Le nouveau chapitre du moulin

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les Journées européennes du patrimoine sont l’occasion de découvrir le travail de rénovation de certains sites remarquables. Comme celui des propriétaires du moulin d’Obermodern. Isabelle et Emmanuel Foreau ont transformé respectueusement le site en atelier d’écriture et chambres d’hôtes, et ouvrent leurs portes cet après-midi au public.

Les dépendances de l’ancien moulin d’Obermodern ont été transformées en chambres d’hôtes par Isabelle et Emmanuel Foreau. Photo : DNA - G.B.

Il existe des lieux plus inspirants que d’autres. Amoureuse des livres, Isabelle Foreau rêvait d’un lieu accueillant, chaleureux, original, où poser des mots sur des feuilles blanches devenait facile, presque naturel. Que ce soit pour elle comme pour les participants à ses ateliers d’écriture. Cet endroit « qui raconte quelque chose », elle l’a trouvé avec son mari Emmanuel à Obermodern, au bord de la Moder. Quand ils ont emménagé, il y a trois ans, il fallait bien une imagination digne des auteurs les plus inventifs pour apercevoir le potentiel du site de l’ancien moulin. « On a été fous. On avait à peine visité qu’on a voulu y aller », racontent-ils. Le couple quitte ainsi son ancienne ferme de Gingsheim, entre le pays de la Zorn et le Kochersberg, pour entamer plus au nord un nouveau chapitre de vie.

« On aime les vieilles pierres et les faire revivre dans les règles de l’art »

L’introduction a nécessité beaucoup de temps et d’efforts. Car si la maison d’habitation du moulin de 1685 avait été récemment restaurée, ses anciennes dépendances, datées de 1882, étaient « restées dans leur jus », montre Emmanuel Foreau, photos à l’appui. La charpente s’affaissait dangereusement et nécessitait un gros travail de restauration. Quant au rez-de-chaussée, il a fallu décaisser de plusieurs centimètres le sol pour éviter de se cogner contre les poutres.

Il aurait été certainement plus simple et moins coûteux de tout raser pour reconstruire, reconnaissent les propriétaires. Même si « la somme des travaux était considérable », il était inconcevable pour eux d’envisager ce scénario. « On aime les vieilles pierres et les faire revivre dans les règles de l’art. » Les travaux ont ainsi débuté en juin 2016 en conservant autant que possible les matériaux d’antan. Les tuiles de la toiture ont donc été retirées une à une, conservées puis replacées une fois la charpente redressée et consolidée. Les murs ont été enduits à la chaux, colorés avec des peintures à l’argile, etc. « Aujourd’hui, on a l’impression que ça a toujours été comme ça », note avec satisfaction Isabelle.

Daudet, Colette, Molière, Cocteau ou encore Jules Verne, les chambres plongent les visiteurs dans l’univers de ces grands auteurs. Photo : DNA - Guénolé BARON

En lice pour le prix de la rénovation

Non seulement, elle dispose désormais de son atelier de littérature mais aussi de cinq chambres pour héberger ses élèves. « Comme nous n’avons pas des stages toutes les semaines, le projet a encore évolué : on a décidé d’en faire des chambres d’hôtes », indique-t-elle, comptant profiter de la clientèle du Royal Palace de Kirrwiller, tout proche. Ces chambres étant toutes inspirées de grands auteurs, dont Alphonse Daudet, le site a été baptisé « Lettres de mon Moulin » et ouvre ses portes ce dimanche après-midi (*) à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

Ce travail de restauration a déjà été remarqué par un magazine spécialisé « Maisons et travaux » qui a retenu sa candidature pour le prix de la rénovation (**). «Nous sommes parmi les dix finalistes », s’étonnent encore Isabelle et Emmanuel qui auront les résultats du concours au mois de décembre. Quel que soit le résultat, cette sélection est déjà pour eux une récompense : « C’est en quelque sorte une reconnaissance du travail accompli ».

(*) Portes ouvertes aux Lettres de mon Moulin (2 impasse du Moulin à Obermodern), aujourd’hui, de 14 h à 18 h. 03 88 90 89 43.

(**) www.maison-travaux.fr

DNA/Guénolé BARON 17/09/2017

Publié dans Initiative, Portrait

Commenter cet article