De la viande bovine tuberculeuse dans nos assiettes ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Plus de 8 000 vaches sont diagnostiquées chaque année, en France, positive à la tuberculose. Ce qui, selon "Le Canard enchaîné", n'empêche pas la viande de finir sur nos étals. Une aberration.

Plus de 8 000 vaches sont atteintes de la tuberculose chaque année en France. Photo d'illustration : JLS

Chaque année, plus de 8 000 vaches sont diagnostiquées positives à la tuberculose dans les exploitations françaises. Or, selon Le Canard enchaîné daté de ce mercredi, cette viande serait discrètement proposée à la consommation dans les magasins de l'Hexagone. Une pratique autorisée par les autorités sanitaires, qui certifieraient les carcasses dès lors que les organes les plus infectés auraient été retirés.

Une habitude qui ne serait pas sans risque puisqu'une cinquantaine de cas de transmission de la maladie du bovin à l'homme (majoritairement de agriculteurs, des vétérinaires, et des amateurs de lait non-pasteurisé) seraient comptabilisés chaque année.

Le flou de l'Union européenne sur la question

Dans son règlement 854/2004, l'Union européenne affirme que la viande d'une bête infectée "doit être déclarée impropre à la consommation humaine". Selon le principe du "oui, mais", le texte précise ensuite : "Lorsqu'une lésion tuberculeuse a été retrouvée dans les ganglions lymphatiques d'un seul organe ou partie de la carcasse, seuls l'organe ou la partie de carcasse infectée doivent être déclarées impropres à la consommation."

Une manière d'autoriser la pratique en feignant de l'interdire.

Ainsi, plus de 3 000 tonnes de viande française infectée serait mise en vente chaque année sur nos étals. Un volume qui ne tient pas compte des exportations britanniques. Pour l'hebdomadaire satirique, nos voisins profiteraient en effet des largesses de notre législation sur l'étiquetage pour écouler leur viande tuberculeuse de ce côté de la Manche...

DNA (DNA (25/10/2017)

Commenter cet article