Aliments pour animaux, des étiquettes trompeuses

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les aliments diététiques destinés aux animaux de compagnie ont été passés à la moulinette par la DGCCRF (Répression des fraudes). Les agents d’État ont effectué des contrôles concernant le respect de la réglementation en matière d’étiquetage. De nombreux manquements ont été constatés.

Certaines étiquettes de produits alimentaires pour animaux sont trompeuses. DR

La DGCCRF , Répression des fraudes, a mené 227 opérations de contrôle sur plusieurs sites. Usines, ateliers de production d’aliments pour animaux, grossistes, enseignes spécialisées et non spécialisées de la grande distribution et même cabinets vétérinaires ont été leurs cibles. Les sites de vente en ligne n’ont pas été oubliés puisque 91 opérateurs ont été contrôlés.

Étiquetages et allégations non réglementaires

Aujourd’hui, de plus en plus de fabricants d’aliments pour animaux proposent des aliments diététiques. Leurs cibles sont les propriétaires d’animaux souffrant, par exemple, de pathologies bien spécifiques nécessitant des besoins nutritionnels particuliers.

Les enquêteurs ont constaté des omissions liées à l’utilisation du terme « diététique » et à l’indication d’un objectif nutritionnel particulier. Selon eux, ces manquements sont dus à une réglementation mal maîtrisée lorsqu’il s’agit d’un petit opérateur, notamment quand la charge de l’étiquetage lui incombe. Même chose lorsque la production s’opère auprès de certains fournisseurs d’aliments diététiques non enregistrés en tant qu’opérateurs. Les manquements à la législation peuvent également être le fait d’une vigilance insuffisante lors d’importations. C’est le cas, par exemple, d’une entreprise qui a importé d’Allemagne des aliments complémentaires. Il a été constaté l’omission de plusieurs mentions obligatoires lors de l’étiquetage en langue française.

Une explication possible trouve sa source dans les changements réglementaires, survenus en 2014, qui n’auraient pas été suffisamment pris en compte.

Certaines allégations sont particulièrement valorisantes sans qu’on puisse vérifier leur véracité : elle doit pouvoir être justifiée. L’entreprise doit disposer de dossiers avec des preuves permettant de démontrer l’allégation. Selon la DGCCRF, les documents présentés sont souvent insuffisants pour prouver l’efficacité du produit concerné. Ainsi, un professionnel a été épinglé parce qu’il avait fait mention de l’action de la vitamine E qui, selon lui, renforçait l’immunité des chiens. Les documents démontrant cette allégation n’étant pas suffisamment probants, il lui a été demandé de retirer cette mention des étiquetages. De même, certains contrôles ont montré que les allégations étaient purement marketing. Là encore, la DGCCRF a demandé à ces opérateurs de supprimer ces mentions des étiquetages.

Certaines sanctions ont été prononcées suite à des analyses qui montraient que les mentions dans l’étiquetage n’étaient pas justifiées. Par exemple, dans la composition des produits. Ces analyses ont mis en évidence 32 non-conformités sur 40 produits prélevés. Surdosage en vitamine A dans un produit, anomalies sur le dosage en sucres totaux et chlorures sur une poudre orale pour veaux, poulains, agneaux et chevreaux, sur certains lots, plusieurs enquêtes complémentaires ont été demandées. Comme souvent, l’enquête de la DGCCRF démontre qu’un certain nombre de professionnels enfreignent la réglementation par méconnaissance des textes.

Chambre de consommation d’Alsace Bas-Rhin : 03 88 15 42 42 Haut-Rhin : 03 89 33 39 79 www.cca.asso.fr

DNA/DNA/Richard Nicolini (24/10/2017)

Publié dans Animaux

Commenter cet article

Echo'girleco 25/10/2017 20:46

Nous pensons bien nourrir nos compagnons et rien de tout ça , mais comment être clairement informée ?

Gomez Victoria - Lynn 25/10/2017 10:01

merci mais où trouver la liste des marques qui respectent ce qu'ils avancent? nous avons beaucoup de chats dans la famille, ce sont nos petits trésors et nous ne voudrions pas mal les nourrir

Jean-Louis 25/10/2017 11:18

Je crois que, malheureusement, quoique nous fassions, nous faisons mal puisque nous sommes dupés par les marques dont le principal souci n’est pas de bien nourrir nos animaux de compagnie mais, n’en déplaise aux commerciaux de ces enseignes, bel et bien de faire du chiffre d’affaire…
Les vétos vendent beaucoup de produits pour l’alimentation des chats et des chiens mais, là encore, jusqu’à quel point peut-on faire confiance aux professionnels en question dans la mesure où ils sont parties prenantes aussi bien pour la vente des marques conseillées voire vivement recommandées que pour les soins ultérieurs à nos protégés ?
Nous sommes pris dans une spirale réellement infernale !

Harmonia.Messidor 25/10/2017 05:12

Malheureusement, nous vivons dans une société de pouvoir et d'argent... L'alimentation de nos amis animaux, est plus que douteuse... J'envisage nourrir mon chien comme nous (en respectant certains conseils alimentaires) Merci pour votre article.

Jean-Louis 25/10/2017 06:39

Oui, l'alimentation de nos animaux de compagnie est devenue en quelques décennies un véritable enjeu économique et, qui dit enjeu économique dit porte ouverte à tous les abus et toutes les fraudes afin que certains puissent faire leur beurre !
Depuis une dizaine d’années, nous avons enterré beaucoup de nos compagnons, morts de cancers et d’autres pathologies mortelles du même genre : personnellement, je suis persuadé que de nombreuses maladies sont directement imputables à la nourriture !
Ne dis-ton pas « qu’on creuse notre tombe avec ce que l’on mange » : pourquoi en serait-il autrement pour nos compagnons ?
Sauf que, eux, ils mangent ce que NOUS leur donnons ! Nous sommes donc doublement responsables…

Shana lilie 25/10/2017 01:54

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir