La nature mise en valeur

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La cité de cure Bad Herrenalb, nichée au creux de la Forêt-Noire du nord, accueille jusqu’au 10 septembre une exposition de jardins éphémères qui a permis de renaturer l’Alb et d’installer de nouvelles aires de jeux.

Les berges de l’Alb libérée du mur d’enceinte et accessibles aux promeneurs. Documents remis – Gartenschau Bad Herrenalb

Les berges de l’Alb libérée du mur d’enceinte et accessibles aux promeneurs. Documents remis – Gartenschau Bad Herrenalb

Il y a mille ans, Bad Herrenalb était une zone forestière, traversée par l’Alb. La rivière a ensuite servi à transporter les grumes, seules ressources du secteur, jusqu’à Ettlingen où elles étaient chargées sur des barges pour rejoindre les Pays-Bas. Les cisterciens qui s’y installent au XIIe siècle sont les premiers à faire des travaux hydrauliques, en détournant une partie de l’Alb dans le but d’alimenter un moulin à céréales.

Aujourd’hui, Bad Herrenalb est une station thermale de 7 300 âmes, située à 30 km au sud de Karlsruhe et sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle est connue pour ses tuiles — le musée est installé à côté de l’église de l’ancien monastère et est ouvert les mercredis et samedis de 14 h à 17 h (entrée adulte 2 €, visite guidée en français sur réservation). Les moines furent aussi les premiers à fabriquer des tuiles, ensuite produites à l’emplacement de l’actuelle gare.

Les berges de l’Alb accessibles et aménagées

Dès sa candidature aux jardins éphémères en 2009, Bad Herrenalb a voulu mettre en avant son projet de renaturation de l’Alb pour augmenter la qualité de vie en ville. La rivière, qui relie les trois parties de l’exposition totalisant 10 hectares (1 000 mètres carrés de parterres fleuris), a en effet été libérée de son mur d’enceinte sur 500 m dans le parc de cure. Les berges sont désormais accessibles aux visiteurs, des bancs y ont été aménagés et la rivière est franchissable à pied — de quoi se rafraîchir par les fortes chaleurs. Une passe à poissons a également été réalisée par la Stadtwerke, la centrale électrique communale, qui a par ailleurs créé dans la prairie suisse des jeux aquatiques. Le parc de cure accueille également quelques artisans, une boutique solidaire en coopération avec le magasin Artisans du monde — Bad Herrenalb a été labellisée « Ville équitable » en 2012.

Dans le quartier du vieux monastère, cœur historique de la localité, une association d’habitants travaille depuis deux ans à recréer un jardin de simples et de fleurs de Marie (lys, fraises des bois…). Ce projet a été possible dans le cadre des jardins éphémères et a coûté 15 000 euros.

La nouvelle aire de jeux Falkenstein. Documents remis – Gartenschau Bad Herrenalb

La nouvelle aire de jeux Falkenstein. Documents remis – Gartenschau Bad Herrenalb

Une aire de jeux et un «pumptrack»

Le cœur de la Gartenschau, qui a lieu chaque année dans une autre ville du Land, bat dans la prairie suisse, à deux pas de la gare. Si les fleurs ont été plantées un peu partout au fil du parcours de l’exposition, les créations florales les plus inventives ont été implantées dans la prairie suisse : jardin des paysagistes professionnels, compositions des associations de femmes qui ont notamment recyclé des bottes en caoutchouc, verger adapté aux abeilles sauvages… Des sculptures réalisées par des artistes soutenus par des entreprises complètent la décoration du lieu.

Les enfants et les jeunes ont été associés à la réflexion de l’aménagement ludique de la prairie suisse. Une aire de jeux en bois toute neuve a été implantée à proximité de jeux d’eau et un «pumptrack» — un circuit de bosses en boucle sur lequel le but est d’avancer sans pédaler — a été créé, tout comme un mur d’escalade pour petits et grands. Ces aménagements perdureront après la fin de l’exposition en septembre.

Enfin, une grande scène et un espace couvert pour le public ont été installés par la Caisse d’Épargne allemande pour accueillir du jeudi au samedi soir concerts, représentations théâtrales, tables rondes…

La pyramide, un nouveau concept de culture. Les compositions d’associations de femmes de la région.

La pyramide, un nouveau concept de culture. Les compositions d’associations de femmes de la région.

15 millions d’euros

C’est aussi dans cette partie qu’on peut découvrir les céréales, la forêt et ses règles, l’histoire de l’Allemagne en lisant les lignes de vie d’un arbre… Le tout de manière ludique.

Afin d’accueillir au mieux ses visiteurs, la ville a innové en installant 6 500 m² de grilles en bois Ecopark ©. Produites par des personnes en situation de handicap dans les ateliers de la menuiserie de Hagsfeld au nord-est de Karlsruhe, ces grilles protègent la végétation tout en laissant passer l’eau. Elles évitent tout aménagement en dur et permettront de restituer l’espace tel quel à la fin de la manifestation tout en devenant utiles pour un autre événement.

L’investissement de la Gartenschau avoisine les 15 millions d’euros, financés à 60 % par le Land de Bade-Wurtemberg : 10 millions pour les installations durables et 5 millions pour l’aménagement du domaine et l’organisation des plus de 2 000 manifestations.

Les jardins éphémères, qui se tiennent jusqu’au 10 septembre, rencontrent déjà un vif succès : lors de la première semaine, mi-mai, ils ont accueilli 10000 visiteurs, dont bon nombre de francophones. Par ailleurs, 6 000 abonnements ont été souscrits.

JUSQU’AU 10 SEPTEMBRE à Bad Herrenalb (parking accessible depuis la Ettlingerstrasse). De 9 h à 18 h 30 (21 h en cas de manifestation nocturne). 13 €, réduit 11 €, 6-17 ans 4 €, gratuit pour les moins de 6 ans, pass famille 26 € (parents ou grands-parents et enfants). www.badherrenalb2017.de

 

DNA/Véronique Kohler (01/07/2017)

Les compositions d’associations de femmes de la région. Les compositions d’associations de femmes de la région.

Les compositions d’associations de femmes de la région. Les compositions d’associations de femmes de la région.

Le jardin des simples et des fleurs de Marie entretenu par des habitants derrière l’ancien monastère. Photo : DNA – V. Ko.

Le jardin des simples et des fleurs de Marie entretenu par des habitants derrière l’ancien monastère. Photo : DNA – V. Ko.

Publié dans Initiative

Commenter cet article