Un tour du monde en famille

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Habitants d’Obermodern, ils ont décidé de tout plaquer pour réaliser leur rêve : explorer le monde. Durant dix mois, Raphaël et Ryme Baltzer ainsi que leurs deux enfants, Thalie et Sohan, vont sillonner 16 pays. Départ le 10 août prochain pour l’Ouzbékistan.

Thalie, Raphaël, Ryme et Sohan Baltzer, prêts à partir. Photo : DNA

Thalie, Raphaël, Ryme et Sohan Baltzer, prêts à partir. Photo : DNA

« On est de grands voyageurs à la base », assure Raphaël Baltzer. Expliquant ainsi l’origine de ce rêve partagé par toute sa famille : sa femme Ryme, Thalie, 7 ans, et Sohan, 4 ans.

À Obermodern, dans le salon de la maison familiale, Raphaël se cale un peu plus dans un fauteuil et replonge dans ses souvenirs. Il se rappelle son premier grand voyage, « en dehors de l’Europe ». « J’avais 25 ans et j’ai passé un mois en Thaïlande. » Le début de sa passion pour les voyages. Ryme, elle, est franco-tunisienne. « J’ai cette double culture en moi. Je sais qu’ailleurs, c’est différent. Un jour, j’ai eu envie de voir ailleurs s’il y avait d’autres différences encore. » Elle se rend alors au Sénégal, en Égypte… Ensemble, ils partagent cette quête du dépaysement. « Nous aimons découvrir de nouveaux endroits, faire la connaissance de personnes différentes. »

« On a envie de vivre quelque chose d’exceptionnel, tous ensemble »

Ryme et Raphaël Baltzer se sont rencontrés en 2007, lors d’un voyage entre amis, en République dominicaine. Depuis, ils ont parcouru ensemble une partie du monde : le Vietnam, la Turquie, un périple en train de Moscou à Pékin en passant par Oulan-Bator via le Transsibérien, le Kenya ou encore, plus récemment, le Pérou. « Je l’ai demandée en mariage, en Inde, devant le Taj Mahal », raconte Raphaël. « Et on s’est marié, quelques années plus tard, à l’île Maurice », poursuit Ryme. « On n’a jamais arrêté de voyager malgré les grossesses et les enfants en bas âge. » Elle précise : « On ne parle pas de la Tunisie, qui est notre deuxième pays et que l’on visite chaque année ». À sept ans, Thalie confirme : « On est parti au Maroc, en Allemagne, en Belgique ».

Vêtue d’un joli T-shirt rose, à l’effigie de New York, la jeune fille est « ravie de partir ». « Nous souhaitons partager notre passion pour les voyages avec nos enfants, les “ouvrir au monde” », affirment Ryme et Raphaël Baltzer. « Dans un contexte général de repli sur soi, nous souhaitons leur montrer que la différence est une richesse. On va à l’encontre de qui se passe aujourd’hui. Nous, on veut s’ouvrir au monde. » Autre objectif affiché, « passer du temps en famille, à quatre. On a envie de vivre quelque chose d’exceptionnel, tous ensemble ».

Chine, Australie, États-Unis

Raphaël avait déjà projeté de réaliser un tour du monde. « C’était en 2003, je venais d’être licencié. » Son rêve a fait place à un autre projet, la création de sa propre entreprise d’informatique, en 2004-2005. Une société, basée à Haguenau, qu’il a vendue en septembre 2016. Une « opportunité », selon ses dires, qu’il a décidé de saisir pour réaliser ce tour du monde. « Et puis, ça tombait bien », souligne Ryme. « J’étais cadre commercial dans la grande distribution et je me suis rendue compte que c’est un milieu qui ne me convient plus. »

Pour réaliser ce tour du monde en famille de dix mois, chacun a dressé la liste des pays qu’il souhaitait visiter, « les enfants aussi ». Outre les États-Unis pour « les hamburgers et les frites » et « la s tatue de la Liberté de nuit », Thalie a souhaité « voir le Brésil et Tahiti ». « À cause de Tahiti Quest », précise-t-elle. Une émission de télévision française de téléréalité, où des familles s’affrontent lors d’épreuves inspirées par les légendes polynésiennes. « J’avais trop envie d’y aller et de voir la mer. »

