EELV : prôner une écologie positive

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Respectivement vice-présidente de la communauté de communes de Hanau – La Petite-Pierre et maire de Gottenhouse, Sandrine Lombard et Jean-Luc Simon se lancent dans la campagne des législatives sous les couleurs d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Ils souhaitent remettre les questions environnementales au cœur des débats politiques.

Sandrine Lombard, candidate d’EELV, et son suppléant Jean-Luc Simon. Photo : JLS

Sandrine Lombard, candidate d’EELV, et son suppléant Jean-Luc Simon. Photo : JLS

À la présidentielle, Europe Écologie - Les Verts (EELV) avait un candidat, Yannick Jadot, qui s’est finalement désisté pour soutenir le PS de Benoît Hamon. Avec le résultat historiquement bas que l’on connaît. Une erreur stratégique, selon vous ?

- Sandrine Lombard : « Nous ne sommes pas encartés, nous faisons partie de la société civile. De ce fait, nous ne sommes pas dans les organes des partis et nous avons du mal à juger leurs logiques. N’étant pas adhérent en tant que tel, nous sommes neutres par rapport à ce positionnement. »

- Jean-Luc Simon : « C’est facile, après coup, de dire que c’était une erreur stratégique. Au moment où il l’a fait, le siphonnage des électeurs du parti socialiste au profit de la France insoumise de Mélenchon n’avait pas débuté. »

« Les thèmes écologiques ont été passés sous silence »

En tout cas, il a été peu question d’écologie lors de cette campagne présidentielle. Le sujet est-il encore porteur auprès des électeurs ?

- J.-L.S. : « Bien sûr ! Mais les thèmes écologiques ont été passés sous silence à cause de la tournure qu’a pris cette élection présidentielle. Les législatives vont enfin permettre de parler des sujets qui touchent chacun. »

- S.L. : « Surtout qu’il y a urgence à agir dans divers domaines qui touchent tout le monde. »

Vous dites qu’EELV est venu vous chercher. Pour quelles raisons avez-vous accepté de représenter ce parti pour ces législatives ?

- S.L. : « Je suis une écologiste de terrain, pragmatique. Tout mon parcours s’est déroulé dans le champ du développement durable. Je suis tombée dedans petite puisque mon papa était forestier. L’environnement, c’est ma vie professionnelle, personnelle et mon combat en tant qu’élue. C’est au travers de mes valeurs humanistes, progressistes et de justice sociale, qu’EELV est venu me chercher. »

- J.-L.S : « Dans chacune de mes décisions au conseil municipal de Gottenhouse depuis 1989 et surtout depuis que je suis maire, j’ai pris en compte la composante environnementale. J’ai des enfants et un petit-enfant. Il m’est insupportable d’imaginer ma descendance exposée à des difficultés dont on serait responsable. »

« Faire prendre conscience des enjeux environnementaux »

Pour avoir du poids contre une droite forte sur le territoire, le Front de gauche avait proposé une union des partis de gauche. Avez-vous été contactés ? Si oui, pourquoi avoir choisi de faire cavalier seul.

- S.L. : « Oui, mais nous ne sommes pas dans les négociations de partis. Nous, notre engagement est de porter nos messages. »

- J.-L.S : « Et on n’est jamais mieux servi que par soi-même ! »

Quel résultat au soir du premier tour vous donnerait satisfaction ?

- S.L. : « Un bon score serait d’être présent au second tour. Mais notre souhait serait que les valeurs que nous portons soient reprises et intégrées par tous les partis. En fait, nous sommes là pour faire prendre conscience des enjeux environnementaux. »

- J.-L.S : « Le rêve serait de ne plus avoir besoin de partis écologistes et que la problématique environnementale soit reprise partout, que les principes soient même intégrés dans la constitution. »

- S.L. : « Tous les partis actuels se veulent environnementalistes, mais ça reste le parent pauvre de leur programme… »

Comment comptez-vous vous faire entendre et convaincre sur cette circonscription qui vote traditionnellement à droite ?

