La souffrance des poulets Doux

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Semaine après semaine, les caméras de L214 ont filmé la croissance des poulets dans un élevage sous contrat d’intégration avec le groupe Doux, 1er producteur européen de volailles à l’export et notamment connu en France par sa marque Père Dodu…

Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part d’une nouvelle enquête que nous avons menée dans un élevage et un abattoir de poulets en Vendée.

Les images ont été tournées en janvier, février et mai 2017. L’abattoir, qui se trouve à Chantonnay, appartient au groupe Doux, connu notamment pour sa marque Père Dodu : on y tue 185 000 poulets par jour. L’élevage, sous contrat avec ce groupe, comprend deux bâtiments de 35 200 poulets chacun, entassés à plus de 29 par mètre carré.

Semaine après semaine, les caméras de L214 ont filmé leur croissance. En seulement 32 jours, boostés par un accélérateur de croissance, les poulets atteignent le poids de 1,4 kg, moment où ils sont envoyés à l’abattoir. Déformés, boiteux, déplumés, griffés, morts ou moribonds, les images sont sans appel quant à l’état général des oiseaux qui payent au prix fort ce mode de croissance rapide et forcé. À l’abattoir, les poulets sont suspendus vivants et conscients à la cadence folle de 240 poulets à la minute !

Vidéo : Enquête dans un élevage et un abattoir de poulets du groupe Doux #35Jours (4 :38)

Avec ces nouvelles images, il est certain que de nombreuses personnes vont prendre conscience d’une réalité à laquelle elles n’avaient sûrement pas beaucoup pensé jusqu’ici. Ce sera un premier pas vers une réflexion plus large sur la place que nous accordons aux animaux dans notre société et sur la nécessaire remise en cause de nos modes d’alimentation absolument destructeurs. Aujourd’hui en France, la consommation de viande de poulet est la seule qui continue d’augmenter. 800 millions de poulets sont tués chaque année et l’élevage intensif est le mode majoritaire, il concerne les trois-quarts des poulets.

Nous comptons sur vous pour faire entendre votre révolte à ceux qui ont le pouvoir de stopper ces groupes agroalimentaires qui ne cherchent qu’à maximiser leurs profits et considèrent les animaux comme des protéines sur pattes. Le gouvernement a convoqué des États généraux de l’alimentation, une bonne occasion pour signer la nouvelle pétition de L214 demandant au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et au ministre de la Transition écologique et solidaire de mettre fin à l’élevage à croissance rapide des poulets !

Pétition poulets Doux

Un grand merci. Mobilisons-nous pour rendre la liberté aux animaux !

Sébastien Arsac/Responsable des enquêtes L214

Publié dans Agriculture-Elevage

Commenter cet article

Dominique 12/09/2017 06:40

Courrier adressé à Mme Pompili :
Madame,
sur les conseils de l'association Code Animal, je vous ai écrit au sujet d'une éventuelle mais très souhaitable et souhaitée proposition de loi (me référant à la place de Monsieur Macron dans le classement L214 évaluant les 11 ex candidats, je ne crois pas pour le moment à l'éventualité d'un projet de loi) visant à interdire les animaux sauvages dans les cirques, non que seule la condition de ces animaux m'émeuve, je milite individuellement pour toutes les causes animales, humaines et environnementales qui en ont besoin.
Après avoir suivi ce conseil , écrire à ma députée, j'ai pensé qu'écrire à d'autres en leur demandant de plaider cette cause auprès de leurs collègues députés serait plus productif

Approuvant les idées de transition écologique sérieuse, indispensable et de justice sociale des Insoumis, j'ai alors adressé ma requête à Monsieur François Ruffin, d'autant qu'il est lui aussi député de la Somme.

Vous n'avez pas daigné me répondre mais François Ruffin l'a fait par l'entremise de son assistante dès qu'il a eu connaissance de mon courrier.
D'aucuns s'étonneraient de trouver du savoir vivre à l'extrême gauche et pas parmi les personnalités nouvelles d'un parti nouveau finalement très traditionnel, bon chic bon genre.....moi pas;
il est logique que des politiques engagés pour la condition d'autrui en particulier les travailleurs soient plus enclins à s'intéresser à leurs concitoyens, et que d'autres qui ont rejoint un mouvement par ambition personnelle ne s'inquiètent guère de les respecter ; j'ajoute que dans votre cas particulier, il est étonnant qu'ayant commencé votre ascension personnelle comme écologiste donc en principe sensible à tout ce qui est environnement, et les animaux en font partie, ne prenne même plus la peine après avoir changé deux fois de bord en très peu de temps de paraître soutenir les justes revendications de ses anciens "amis" , soutiens et électeurs .
Madame Dominique D.