Une maladie tueuse de frênes

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Apparue en Pologne dans les années 90, la chalarose du frêne s’est répandue en Europe. Toute la plaine du Rhin est touchée et des arbres doivent être abattus.

Les frênes touchés par la chalarose se dessèchent et leurs branches mortes risquent de tomber. Ils doivent être coupés. Photo : DNA – G. L.

Les frênes touchés par la chalarose se dessèchent et leurs branches mortes risquent de tomber. Ils doivent être coupés. Photo : DNA – G. L.

Depuis quatre ou cinq ans, les frênes de la plaine du Rhin sont touchés par la chalarose. Cette maladie apparue en Pologne au début des années 90 s’est largement répandue dans toute l’Europe.

Tandis que les arbres bien portants reverdissent au printemps, les spécimens malades végètent. « La maladie cause le flétrissement des jeunes pousses, suivi de leur dessèchement. Les arbres perdent leurs feuilles aux extrémités des branches » souligne Florence Bucher, responsable de l’Office national des forêts (ONF) à Haguenau.

« Affaiblis, ils sont colonisés par un champignon parasite, l’armillaire, qui les fait pourrir et les tue en quelques années. » L’augmentation du nombre de branches mortes multiplie les risques pour les promeneurs et les forestiers. En outre, la pourriture des racines peut entraîner la chute d’un arbre entier. Il n’y a d’autre solution que de les couper.

Gourmands en eau, les frênes poussent surtout au bord des rivières et sont assez présents dans le nord du Bas-Rhin. En octobre dernier, l’ONF avait dû mener « une importante opération d’abattage » dans le secteur de Soufflenheim où « une centaine d’hectares » avaient été ravagés. À partir de la semaine prochaine, c’est la forêt de Haguenau qui sera débarrassée des arbres contaminés.

Les forestiers ont marqué les frênes à éliminer à proximité des routes départementales menant à Bitche et à Wissembourg (*). « Nous en profiterons pour ouvrir un peu les lisières », précise la responsable locale de l’ONF. Au total, quelque « 1 200 tiges » de « toutes tailles » seront coupées et une douzaine de bûcherons mobilisés.

Le bois qui pourra encore être valorisé sera vendu — le frêne est une essence dure et flexible, souvent employée pour fabriquer des parquets ou des manches d’outil. Le reste sera évacué pour être transformé en plaquettes de chauffage ou bien laissé sur place.

(*) Les routes seront fermées à la circulation jour et nuit durant les opérations d’abattage : la route Haguenau – Bitche (RD 1 062) entre Schweighouse-sur-Moder et Mertzwiller du 18 au 21 avril puis la route de Wissembourg (RD 263) entre Haguenau et Surbourg du 24 avril au 5 mai.

 

DNA/G.L. (12/04/2017)

Publié dans Environnement

Commenter cet article