Un kiné pour animaux

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Peu développée en France, la kinésithérapie pour animaux est très pratiquée aux États-Unis et en Belgique. C’est notamment là-bas que s’est formé Grégory Sonrier avant d’ouvrir Caniform, un centre d’hydrothérapie et de rééducation fonctionnelle à Wolfisheim.

Le carnet de rendez-vous du kinésithérapeute-ostéopathe Grégory Sonrier est plein. Photo : L’Alsace

Le carnet de rendez-vous du kinésithérapeute-ostéopathe Grégory Sonrier est plein. Photo : L’Alsace

En France, un foyer sur deux possède un animal de compagnie et le marché n’a jamais été aussi florissant, avec tout ce qui va avec l’acquisition d’un animal : l’alimentation et l’équipement mais aussi les soins. Pour autant, prenons-nous soin de nos animaux de compagnie aussi bien que nous le pensons ? C’est la question que pose Grégory Sonrier. Lui qui voit des chiens – ainsi que leurs maîtres – tous les jours, assure que « l’homme est un grand enfant. Les chiens servent de béquilles affectives et d’éponges émotionnelles ou parfois, ils sont gênants aux yeux de leurs maîtres… En général, ils ne sont pas toujours considérés pour ce qu’ils sont. »

Le spécialiste pratique la kinésithérapie et l’ostéopathie sur les animaux, dans le centre qu’il a créé seul, en février 2015, à Wolfisheim, près de Strasbourg. Chiens, chats, lapins et plus rarement moutons ou cochons d’Inde bénéficient du tapis roulant, du bain thérapeutique, des lampes de luminothérapie et des ballons. Il propose aussi de la préparation sportive pour les chiens.

« Je travaille de plus en plus avec les vétérinaires de la région : le quart de ma patientèle m’est envoyé par eux, note-t-il. Je n’ai rien inventé, la pratique est très développée à l’étranger et elle existe déjà sur les humains. »

Rééducation et fitness

Les animaux qui viennent à Caniform souffrent d’arthrose, de dysplasie des hanches, ont les ligaments croisés abîmés ou une luxation de la rotule. « Ce sont des animaux qui reviennent d’une opération, explique Grégory Sonrier. Il y a 20-30 ans, les chiens étaient piqués. Aujourd’hui, on va davantage consulter son vétérinaire. » Le praticien leur fait faire de la rééducation. « J’utilise les méthodes douces, je pratique des massages et je m’aide des plantes, notamment l’aloe vera que les chiens assimilent bien. »

Le kinésithérapeute rencontre également beaucoup d’animaux en surpoids. « En France, le taux d’obésité est très élevé chez les animaux, car leurs maîtres ne leur font pas faire assez d’exercice, ne les sortent pas assez ou leur donnent une alimentation inadaptée. » Chez Caniform, chiens et chats ont droit à leur séance de fitness.

À côté de la kinésithérapie, Grégory Sonrier s’est également formé au comportementalisme. « On vient par exemple me voir lorsque l’animal est devenu subitement agressif. » Il a notamment suivi la méthode Best (bio energetic synchronization technique) lors d’un cursus en Arkansas. Une méthode inventée par Ted Morter, un chiropracteur américain, qui a pour but premier d’éliminer les interférences nerveuses motrices et/ou sensorielles, ayant généré des charges émotionnelles.

Le praticien regrette que subsistent beaucoup d’avis contradictoires au sein de la profession. Cela est dû, selon lui, à un manque de cadre légal.

Repérer les signaux avant-coureurs

« L’animal a son propre langage qu’il faut connaître et respecter, reprend le spécialiste. Je ne forme pas l’animal mais je m’adapte à lui. Derrière une agressivité peut se cacher du stress ou un traumatisme. » Grégory Sonrier milite pour faire abroger la loi de 1999 qui catégorise certaines races de chien comme dangereuses. « L’attaque ou la morsure sont les derniers recours qu’ont les chiens pour se défendre. Il faut savoir repérer les signaux avant. Cela éviterait l’euthana-sie massive de ces chiens. » Plutôt que de museler un animal, « qui est alors privé d’un moyen de communication », Grégory Sonrier plaide pour la mise en place d’un permis pour l’obtention d’un animal, comme cela se pratique en Suisse.

Le kinésithérapeute-ostéopathe est un fervent défenseur des animaux et, à travers son métier, souhaite les soigner au mieux tout en sensibilisant leurs maîtres.

DNA/Fabienne Delaunoy (06/08/2017)

Publié dans Insolite, Animaux

Commenter cet article

Dahl 13/08/2017 08:17

Bravo pour cet article!!!!!!
Très intéressant, et il est important de faire découvrir ce genre de personne au grand public.
Merci

Corine Spiry 12/08/2017 21:11

La magie au bout des doigts et la passion dans le