200 piétons et cyclistes ont manifesté contre la fermeture du quai face au Parlement à Strasbourg

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le Parlement européen veut pouvoir fermer à la circulation une portion du quai du Bassin-de-l’Ill, entre le pont de la Rose-Blanche et la passerelle Ducrot. Quelque 200 cyclistes et piétons ont répondu à l'appel d'une association (L’ADIR) et un collectif (Velaüch) qui ne l’entendent pas de cette oreille. La Ville tente de trouver une solution.

Projet de fermeture d'un bout de la piste cyclable, quai du Bassin de l'Ill à Strasbourg. Photo : DNA - Laurent Réa

 

« Dans le cadre des travaux de sécurisation des bâtiments, réalisés en concertation avec les autorités françaises, des travaux de sécurisation des berges sont en cours », expliquait-on au service de presse du Parlement.

"Sous couvert de sécurité, le Parlement européen veut interdire le passage des piétons et des cyclistes le long du bassin de l'Ill (...) Les abords du Parlement sont petit à petit bunkérisés, donnant de l'Europe une image de forteresse qui se coupe de ses citoyens", répond le communiqué de l'ADIL et de Verlaüch, qui dénonce une privatisation des quais.

La manifestation prévue cet après-midi à 17h30 a rassemblé quelque 200 usagers (enfants, parents et retraités) de tout âge qui ont contesté bruyamment, face aux façades de verre du Parlement européen, avec des sonnettes, trompettes et sifflets "cette décision sans concertation", ont souligné des membres du collectif Verlaüch (groupe militant pour les déplacements sains à la Robertsau) et de l'ADIR (Association de défense des intérêts de la Robertsau)

La Ville : "Nous souhaitons que ces berges demeurent naturellement ouvertes" 

La Ville s'est saisie du sujet : trois adjoints Nicole Dreyer, adjointe de la Robertsau - Wacken, Olivier Bitz, adjoint du Conseil des XV, et Jean-Baptiste Gernet, adjoint en charge des mobilités alternatives, informent les manifestants, via un communiqué, que "la Ville est sensibilisée au projet de fermeture aux piétons et aux cyclistes des berges du bassin de l’Ill au niveau du Parlement européen, pour lequel l’Etat a formulé un certain nombre d’instructions".

Et de poursuivre : "L’Etat, le Parlement et la collectivité doivent très rapidement rediscuter des modalités de cette fermeture, dont le dispositif, selon le Parlement, prévoie d’être à usage « ponctuel, flexible et réversible », et de n’être activé que lors d’évènements d’ampleur, exceptionnels, et en fonction du risque estimé."

Et de conclure : «  Pour notre part, nous souhaitons que ces berges demeurent naturellement ouvertes et accessibles, et que d'éventuelles fermetures pour raisons de sécurité soient parfaitement exceptionnelles et motivées. »

DNA/DNA/Philippe Dossmann (12/10/201)

Projet de fermeture de la piste cyclable quai du Bassin de l'Ill. Photo : DNA - Laurent Réa

La manif, vu par... Michel Schliffer (Cliquez pour agrandir)La manif, vu par... Michel Schliffer (Cliquez pour agrandir)

La manif, vu par... Michel Schliffer (Cliquez pour agrandir)

Strasbourg - Fermeture de l’accès aux berges face au Parlement européen

200 cyclistes et piétons disent non

Le Parlement européen veut pouvoir fermer à la circulation une portion du quai face au Parlement. 200 cyclistes et piétons, qui ont répondu hier à l’appel de l’ADIR et du collectif Velaüch, ne l’entendent pas de cette oreille. La Ville tente de trouver une solution.

 

Les manifestants réclamaient le maintien de l’accès aux berges. Photo : DNA - Cedric JOUBERT

« C’est un axe très important pour les cyclistes entre la Robertsau et le centre-ville », souligne Bernard Irrmann, du collectif Velaüch (groupe militant pour les déplacements sains à la Robertsau), qui prend la parole en premier, en contrebas du pont de la Rose-Blanche qui mène à la passerelle Ducrot. Et qui est susceptible d’être fermée à la circulation. « Dans le cadre des travaux de sécurisation des bâtiments, réalisés en concertation avec les autorités françaises, des travaux de sécurisation des berges sont en cours », expliquait-on au service de presse du Parlement (DNA du 11/10). « La loi française protège l’accès aux berges, ce projet serait-il au-dessus de nos lois ? » a rétorqué un autre intervenant. « On est chez nous », renchérit un cycliste passablement énervé. « Ce passage, c’est un droit de l’homme », va jusqu’à mentionner un retraité, qui brandit son panonceau « Contre les grilles du PE ; liberté de circulation sur les berges ». Le tout, juste en face de la… Cour européenne des droits de l’homme.

La Ville pour une incessibilité

Au total, ce sont quelque 200 piétons et cyclistes, de tous les âges (des enfants avec leurs parents et des retraités), qui ont marché contre ce projet. En contestant bruyamment, face aux façades de verre du Parlement européen, avec des sonnettes, trompettes et sifflets. « Cette décision a été prise en catimini, sans concertation, comme la berge fermée devant le Parlement », ont souligné des membres du collectif Velaüch. « Les abords sont petit à petit bunkérisés, donnant de l’Europe une image de forteresse qui se coupe de ses citoyens », souligne un membre de l’ADIR (association de défense des intérêts de la Robertsau), qui dénonce une privatisation des quais.

Trois adjoints, Nicole Dreyer (Robertsau - Wacken), Olivier Bitz (Conseil des XV) et Jean-Baptiste Gernet (en charge des mobilités alternatives), ont informé peu avant la manifestation, via un communiqué, que « la Ville est sensibilisée au projet de fermeture aux piétons et aux cyclistes des berges du bassin de l’Ill au niveau du Parlement européen, pour lequel l’État a formulé un certain nombre d’instructions ». Et de poursuivre : « L’État, le Parlement et la collectivité doivent très rapidement rediscuter des modalités de cette fermeture, dont le dispositif, selon le Parlement, prévoit d’être à usage “ponctuel, flexible et réversible”, et de n’être activé que lors d’événements d’ampleur, exceptionnels, et en fonction du risque estimé. » Avant de conclure : « Pour notre part, nous souhaitons que ces berges demeurent naturellement ouvertes et accessibles, et que d’éventuelles fermetures pour raisons de sécurité soient parfaitement exceptionnelles et motivées. »

DNA/DNA/Philippe Dossmann (13/10/2017)

Publié dans Initiative

Commenter cet article