Important dépôt de gravats en forêt

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Des détritus à l’orée de la forêt. Document remis

Des détritus à l’orée de la forêt. Document remis

Jean-Louis Schmitt, habitant de Rauwiller et grand amoureux de la nature, s’indigne d’un dépôt sauvage de gravats à proximité de la forêt, à l’Est du village, au lieu-dit le « Petit-bois ». Plusieurs mètres cubes de briques et autres débris ont en effet été déposés.

Après avoir écrit un courrier au maire de Rauwiller, il a appris que le lieu se trouvait sur le ban de Schalbach. Jean-Louis Schmitt a donc réitéré son courrier au premier magistrat mosellan. Mais cette fois, il n’en reste pas là : il a également prévenu la gendarmerie et l’association Mirabel – Lorraine Nature Environnement.

« Je suis personnellement outré par de tels comportements qui constituent une pollution supplémentaire et de durables verrues dans un paysage déjà bien malmené par ailleurs ! » explique-t-il dans son courrier.

DNA (28/05/2017)

Photo : JLS

Photo : JLS

Publié dans Environnement

Commenter cet article

Céline Stein 29/05/2017 13:28

Et ce n'est pas près de s'arranger...

Charles Ours 29/05/2017 13:28

Pourtant les déchetteries existent et pour rappel le projet Sotravest Axest de dépôt d'amiante de Niederbronn n'empêchera pas les décharges sauvages d'amiante !

Frédérique Merck 29/05/2017 13:27

A Wissembourg, sur la zone d'activités Est, actuellement en friche (plusieurs entreprises vides et abandonnées), la partie anciennement occupée par la scierie a été gagnée par la végétation (et du coup par le tarier pâtre et le pie-grièche écorcheur), pour l'aspect positif, mais aussi par les déchets de gravats et autres restes de construction, pour l'aspect négatif... Les tas se multiplient... L'humain métastase partout.

Stéphane Stein 29/05/2017 13:26

Un classique, malheureusement

Attilio Malorgio 29/05/2017 13:25

Dégoûtant !

Jean-Louis 29/05/2017 07:47

A ce jour (lundi 29 mai), aucune nouvelle ni du maire concerné, ni de la Gendarmerie ni même de MIRABEL... A côté de cela, les municipalités organisent chaque année des "nettoyages de printemps" où adultes et enfants ramassent des tonnes de déchets : où est la logique alors que d'aucuns peuvent impunément déverser leurs gravats dans le milieu naturel ?