Autour de la ferme

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Après deux journées à Schopperten, le Ferme d’Avenir Tour se poursuit encore aujourd’hui à la ferme du Vieux Poirier avant de partir pour Obernai.

Samedi soir, les trois Bruxellois de Pang ont rappé sur le potager, le compost ou encore… les toilettes sèches ! Photo : DNA - Marie GERHARDY

Samedi soir, les trois Bruxellois de Pang ont rappé sur le potager, le compost ou encore… les toilettes sèches ! Photo : DNA - Marie GERHARDY

Élue « Ferme d’avenir » Grand Est en 2015, la ferme du Vieux Poirier accueille depuis dimanche le Ferme d’Avenir Tour qui propose de nombreuses animations et ateliers pour les petits et les grands. Après le marché paysan de dimanche, les concerts, les ateliers peintures, mais aussi un chantier participatif qui a eu lieu hier, le Fermes d’Avenir Tour se poursuit ce mardi à Schopperten et aux alentours.

Au programme

Dès 10 h, le centre socioculturel de Sarre-Union fera visiter le jardin d’insertion autonome à deux pas du centre, soit un jardin avec un début d’approche permacole. À la même heure, à Schopperten, aura lieu la première des trois projections du jour avec le film « Cultures en transition ». Elle sera suivie à 14 h du film « Des abeilles et des hommes » et à 16 h 30 de « Notre révolution intérieure ».

Pour ceux qui veulent mettre la main à la pâte, les chantiers participatifs vont se poursuivre. Après une grosse opération de paillage de près d’un kilomètre de futures haies hier après-midi, destinées à assurer une bonne maîtrise de l’humidité au fil de l’année, les participants du jour porteront leurs efforts en direction des oiseaux. « On a besoin des oiseaux dans un verger bio, explique Lauriane Durant. Ils mangent les petites bêtes qui pourraient gâcher les futures récoltes. C’est pour ça qu’on va construire plein de petites maisons pour eux. » Ce chantier débutera à 14 h et devrait durer jusqu’à environ 16 h 30.

Quelques bénévoles ont aidé à pailler près d’un kilomètre de haies hier après-midi. Photo : DNA - Thomas LEPOUTRE

Quelques bénévoles ont aidé à pailler près d’un kilomètre de haies hier après-midi. Photo : DNA - Thomas LEPOUTRE

« Les familles qui souhaitent rejoindre l’atelier en cours de route à la sortie de l’école sont les bienvenues. » D’autant plus que dès 17 h, Michel Hutt, l’auteur du livre « La Transition », proposera des lectures au jeune public. À 18 h, il enchaînera avec une rencontre plus axée vers les adultes.

De 17 h à 18 h, le Point Info Énergie du secteur de Saverne sera présent pour livrer quelques informations sur les aides possibles pour les personnes souhaitant rénover leur maison. À 17 h 30, les plus curieux auront aussi la possibilité de visiter la ferme du Vieux Poirier. Dès 18 h, place à la musique avec une scène ouverte où se produira notamment Sylvain Piron, musicien folk et traditionnel.

Enfin, à 20 h, aura lieu une dernière projection du film « Qu’est-ce qu’on attend ? » suivi d’un débat sur l’Alsace Bossue en transition.

DNA/T.L. (20/06/201

Autour de la ferme

A réécoutez : « Carnets de campagne » de Philippe Bertrand (France-Inter)

Dernière région étape de cette fin de saisons : le Grand Est et cette semaine le département du Bas-Rhin.

De taille modeste, le Bas-Rhin affiche une forte densité de population avec son million 113 000 habitants. Il affiche également une nette hausse du chômage, lui qui fut si longtemps bien mieux logé que la moyenne nationale. L’année 2015 fut une année noire pour l’ensemble des départements du Grand Est en terme de perte d’emplois et les conséquences de cette crise restent durables. Le travail des frontaliers en Allemagne a lui aussi diminué et l’annonce des autoroutes payantes à partir de janvier 2018 outre-Rhin ne va pas arranger les choses. Ach Scheise. On retiendra surtout l’autre version de l’Alsace et du Bas-Rhin avec ses innombrables expériences de transition écologique et énergétique. Le film de Marie-Monique Robin « qu’est-ce qu’on attend ? « sur les transformations de la commune d’Ungersheim (dans le Haut-Rhin) en était une parfaite traduction.

Nous avons d’autres illustrations de ces transitions à vous soumettre comme la ferme d’avenir de Schopperten reprise en main par Lauriane et Charles Durant sur le site du Vieux Poirier. Lauriane nous attend au bout du fil.

Catherine Tête est également agricultrice et présidente de l'association La Clé des Champs. La sienne est la construction d’un prototype d’habitat groupé pour personnes âgées dans la commune rurale de Schleithal, épaulée par la foncière Familles Solidaires. Si le projet est mené à terme, il pourrait donner de bonnes idées à d’autres personnes volontaires. On en parle dans la seconde partie de ces carnets alsaciens, pardon, bas-rhinois.

L'éducation à l'environnement n'est pas une vaine formule en Alsace et en particulier dans le Bas-Rhin. Labellisée CPIE, la Maison de la Nature du Ried et de l'Alsace Centrale à Muttersholtz, a contribué à transformer la commune dans des démarches respectueuses de l'environnement et de la vie des habitants.

Publié dans Initiative

Commenter cet article