Faune sauvage et phénomène d’Imprégnation… Une chouette revêche

Publié le par Jean-Louis Schmitt

L’histoire peut prêter à sourire mais des habitants de Saint-Dié-des-Vosges subissent les assauts sauvages d’une petite chouette hulotte devenue agressive après avoir probablement été recueillie par l’homme. Si elle est capturée, elle pourrait être rapatriée de l’autre côté des Vosges, au refuge de la LPO Alsace à Rosenwiller.

Imprégnée, la chouette hulotte déodatienne a des comportements agressifs. Christophe Lemoine, Oiseaux nature

Un rapace un tantinet nerveux sème actuellement le désordre dans plusieurs quartiers de Saint-Dié après le coucher du soleil. Des habitants qui profitaient de la douceur des soirées sur leur terrasse ont été attaqués par une chouette hulotte. À chaque fois, elle visait le visage. Un monsieur appelait son chat par la fenêtre quand elle lui a foncé dessus, toutes serres dehors.

Difficile de quantifier les personnes qui ont subi les assauts féroces de l’animal mais elles sont nombreuses. Une riveraine témoigne : « Elle est arrivée directement en visant les yeux, j’ai juste eu le temps de me protéger mais j’ai tout de même été touchée au visage et je dois suivre un traitement contre le tétanos. » Les enfants sont confinés à l’intérieur une fois la nuit tombée, pas mesure de précaution.

La chouette hulotte est un animal protégé qu’il est interdit de capturer. Il y en a beaucoup sur le secteur de Saint-Dié, elles sont parfaitement pacifiques et même craintives. Le comportement de celle-ci est « exceptionnel », explique Christophe Lemoine, représentant d’Oiseaux Nature, qui avance une explication. « Elle est probablement née au printemps et a été recueillie par des gens qui ont cru bien faire mais qui n’ont pas respecté son côté sauvage. Retournée dans la forêt, elle a perdu tous ses repères et considère désormais les hommes comme ses semblables. Elle attaque parce qu’elle les voit comme des rivaux sur son territoire. C’est l’occasion de rappeler qu’il ne faut absolument pas toucher les animaux sauvages. »

Elle pourrait être rapatriée en Alsace

La municipalité a dû obtenir une autorisation préfectorale pour capturer la chouette, qui ne pèse pas plus de 500 grammes mais peut développer un mètre d’envergure et a des serres puissantes. La SPA et la police municipale multiplient les rondes nocturnes pour l’attraper dans les règles de l’art (il est interdit pour les particuliers de le faire).

Si elle est capturée et sous réserve d’une autorisation de sortie du département délivré par la DREAL, elle pourrait être traitée au centre de soins de la LPO à Rosenwiller.

« Depuis une semaine, on est en contact avec la police municipale de Saint-Dié », confirme Suzel Hurstel, responsable du centre alsacien qui a déjà une bonne expérience de la désimprégnation. Elle espère, si la DREAL donne son feu vert, pouvoir rendre la chouette hulotte à la vie sauvage dans de bonnes conditions. « Mais ça ne va pas être évident. Le protocole de désimprégnation mis au point par des collègues espagnols marche très bien pour des jeunes pris en charge avant leur période d’émancipation. Là on est bien au-delà ».

Suzel a récemment testé le protocole sur un moyen duc, encore tout jeune. Au bout de quatre mois et demi d’isolement ainsi que de soins et de nourrissage adaptés par une seule et même personne, « il est devenu hyperfarouche et avait retrouvé tous les instincts naturels de son espèce ».

Les cas d’imprégnation sont « malheureusement très fréquents, regrette encore la responsable du centre. Il nous en arrive en permanence par le biais du pôle de médiation animale ».

Imprégnation

L’imprégnation intervient dans la première jeunesse de l’animal, quand il se construit et prend conscience du groupe auquel il appartient. S’il est nourri avant son sevrage par l’homme, il perd ses repères et s’identifie à l’espèce humaine tout en gardant ses instincts.

Les animaux comme la chouette hulotte qui ont des comportements territoriaux, s’attaqueront donc à ceux qu’ils considèrent comme leurs semblables (les humains) pour défendre leurs territoires.

Dans le même temps, l’animal imprégné ne saura plus vivre dans la nature auprès de ses congénères sauvages faute de les reconnaître comme de possibles compagnons.

Les protocoles de désimprégnation visent justement à enseigner à l’animal recueilli les codes de son espèce pour qu’il puisse se débrouiller tout seul et sans danger pour l’homme. De longs mois sont alors nécessaires pour défaire ce que certains croyaient être un geste charitable au départ. Mais recueillir un animal sauvage est toujours une erreur. En cas de doute sur une éventuelle détresse animale, s’adresser au centre de soins LPO Alsace, 03 88 04 42 12 ou alsace.mediation@lpo.fr

DNA/

DNA/Marion Jacob et Simone Wehrung (24/10/2017)

 

Saint-Dié-des-Vosges

La chouette hulotte a disparu

Introuvable. La petite chouette hulotte qui a terrorisé des riverains d’un quartier de Saint-Dié-des-Vosges (Ci-dessus) pendant plusieurs soirées a disparu.

Les patrouilles de la SPA et de la police municipale mises en place depuis plus d’une semaine maintenant pour la capturer n’ont rien donné. Les riverains n’ont pas non plus aperçu le rapace depuis plusieurs jours mais la vigilance reste de mise. Plusieurs riverains de la rue de la Bolle, de la rue Joséphine-Link ou du lotissement Jacquot se sont plaints d’avoir été agressés au visage par une chouette hulotte.

L’association Oiseaux Nature estime que la petite chouette de 500  grammes mais un mètre d’envergure aurait été relâchée dans la nature après avoir été nourrie par l’homme, ce qui expliquerait son comportement agressif. La chouette hulotte est une espèce protégée qu’il est interdit pour un particulier de capturer. Et évidemment de tuer.

DNA/DNA/M.J. 28/10/2017

Publié dans Insolite, Oiseaux

Commenter cet article

ddelsass 29/10/2017 07:59

Jean louis, j' adore cette histoire, et pour la réaction pour se rapprocher de l' homme (fautif) attitude mal comprise par nous, les humains! J' espère seulement qu' elle saura se nourrir dans la nature, et que personne ne lui a fait du mal! bye

dominique 27/10/2017 18:02

et oui les hommes ne sont pas les seuls à vouloir faire la loi, leur loi.....mais je plaisante car il est bien dommage que cette chouette ait perdu ses repères et se retrouve un jour en semi captivité

domi 27/10/2017 11:52

très intéressant et étrange, comme quoi la nature doit être respectée pour éviter les maladresses

Stef 27/10/2017 07:29

Chouette comme article !