Taïwan : tuer, vendre et consommer des chiens et des chats est interdit

Publié le par Jean-Louis Schmitt

En 1998, Taïwan a déclaré qu'il était illégal d'abattre des chiens et des chats et de vendre leur viande. Mais un marché commercial souterrain persistait...

Un chien couché devant le Chiang Kai-shek Memorial Hall de la Freedom Square à Taipei, Taiwan – Shutterstock

Un chien couché devant le Chiang Kai-shek Memorial Hall de la Freedom Square à Taipei, Taiwan – Shutterstock

La viande de chien et de chat est encore consommée dans de nombreuses régions d’Asie. La Chine y consacre même un festival annuel, à Yulin, où 10 000 chiens sont sacrifiés et servis de repas. Après une série de scandales d’une extrême violence, le Parlement taïwanais a pris une décision radicale…

 

Taiwan devient le premier pays d’Asie à adopter une loi interdisant la consommation de chats et de chiens. L’interdiction couvre également la vente, l’achat et la possession de cadavres ou d’organes de chiens et de chats. La députée Wang Yu-Min du parti nationaliste KMT qui avait déposé le texte de loi, se félicite : « Ceci montre que Taïwan est un pays ou la société se préoccupe hautement du bien-être des animaux ».

 

En vertu de la nouvelle loi votée le 11 avril sur la protection des animaux, toute personne reconnue coupable de manger de la viande de chat ou de chien sera passible d’une amende allant jusqu’à 7 715 euros. L’identité et la photo de la personne hors-la-loi seront également rendues publiques.

 

Le projet de loi interdit également la tenue de chien en laisse derrière un deux-roues motorisé ou tout autre véhicule.

 

Taïwan a également doublé la peine d’emprisonnement maximale à deux ans de prison avec une amende pouvant atteindre 61 700 euros pour tout acte qui nuit délibérément aux animaux et entraîne des membres mutilés, une défaillance d’un organe ou un décès.

 

L’année dernière, une vidéo montrant des militaires étrangler un chien et jeter son corps sans vie dans l’océan avait déclenché une vague d’indignations et de manifestations. Le Ministre de la Défense de Taïwan s’était alors excusé en public.

 

Le mouvement de la protection animale augmente rapidement en Asie et les appels à la fin de cette cruauté gratuite sont de plus en plus entendus… Serait-ce un espoir pour que les autres pays d’Asie concernés arrêtent de consommer ces animaux ?

 

Mélissa Becquet (14 avril 2017)

 

À lire aussi : Yulin 2016 : cet homme a sauvé 1000 chiens ! Les coulisses d’un exploit.

Publié dans Animaux

Commenter cet article

Michele Enault 18/04/2017 06:19

Un petit pas en avant !!!

Agnès Robert 18/04/2017 06:18

Enfin...Demain, la même chose chez nous pour les lapins, les vaches, les moutons, les poissons, les porcs, les cers, chevreuils, pigeons, moules, huítres, homards, etc ?