Se laisser conter le paysage minier

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La saison recommence pour le pays d’art et d’histoire ! La prochaine visite thématique est « Laissez-vous conter le paysage minier », samedi après-midi, avec un parcours pédestre de 2 h 30. Marchez sur les pas des mineurs et découvrez leur histoire.

La tour des mineurs d’Echery, construite en 1550, siège de la justice des mineurs, à l’entrée du vallon du Rauenthal. Point de départ du circuit d’aujourd’hui. Photo : DNA - Anne MULLER

La tour des mineurs d’Echery, construite en 1550, siège de la justice des mineurs, à l’entrée du vallon du Rauenthal. Point de départ du circuit d’aujourd’hui. Photo : DNA - Anne MULLER

Ce circuit traverse le vallon du Rauenthal , en passant par l’église de Saint-Pierre-sur-l’Hâte et aborde le riche passé minier de cette vallée. Ces exploitations minières ont laissé de nombreuses traces dans le paysage : habitat minier, failles géologiques, entrées de mine, bâtiments industriels, administratifs et religieux…

Au Moyen-Âge, le vallon du Rauenthal se situait sur les terres des seigneurs de Ribeaupierre. Ces terres étaient riches en minerai d’argent. La découverte au Xe siècle des premiers filons argentifères transforme le paysage de ce vallon.

Argent, cobalt et arsenic

Au fil des siècles s’implantent dans ce hameau des fonderies et des ateliers de traitement du minerai. L’exploitation de ce secteur minier débute en 1549 et perdure jusqu’en 1940. On exploitera différents minerais : argent (10e - 1906), cobalt (18e ) et arsenic (1935 - 1940).

Au XVIe siècle, c’est l’âge d’or de l’exploitation minière argentifère. Cette nouvelle activité nécessite la création de nouvelles pratiques administratives. Cette organisation minière se distingue en deux organismes : la société des actionnaires « Gewerkschaft » et la confrérie des mineurs « Knappschaft ».

Les exploitations minières sont confiées aux actionnaires, ils apportent les capitaux, le matériel et payent les salaires des mineurs. Tandis que la confrérie s’occupe de la partie administrative, elle instaure un règlement et fixe les modalités d’exploitation. À la tête de cette confrérie, il y avait le juge des mines, qui veillait au bon déroulement des exploitations.

On construit en 1550 la tour des mineurs, ce bâtiment a été créé certainement après la mise en service des filons du Neuenberg (exploités dès 1549). Dans cette tour se trouvaient un tribunal et une prison.

Maisons à tourelle

Pour assurer le suivi de ces exploitations, on construit des maisons à tourelle, occupées par les hauts cadres de l’administration minière et seigneuriale. Une très belle maison jouxte le chemin du Rauenthal, la maison du receveur de dîmes. Ce bâtiment administratif assurait le rôle de trésor public.

Ces exploitations minières font appel à une main-d’œuvre qualifiée, de nombreux mineurs arrivent de Saxe. Ils amènent savoir mais aussi leur religion : le protestantisme. L’église de Saint-Pierre-sur-l’Hâte construite au XVIe siècle permettait à ces mineurs d’avoir un lieu de prière.

Au cours des différentes périodes d’exploitations, de nombreuses galeries ont été creusées. Depuis 1994, les mines du Neuenberg (vallon qui s’étend entre les vallées de la Petite Lièpvre et du Rauenthal) sont inscrites à l’inventaire des monuments historiques.

Samedi 22 avril, rendez-vous à 15 h devant la tour des mineurs d’Echery, à Sainte-Marie-aux-Mines. Visite gratuite, sans réservation. Chaussures de marche recommandées.

DNA (22 avril 2017)

Publié dans Initiative

Commenter cet article