Zoo de l’Orangerie : 269Life veut la fermeture

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Une cinquantaine de militants de l’association 269Life ont manifesté hier après-midi pour demander la fermeture du zoo de l’Orangerie de Strasbourg. Le bien-être des animaux est mis en avant.

Des défenseurs de la cause animale manifestent devant le zoo de l’Orangerie. Photo : DNA - Christian LUTZ-SORG

Des défenseurs de la cause animale manifestent devant le zoo de l’Orangerie. Photo : DNA - Christian LUTZ-SORG

Les militants répartis tout autour du zoo brandissaient entre 14h et 17 h, hier, des panneaux destinés à interpeller les passants et visiteurs du parc.

« Votre silence vous rend complice de maltraitance », pouvait-on lire, « leur captivité est le résultat de votre indifférence », ou encore un plus pédagogique « exhiber un animal captif ne montre pas son comportement naturel ». Deux cages avaient en outre été posées à même le sol avec des militants installés à l’intérieur.

Selon Regis Meyer, le président de l’association 269Life, « l’objectif est la fermeture du zoo. Nous sommes contre toute exploitation des animaux et spécifiquement ici, le zoo. Nous souhaitons sa fermeture et un reclassement des animaux dans des refuges adaptés. Par ces actions, nous voulons essayer de culpabiliser les gens, car quelque part, ils cautionnent, ils sont complices. Les animaux sont en souffrance psychologique ».

La municipalité, qui subventionne le zoo géré par une association, a engagé un travail de réflexion en vue de la reconversion du site situé au cœur du parc de l’Orangerie et qui accueille notamment des singes. Les manifestants ont eu la visite de l’adjoint Eric Schultz, engagé dans des débats au sein de la municipalité sur l’évolution du zoo.

Les passants n’ont pas semblé perturbés outre mesure par les manifestants aux slogans chocs et qui les interpellaient.

Vers une extension et une reconversion

« C’est parce que les animaux seraient mieux dans la nature», explique ainsi une maman à son bambin qui demandait pourquoi il y avait la manifestation.

Une grand-mère semblait au contraire un peu tiquer. Et d’expliquer à son petit-fils : « mais s’il n’y avait pas le zoo, on ne saurait pas comment c’est, un singe. » « Ou une crevette » lui répond l’enfant. Mais il n’y a pas de crevettes au zoo. Les réflexions en cours engagées sur l’avenir du site s’orientent vers une extension et une reconversion, avec des animaux différents, plus locaux, voire urbains.

Un dossier épineux qui fait débat.

DNA/O.C. (09/05/2017)

Publié dans Animaux

Commenter cet article