- S.L. : « En prônant une écologie positive ! En démontrant qu’il ne s’agit pas de quelque chose de punitif ou de répressif et que la transition écologique peut être génératrice de retombées positives également dans les domaines économiques et sociaux. »

- J.-L.S : « Il y a aussi tout un tissu associatif qui fait partie de cette mouvance et se développe. »

- S.L. : « On voit par exemple de plus en plus d’initiatives citoyennes qui émergent tels que des SEL (systèmes d’échanges locaux, ndlr ), des AMAP (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne, ndlr )…»

«Les écologistes ne sont pas de doux rêveurs »

Quel est le principal thème que vous comptez défendre durant la campagne ?

- S.L. : « La santé, en privilégiant la prévention. Il y a d’ailleurs un gros travail d’information à faire avec les perturbateurs endocriniens présents dans de très nombreux produits du quotidien aujourd’hui. Et on récolte ce que l’on a semé 20 ans après, d’où l’importance du principe de précaution. »

- J.-L.S : « Il y a aussi l’éducation, en faisant en sorte d’avoir des regroupements scolaires qui restent à taille humaine et en proposant de bonnes conditions de travail aux enseignants. »

Écologie et économie sont-elles conciliables ?

- S.L. : « Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les écologistes ne sont pas de doux rêveurs. Ils sont pragmatiques et prennent aussi en compte l’angle économique. Plus on anticipe les problèmes de santé, plus on fait d’économie. Si, avec une alimentation plus saine et moins de pollution, on parvenait à réduire de 10 % les infections de longue durée comme les cancers, les maladies cardio-vasculaires ou encore le diabète, on réduirait de 83 % les dépenses de la sécurité sociale. La transition écologique permettra aussi de développer des activités économiques et de créer des emplois locaux et non délocalisables dans l’agriculture, la rénovation énergétique des bâtiments, la valorisation des déchets. »

En cas de duel sur la circonscription de Saverne entre Les Républicains et le Front national, au deuxième tour, quelles consignes de vote donneriez-vous à vos électeurs ?

S.L. : « On n’en est pas là. On veut rester positif en pensant qu’il y aura peut-être des surprises ! Mais nous défendrons toujours des valeurs humanistes et d’ouverture aux autres et à l’Europe. »

DNA/Propos recueillis par Guénolé BARON (16/05/2017)

Publié dans Environnement

Commenter cet article

WEISS Christian 17/05/2017 06:25

Je comprends bien votre engagement politique. Il va participer cependant à l'émiettement des voix avec les conséquences habituelles que l'on connait. Il y a eu un programme marqué très fortement écologique, mais vous parlez de "siphonnage" de voix donc il est inutile d'en parler avec vous. Cependant, par curiosité et à titre d'information, vous pouvez lire malgré tout "l'avenir en commun" et on pourra en reparler. Je sais que les écolos EELV sont contre les paroles radicales, mais en politique, ce n'est qu'ainsi que les choses évoluent et je suis bien placé pour le savoir, étant un écolo de terrain, élu aussi à la Com Com pendant deux mandats. C'est dommage car à chaque élection, après l'espoir, reviennent au quotidien les manoeuvres (financières) des partis en perdition. Une voix= 1,€60 pour le parti pendant cinq ans pour les législatives...Demandez à Hugues Stoeckel qui est dans votre coin ce qu'il en pense...

Evelyne Fuchs 16/05/2017 08:30

Nous attendons avec impatience le positionnement et L'ENGAGEMENT de tous les candidats contre l'enfouissement d'amiante a Niederbronn-les-Bains.

Sandrine Lombard 16/05/2017 09:18

Étant fonctionnaire d' État je ne peux pour l'heure pas intervenir, mais mes collègues élus Philippe, Emmanuel, Jacquy sauront vous rassurer sur mon positionnement. Bien cordialement