Nouvelle jeunesse des châteaux

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le thème des Journées du patrimoine 2017, organisées ce week-end, est la jeunesse. Geoffrey, Julien et Léo sont jeunes, puisque lycéens, et s’investissent spontanément pour le patrimoine : régulièrement, ils prêtent leurs bras pour restaurer et entretenir des ruines castrales. Ce faisant, ils confortent leur orientation professionnelle.

Julien, 16 ans, lors d’une journée d’entretien au château du Schoeneck, à Dambach, dans les Vosges du Nord. DR

« Bonjour, je m’appelle Geoffrey et je suis âgé de 15 ans. J’habite Illkirch. J’ai décidé de participer à la rénovation de châteaux. Serait-il possible que je vous aide le temps d’une journée ? Merci d’avance. » Ce mail est arrivé le 11 juin dans la messagerie de l’association des Amis du château d’Andlau. « On a tout de suite répondu positivement, malgré son jeune âge, et on s’est organisé pour le covoiturer », raconte Guillaume d’Andlau, propriétaire de la ruine castrale éponyme et président-fondateur, depuis 2013, de l’association régionale Châteaux forts d’Alsace.

« Trouver ma vocation »

Geoffrey évoquait un investissement d’une journée. « Mais en fait, depuis juin, j’y suis déjà allé six fois !, confie aujourd’hui l’adolescent, qui vient d’entrer en 2nde au lycée Le-Corbusier d’Illkirch-Graffenstaden. Depuis tout petit, je rêve de construire un château… Mais contribuer à en restaurer un, c’est déjà très bien ! Le concept m’a plu. On fait de tout : désherbage, mortier… Je suis sportif et ça ne me dérange en aucun cas de transpirer, surtout pour ça. Je veux devenir architecte du patrimoine. Grâce à cette expérience, je me frotte au patrimoine de façon concrète. »

Entre mars et novembre, au château d’Andlau, des journées d’entretien sont organisées au moins une fois tous les quinze jours. « On est généralement entre 10 et 15 bénévoles, précise Guillaume d’Andlau. Des aussi jeunes, ce sont des exceptions. À leur âge, on préfère souvent les jeux vidéo ! S’ils viennent d’eux-mêmes, c’est que ça correspond à quelque chose de profond. »

Ce sont des exceptions, mais au Le-Corbusier, ce n’est pas exceptionnel : au moins deux autres lycéens de l’établissement, Léo et Julien, ont effectué la même démarche que Geoffrey. Les liens sont anciens et étroits entre le château d’Andlau et cet établissement polyvalent, qui propose une section Intervention sur le patrimoine bâti (IPB) et qui, par le biais d’une convention de partenariat, assure le suivi technique des chantiers d’insertion.

Comme Geoffrey, Léo et Julien ont trouvé dans cette activité bénévole l’opportunité de révéler ou de confirmer leur orientation professionnelle. « Ça m’a permis de trouver ma vocation, raconte Julien, 16 ans, qui habite Reichshoffen. Je suis allé il y a deux ans à une journée d’entretien de l’association Cum Ulmer Grün, qui s’occupe du château du Schoeneck, à Dambach, et j’ai tout de suite accroché. À l’époque, j’étais en 2nde générale, mais ça ne m’intéressait pas trop… Petit, j’aimais bien faire de la maçonnerie avec mon père, dont c’est le métier, mais on m’avait inculqué qu’il fallait faire des études. Je n’osais pas sauter le pas… » Grâce au Schoeneck, Julien a osé : il prépare désormais un bac pro IPB. « Les vieilles pierres, en maçonnerie, c’est noble… Au château, on a refait le coffrage d’une voûte. Quand tu découvres les techniques du Moyen Âge, c’est impressionnant ! »

Léo, bientôt 17 ans, d’Obenheim, est lui aussi en section IPB. Depuis l’été 2015, il intervient au château d’Andlau, où son oncle Marcel est bénévole. Il hésite encore entre maçon et tailleur de pierre, mais il est au moins sûr d’être engagé dans la bonne filière : « Je suis passionné par l’histoire et le bricolage, j’adore le sport et travailler dehors, donc l’IPB et les châteaux, c’est parfait pour moi ! »

L’apport de ces jeunes va au-delà de bras supplémentaires : se forment ainsi des défenseurs de la cause castrale. « Quand tu mets les mains, non pas ici dans le cambouis, mais dans la terre, l’approche devient affective, remarque Guillaume d’Andlau. Rentrer de ces journées crottés, fatigués, ça marque… et ça crée un attachement. » Ces jeunes se découvrent une vocation et les châteaux se bâtissent un avenir.

Une journée d’entretien est prévue ce samedi au château d’Andlau. Par ailleurs, plusieurs châteaux organiseront des accueils et visites en ce week-end des Journées du patrimoine. Ce sera le cas notamment au Haut-Barr, au Grand Géroldseck, au Guirbaden ou encore au Hohlandsbourg, où l’entrée sera exceptionnellement gratuite.

www.journeesdupatrimoine.culture.fr

DNA/DNA/Hervé de Chalendar 15/09/2017

Publié dans Initiative

Commenter cet article