Sous les arbres centenaires

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les chênes napoléoniens de Hirschland sont méconnus. Pourtant, comme la plupart des curiosités naturelles, ils fourmillent de légendes que seuls les habitants du village peuvent raconter. Un endroit à découvrir le temps d’un pique-nique ou d’un rendez-vous galant.

La forme de chandelier des chênes napoléoniens de Hirschland est une curiosité. Photo : DNA - Marie GERHARDY

 

Dans la forêt de Hirschland, en direction d’Eschwiller, se cachent des arbres pour le moins remarquables. Il s’agit de deux chênes aux dimensions exceptionnelles. « Tout le monde au village connaît leur existence, mais il y a encore 15 ans, je pense que les habitants n’auraient pas pu les localiser », s’amuse le maire Guy Dierbach.

« Il y a 400 ans, il n’y avait pas de forêt ici »

Le premier, le plus majestueux, mesure 24 mètres de haut. Son âge est estimé à 375 ans, et sa circonférence est de 5,85 mètres. « Il faut se mettre à cinq hommes pour en faire le tour ! » Son petit frère approche les trois siècles de longévité, mesure 22 mètres et 4,50 mètres de circonférence.

Mais leur rareté tient surtout à leur forme de chandelier, preuve qu’ils n’ont souffert d’aucune concurrence. « Il y a 400 ans, il n’y avait pas de forêt ici, c’était des champs. Les deux arbres ont probablement été oubliés dans une haie. Ils ont donc pu s’étendre, contrairement aux chênes qui poussent tout droit en forêt. »

Une silhouette trapue comme celle de Napoléon 1er

Quant à leur surnom de « chênes napoléoniens », plusieurs explications sont avancées : leur silhouette trapue comme celle de Napoléon 1er, la légende des soldats de Napoléon qui auraient dormi à leur pied, ou encore celle qui dit que les révolutionnaires y organisaient leurs réunions.

Fier de ces chênes, Guy Dierbach a souhaité les faire connaître. En 2003, des travaux sont entrepris. Les abords sont nettoyés, dégageant ainsi une charmante clairière. Des barrières ainsi qu’une table et des bancs de pique-nique sont installés. La route d’accès est refaite, avec l’aide d’aides européennes pour la mise en valeur du patrimoine.

 

Sous les arbres centenaires

Un arboretum détaillant les différentes essences alentours est posé. Un panneau exposait le poème en allemand qu’un habitant du village, Albert Dintinger, a consacré aux chênes dans les années 1950, mais la météo en a depuis eu raison. Un totem à l’entrée du site révèle qu’ils sont classés parmi les 100 arbres remarquables de France.

Le Club vosgien a profité de l’occasion : il a inauguré à l’époque un sentier balisé long de 4 km passant par ce chemin forestier. Des panneaux signalent la direction du site dans le village et à l’entrée de la clairière. « J’aimerais aussi que des spectacles y soient proposés. En plus, on nous a fait don récemment d’un groupe électrogène. »

En attendant, les promeneurs peuvent s’arrêter à la table pour casser la croûte loin de la circulation, ou s’adosser au frais contre les troncs sinueux de ces vénérables grands-pères. La tempête de 2010 les a quelque peu déplumés, mais ils restent le refuge de dizaines d’animaux. À la bonne saison, les buissons alentours se gorgent de mûres et de fraises des bois.

Depuis le village, il faut compter environ vingt minutes à pied pour s’y rendre. Toujours en 2003, la commune a inauguré un meublé de tourisme et a rénové le vieux lavoir. Les enfants pêchent dans la rivière, l’Isch, qui traverse le village, et une exploitation hélicicole propose des visites. Une ancienne pompe à incendie a récemment été sortie et exposée dans un virage.

Aux alentours, les touristes auront le choix entre balades à pied, vélo sur les pistes cyclables ou en forêt… Ils pourront aussi s’arrêter à l’église Stengel classée d’Eschwiller, et un peu plus loin au petit pont de l’Isch à Wolfskirchen ou à la chapelle du Kirchberg. À une vingtaine de kilomètres se trouvent le Plan incliné de Saint-Louis-Arzviller et la ville de Sarrebourg.

DNA/DNA/Marie Gerhardy (22/08/2017)

Publié dans Environnement, Insolite

Commenter cet article

Valérie Meyer 29/08/2017 09:33

Valérie Meyer J'ai entendu parler de cet arbre j'irai le voir pour mon futur livre sur les arbres remarquables !