Dépôt d’amiante : manifestation pour « enfoncer le clou »

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le collectif opposé à la création d’un site de déchets amiantés dans le Parc naturel régional des Vosges du Nord a organisé une nouvelle manifestation hier après-midi entre Reichshoffen et Niederbronn-les-Bains.

Environ 200 personnes ont marché en direction du site où pourraient être enfouies 150 000 tonnes de déchets amiantés. Photo : DNA - G. L.

Environ 200 personnes ont marché en direction du site où pourraient être enfouies 150 000 tonnes de déchets amiantés. Photo : DNA - G. L.

Les opposants ont emporté une première victoire en février. Devant le tribunal administratif de Strasbourg, ils ont obtenu l’annulation de l’arrêté préfectoral du 25 juillet 2016 qui permettait à l’entreprise de BTP Sotravest de créer un dépôt de déchets amiantés sur onze hectares à Niederbronn-les-Bains. Le chantier est depuis arrêté.

Pour « enfoncer le clou », les opposants organisaient hier après-midi leur troisième manifestation en un an et demi. Ils redoutent que le préfet du Bas-Rhin relance la procédure en rédigeant différemment son arrêté.

Environ 200 personnes y ont pris part, soit un peu moins que lors des précédentes éditions. « L’amiante, on n’en veut pas ! », ont répété les manifestants en se dirigeant vers le site où ils ont symboliquement formé une chaîne humaine pour « faire barrage au projet ».

Ce dernier porte sur l’enfouissement de 150 000 tonnes de déchets amiantés, mélangés à un million de tonnes de gravats, sur trente ans. « On peut se débarrasser de l’amiante sans faire de grandes poubelles, ni ici, ni ailleurs, a défendu Victor Vogt, porte-parole du collectif. Nous demandons de la recherche pour que demain les entreprises puissent développer des solutions propres. Elles seront peut-être plus chères… Mais quel est le prix d’une vie humaine quand on sait le nombre de personnes rendues malades par l’amiante et toute la nature souillée par ce produit ? »

Philippe Zebst, le père d’un employé de Sotravest tétraplégique depuis un accident survenu sur un chantier en 2013, a pris le micro pour inviter à s’interroger sur le sérieux de l’entreprise.

Des élus locaux et des candidats aux élections législatives étaient aussi dans les rangs.

DNA/14/05/2017

Photos : DNA - G. L.(Cliquez pour agrandir)Photos : DNA - G. L.(Cliquez pour agrandir)
Photos : DNA - G. L.(Cliquez pour agrandir)Photos : DNA - G. L.(Cliquez pour agrandir)
Photos : DNA - G. L.(Cliquez pour agrandir)Photos : DNA - G. L.(Cliquez pour agrandir)

Photos : DNA - G. L.(Cliquez pour agrandir)

Publié dans Environnement

Commenter cet article