Une centrale nucléaire sous haute surveillance

Publié le par Jean-Louis Schmitt

 

La centrale de Belleville-sur-Loire inquiète l’ASN. Photo : AFP / ALAIN JOCARD

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a placé la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher) « sous surveillance renforcée ». Il s’agit d’une procédure exceptionnelle, due à « la dégradation du niveau de sûreté ».

L’ASN a constaté « une hausse du nombre d’événements significatifs et des carences » d’EDF dans la surveillance et l’entretien des installations du site.

D’autres centrales de l’ouest déjà épinglées

En cause, « plusieurs défaillances de l’exploitant (EDF; N.D.L.R.) dans l’identification et l’analyse des anomalies affectant certains équipements importants pour la sûreté ». Parmi eux, huit événements classés au niveau 1 de l’échelle de gravité Ines qui en compte huit (de 0 à 7). Mais aussi « une dégradation dans la qualité des réponses fournies, ainsi qu’une réactivité insuffisante de l’exploitant ».

Après ces observations, l’ASN a mené une inspection renforcée sur le site en avril 2017, laquelle a révélé des « carences d’EDF ».

La surveillance renforcée doit se traduire par des contrôles supplémentaires sur le site et une attention particulière aux mesures que prendra EDF. Une inspection de contrôle sera enfin menée en 2018.

Par le passé, la centrale de Chinon (Indre-et-Loire) avait également été placée sous ce régime de surveillance renforcée entre 2013 et 2015. Et avant elle en 2000, la centrale de Dampierre (Loiret).

EDF a dit « prendre acte » de cette décision, ajoutant que « tous les points soulevés par l’ASN ont fait l’objet d’actions correctives ».

DNA/DNA 14/09/2017

 

Publié dans Nucléaire

Commenter cet article

Danielle Dominguez 15/09/2017 06:26

Ils ont relevés des carences et EDF en prend seulement "ACTE". C'est tout !