Avec les fermiers de demain

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le Fermes d’avenir Tour est arrivé hier en Alsace Bossue. La caravane s’est installée à Schopperten, sur l’exploitation agricole des Durant. Projections, jeux, visites et conférences étaient au programme.

Charles a fait visiter sa ferme aux curieux. Un groupe d’une vingtaine de festivaliers l’a suivi et interrogé avec attention. Photo : DNA - Marie GERHARDY

Charles a fait visiter sa ferme aux curieux. Un groupe d’une vingtaine de festivaliers l’a suivi et interrogé avec attention. Photo : DNA - Marie GERHARDY

Une joyeuse agitation régnait hier à Schopperten. Lauriane et Charles Durant accueillent jusqu’à mardi la deuxième étape du Fermes d’avenir Tour. Ce grand festival de l’agroécologie se déplace pendant trois mois sur une trentaine d’exploitations en France, à la découverte des initiatives écoresponsables d’avenir.

Dans la matinée, les festivaliers sont arrivés au compte-gouttes, qui à vélo, qui en voiture, qui à pied. Dès l’entrée du site, un stand propose d’acheter des « fat coins », la monnaie créée pour le tour. Des étals serrés les uns contre les autres présentent des glaces au lait de chèvre, des livres, ou encore des informations.

Des os pour concocter des onguents

Mais c’est à l’arrière des bâtiments que les animations sont concentrées. Des camions de boulangerie, restauration et buvette sont à la disposition des visiteurs. Sur le côté, les tentes des festivaliers sont déjà dressées comme un petit village éphémère. Le repas de midi à peine terminé, quelques-uns ont choisi de faire la sieste à l’extérieur, au soleil sur des transats ou dans l’herbe.

Au fond, Charles est en pleines explications. Suivi par un groupe d’une vingtaine de curieux, il fait découvrir les richesses de son bout de terre de 2,5 hectares. Le fonctionnement circulaire de l’exploitation intéresse beaucoup ses auditeurs, qui ne tarissent pas de questions. Même les fleurs de consoude ou les os des animaux peuvent être utilisés : les unes en salade, les autres pour concocter des onguents qui font fuir les chevreuils.

Sous un chapiteau, le comédien Laurent Barthel a commencé son spectacle, basé sur un texte de l’auteur hollandais Toon Tellegen. Il campe un facteur à vélo dont la sacoche renferme des histoires rocambolesques. À l’aide d’un ingénieux petit théâtre de marionnettes, il raconte les péripéties de la fourmi, l’éléphant, l’escargot, l’ours ou encore la tortue qui se rendent à l’anniversaire de l’écureuil.

Plus loin, l’univers déjanté de la compagnie La Petite Scène mérite le détour. Après avoir « adhéré » au pseudo parti politique « L’évolution de l’homme par la poule » avec quelques pièces, petits et grands peuvent essayer d’étranges machines. Le chariot à propulsion pour dégommer des poules, la catapulte à éponge… Un seul vrai credo derrière l’idéologie partisane : s’amuser en famille.

Chapiteau en ébullition

Retour au sérieux sous la petite tente où est projeté le film « Les semences paysannes ». Olivier, de l’association Canop’terre, propose ensuite une conférence axée sur l’agroécologie. Pendant ce temps, le chapiteau est à nouveau en ébullition : les bénévoles doivent à toute vitesse monter la scène, car dans quelques heures à peine, le groupe de rap Pang vient se produire.

L’étape schoppertaine est loin d’être finie. Aujourd’hui, des formations en permaculture seront dispensées, des films projetés, des rencontres proposées, des chantiers réalisés… Autant d’occasions jusqu’à mardi de s’ouvrir à de nouvelles pratiques agricoles, de s’instruire, et surtout de se mettre pendant trois jours au vert.

DNA/Marie Gerhardy (19/06/2017)

Laurent Barthel, facteur à vélo, et sa sacoche à histoires. Photo : DNA - Marie GERHARDY

Laurent Barthel, facteur à vélo, et sa sacoche à histoires. Photo : DNA - Marie GERHARDY

Avec La Petite Scène, on fait cuire un œuf en équilibre ou on dégomme des poules au chariot. Photo : DNA - Marie GERHARDY

Avec La Petite Scène, on fait cuire un œuf en équilibre ou on dégomme des poules au chariot. Photo : DNA - Marie GERHARDY

Photos : DNA - Marie GERHARDYPhotos : DNA - Marie GERHARDY

Photos : DNA - Marie GERHARDY

Commenter cet article