Nicolas Hulot confirme le stockage de Stocamine, malgré les protestations locales et des écologistes

Publié le par Jean-Louis Schmitt

DR

Au grand dam des associations de protection de l’environnement et des élus alsaciens, le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, n’envisage pas de demander le déstockage total des 44.000 tonnes de déchets enfouis à Wittelsheim (Haut-Rhin). C’est ce qu’il a indiqué au président du conseil départemental, Eric Straumann, qui l’avait saisi du dossier au lendemain de sa nomination. Dans ce courrier rendu public par le Département, Nicolas Hulot se dit « sensible aux craintes exprimées » mais valide la procédure qui a abouti à la décision d’extraire 93 % des produits mercuriels et à enfouir définitivement les quelque 40.000 tonnes de déchets restant.

« Le Conseil départemental, qui attendait une autre réponse de la part de Nicolas Hulot, militant environnemental engagé, déplore la légèreté avec laquelle ce dossier particulièrement sensible est traité », indique Eric Straumann dans un communiqué. Et de considérer qu’« en précisant qu’en cas d’éventuel ennoyage de la zone de stockage, et d’éventuelles remontées de saumure polluée vers la nappe, "les concentrations en polluants resteraient très inférieures aux normes de potabilité", l’Etat s’octroie un droit à polluer la nappe phréatique la plus importante d’Europe en bafouant les règles qu’il a pourtant adoptées d’interdiction de toute dégradation de la nappe d’Alsace ». « La collectivité ne peut en aucun cas se contenter de mesures qui minimisent de manière aussi flagrante la dangerosité d’une situation exposant son environnement immédiat et l’ensemble de sa population », ajoute Eric Straumann.

Source : L’Alsace (1er septembre 2017)

 

 

Environnement

Nicolas Hulot et Stocamine : l’indignation des écologistes

Les écologistes EELV d’Alsace viennent de l’écrire au ministre de l’Environnement : ils sont « en colère ! »

L’objet de ce courroux : la décision prise par Nicolas Hulot de ne pas procéder au « déstockage complet » des déchets du site de Stocamine. « Avec cette décision, ce sont 40 000 tonnes de déchets très dangereux, toxiques pour la population et pour l’environnement qui seront définitivement enterrés », s’insurgent les écologistes, qui qualifient Stocamine de « véritable bombe à retardement pour la nappe phréatique et l’ensemble du bassin rhénan ».

EELV, par la voix de sa secrétaire régionale Patricia Gueguen, réclame donc le « déstockage total » : « Pour 100 % de sécurité, il faut extraire 100 % des déchets ». Les écologistes invitent Nicolas Hulot à venir rencontrer « les personnes mobilisées qui connaissent leur territoire et les dangers du laisser-faire ».

DNA DNA (02/09/2017

Publié dans Environnement

Commenter cet article

Michault 02/09/2017 16:00

Quelle raison à t:il donnée ?

Charles Ours 02/09/2017 09:55

En voila un ministre de l'environnement......seul le fric des produits Ushuaia l'intéresse.