Sauvons ce que l'on peut encore sauver !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Face à la disparition annoncée de près de la moitié des animaux sur Terre en 40 ans, on ne peut que se sentir coupable. Tous coupables de laisser à nos enfants un cimetière naturel et à nos petits-enfants un désert écologique. On pense aux éléphants et aux léopards qui disparaissent dans les savanes ou à la destruction de la forêt équatoriale.

Permettre l'installation d'hirondelles chez soi... Photo : Jean-Louis Schmitt

Permettre l'installation d'hirondelles chez soi... Photo : Jean-Louis Schmitt

Un vaste désert où le maïs règne en maître

 

Pareil au niveau local : là, c'est largement plus que 40 % de pertes qui apparaissent. Mes parents avaient une petite ferme dans l'Ackerland, une de ces exploitations qui regorgeaient d'oiseaux : hirondelles, moineaux, mésanges et autres pigeons...

La disparition de ces petites structures a fait disparaître tous ces oiseaux et tout un écosystème. Dans les années 1960 et même 1970 dans le Kochersberg, un tableau de chasse faisait étalage de dizaines de lièvres. Aujourd'hui il n'y a plus ni lièvre, ni perdrix ni même faisans.

 

La disparition de l'écosystème des bosquets, vergers, prairies a condamné nos campagnes à devenir un vaste désert où règne en maître le maïs. Il est facile d'accuser les agriculteurs d'avoir coupé les derniers arbres solitaires. Nous sommes tous fautifs, nous achetons des produits venus d'ailleurs, les produits les moins chers sans faire attention à leur provenance. Il va falloir se réveiller !

 

Faire en sorte que nos paysans garants de notre environnement puissent vendre de bons produits au juste prix et en vivre. Se battre contre les grands lobbys qui nous poussent à cultiver à tout-va. Faire vivre nos villages, savoir replanter de grands arbres espacés pour redonner une image de carte postale à notre Alsace, remettre des prairies et des vergers en encourageant les petits producteurs locaux. Sauver ce que l'on peut encore sauver.

 

C'est de notre responsabilité que de laisser un héritage digne de ce nom à nos enfants. Laisser la nature reprendre le dessus, arrêter de vendre des chasses communales à des individus parfois sans scrupule. Redonner une chance à nos animaux, donner une chance à la diversité naturelle, revenir à la raison. Revoir des mésanges, abeilles et autres lièvres dans nos campagnes arborées !

 

Il y a pour cela quelques recettes immédiates. Demandez à vos communes et vos maires de faire un bilan et un état des lieux, de replanter là où c'est possible. Demandez aux agriculteurs de planter des arbres isolés dans les espaces vides, de promouvoir la biodiversité.

Si vous avez un bout de terrain, plantez arbres et haies ! Vous verrez très vite qu'avec très peu d'argent et un minimum de volonté on peut faire beaucoup.

 

Écologique et économique

 

En intervenant localement, on peut agir, la solution est de revenir à un peu plus de raison. La vraie solution, elle est Écologique tout comme elle est économique, elle doit permettre à nos agriculteurs de vivre dignement de leur travail en les encourageant, en se montrant solidaire, en achetant leurs produits au juste prix, celui de la qualité, de la fraîcheur et de la traçabilité.

 

DNA/Jean Kohler, Furdenheim (22 avril 2017)

Replanter là où c'est possible... Photo : JLS

Replanter là où c'est possible... Photo : JLS

Publié dans Point de vue

Commenter cet article

ML Fanny 28/04/2017 20:41

Effectivement... Peu voire pas d'hirondelles à Landange cette année.

Jpl 28/04/2017 07:49

Bien qu'habitant en milieu urbain, nous avons eu lors de l'achat de notre terrain l'obligation de garder une bande boisée de 15mètres au fond du jardin, mesure en apparence ennnuyeuse mais au final très performante pour la flore et la faune. C'est ainsi que nous observons bon nombre d'oiseaux courants, il y a en ce moment une porté de mésanges charbonnières dans un nichoir, un nid de pies en haut d'un chêne, des écureuils venant s'approvisionner dans une mangeoire, au mois un hérisson et en plus nos renards dont le fameux "Jules" qui fréquente assidûment les lieux....tout ça sans compter avec ce que l'on a pas vu! Comme écrit ci-dessus, et si vous le pouvez, plantez haies, arbres, fleurs etc...et vous contribuerez un peu à cette sauvegarde de la biodiversité qui va bien vite nous manquer si on ne fait rien!