Les pays retenus ont ensuite été sélectionnés en fonction de différents critères (intérêt, climat, moyens de transport, etc.). Au total, la famille Baltzer va sillonner 16 pays, répartis en quatre thématiques, « pour que chacun se fasse plaisir ». Et Ryme de citer : « Les cultures et traditions pour Raphaël, les arts culinaires pour moi-même, les animaux pour Sohan et les grands explorateurs et les grandes découvertes pour Thalie. Nous allons ainsi débuter notre voyage en suivant les traces de Marco Polo. » La famille Baltzer va passer une quinzaine de jours en Ouzbékistan, qui a longtemps été un point de passage obligé de la route de la soie entre l’Europe et la Chine. « Il s’agit d’un circuit organisé, le seul de notre périple, pour commencer doucement. » Ils seront au Brésil, à Rio, pour le carnaval. Ils passeront Noël et nouvel an en Nouvelle-Zélande, à Auckland. Ils se rendront également en Chine, au Japon, en Indonésie, en Australie, au Chili, au Costa Rica ou encore sur l’île de Pâques.

À moins de trois mois de leur départ, tout est quasiment calé. « J’ai besoin de tout maîtriser », sourit Ryme. Précisant que la plupart des hôtels sont réservés tout comme les moyens de transport. « On visitera les pays en bus, en train, en voiture de location ou en camping-car. » Un choix fait en fonction du pays et des conseils de nombreux voyageurs. « Nous avons consulté beaucoup de sites ou de blogs de familles ou de personnes qui ont réalisé un tour du monde ; ça nous a beaucoup aidés. » C’est un peu pour cela que Raphaël et Ryme ont décidé, à leur tour, de créer leur blog (*) pour « rendre la pareille », « partager nos aventures » mais aussi « inciter ceux qui hésitent à faire un tour du monde à franchir le cap ».

Aujourd’hui, il ne leur reste que quelques formalités, notamment administratives, à effectuer. « Et faire les valises », relève, tout sourire, Thalie. Pour ce périple, ce sera une valise et un sac à dos pour les parents, un sac pour les enfants. « Je vais emmener des puzzles, mes petites figurines et des livres parce que j’aime bien lire », détaille Thalie. Et sa maman de lui rappeler qu’il faudra surtout penser aux livres scolaires. Car Sohan et Thalie sont tous deux scolarisés, l’un à l’école maternelle de Pfaffenhoffen, l’autre à l’école élémentaire de Pfaffenhoffen, en section bilingue. « On ne pouvait pas leur faire rater l’école, note Ryme Baltzer. On s’est ainsi rapproché des enseignants de Thalie qui ont préparé son programme de CE2. Par ailleurs, un projet pédagogique sera mis en place au sein de l’établissement. Cela permettra à Thalie de garder le contact avec ses amies et ses amies pourront suivre son voyage. On pourra également intervenir sur certains sujets. »

Au bout du rêve

Bien sûr, les amis et la famille vont leur manquer. « On est également conscient que durant dix mois, on sera ensemble 24 heures sur 24 et que cela ne sera pas toujours simple. Ou encore que Sohan n’a que quatre ans et qu’il ne se souviendra pas de tout, mais il lui restera des sensations, quelque chose au fond de lui. Pendant dix mois, nos enfants vont faire des tas de découvertes et, je pense, que lorsque l’on rentrera, ils se diront on a de la chance de vivre en France. C’est aussi cela qui motive notre voyage, se rendre compte de ce que l’on a », explique Ryme. Avec Raphaël, ils reconnaissent « déjà penser au retour ». « On laisse des projets en suspens. Mais nous disposons de dix mois pour voir ce que l’on veut faire. » Et Raphaël d’ajouter : « On va être opportuniste en termes d’idées, on va se donner le temps. » « Et puis si cela ne nous plaît pas, indique Ryme, on a toujours la possibilité d’acheter des billets et de rentrer. Le plus important, c’est que l’on aura été jusqu’au bout de notre rêve. » Partir à l’autre bout du monde ensemble.

(*) baltzerenvadrouille.blogspot.fr

DNA/V.K. (14/05/2017)

Publié dans Insolite

Commenter cet article