Florence Burgat a eu l'occasion de visiter plusieurs refuges et de rencontrer de nombreux responsables d'organismes de défense des animaux. Elle revient aujourd'hui sur cette expérience et nous donne à lire le récit sobre et sensible de son journal de voyage, complété par un essai et une anthologie de textes du Mahatma Gandhi. Alternant approches subjectives et documentées, ce recueil original nous livre une conception de l'animal aussi complexe que déroutante…

 

Le mythe de la vache sacrée

La condition animale en Inde

de Florence Burgat

Éditeur : Rivages

Publié dans Lire

Commenter cet article

domi 13/10/2017 03:21

je ne suis pas choqué Jean-Louis et je m'attendais un peu à cette réponse ; bien sûr, je ne me désintéresse pas de la condition animale, mais sans vouloir hiérarchiser j'ai voulu marquer qu'au pays des vaches sacrées, les humains, et notamment les femmes, sont bien loin de l'être...

domi 12/10/2017 08:24

sans doute intéressant mais dans ce pays il y a d'autres sujets d'inquiétude plus graves par exemple concernant la condition de la femme :Il y a quelques années déjà que l’Inde se positionne comme le quatrième pays le plus dangereux au monde pour les femmes (classement par la Fondation Reuters)

Jean-Louis 12/10/2017 19:32

Au risque de te choquer Domi, je me suis toujours refusé à hiérarchiser la souffrance, que celle-ci touche les humains ou les bêtes !
Durant ma longue carrière de militant, j’ai trop entendu cette rengaine : « Vous feriez mieux de vous occuper des enfants qui meurent de faim… » et autres joyeusetés du même acabit ! Pourtant, pour être engagé aussi bien dans l’humanitaire que dans la défense animale, je me suis rendu compte que ces donneurs de leçon ne levaient pas davantage le petit doigt pour les enfants en souffrance que pour les bêtes ! Ils ouvraient naturellement encore moins leur porte-monnaie et ce quel que soit la cause…
Alors, oui, il y a des sans doute "plus grave" que le sort des vaches indiennes mais, en l’occurrence, je trouve la citation de Lamartine parfaitement adapté : « On n’a pas un cœur pour les hommes et un cœur pour les animaux : on a un cœur ou on n’en a pas. »

Jean-Louis 12/10/2017 07:17

Oui, encore un mythe qui s'effondre ! Je pensais naïvement que la vache, animal accompagnant Krishna et Shiva, était réellement vénérée et, surtout respectée dans cet immense pays qu’est l’Inde !

Je savais que, outre « les trésors » que fournissent les bovins (lait et ses dérivés, urine, bouse) nombreux étaient ceux qui mourraient d’occlusions intestinales à force d’avaler des sacs plastiques : les vaches se nourrissant principalement de déchets, ont en effet également un rôle d’éboueur non négligeable !

Voilà qu’avec l’ouvrage de Florence Burgat on réalise que, malgré la déclaration de Pradipsinh Jadeja, le ministre de l’intérieur du Gujarat (« La vache n’est pas un animal, c’est le symbole de la vie universelle ! ») l’animal mythique est également devenu source abondante de lucre pour certains et, si j’en suis sincèrement attristé, je n’en suis pas vraiment surpris : cela prouve simplement et une fois de plus que l’Homme est décidément incorrigible…