Panneaux solaires : la solution miracle n’existe pas !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

L’aérovoltaïque est un mixte de panneaux solaires photovoltaïques pour produire de l’électricité et de panneaux solaires thermiques pour chauffer l’habitation. Malheureusement, cette technologie est souvent vendue comme miraculeuse, alors que pour une maison standard, il en est tout autre. Au final, le particulier est déçu et y perd plus qu’il n’y gagne.

Les panneaux solaires photovoltaïques : efficaces pour produire de l’électricité, pas forcément pour le chauffage. Photo : L’Alsace

Les panneaux solaires photovoltaïques : efficaces pour produire de l’électricité, pas forcément pour le chauffage. Photo : L’Alsace

Les panneaux photovoltaïques traditionnels transforment la lumière du soleil en électricité. Mais ce processus de conversion dégage également de la chaleur. Cette chaleur fait baisser la quantité d’électricité produite. Le principe de l’aérovoltaïque est donc d’exploiter cette chaleur habituellement perdue comme appoint de chauffage dans la maison. La face du panneau exposée au soleil produit donc de l’électricité, l’autre face, intérieure, récupère l’air chaud pour être redistribué dans l’habitation.

Des entreprises pas toujours performantes

Aujourd’hui, de plus en plus, d’entreprises font du démarchage à domicile en vantant les mérites de cette technologie. Malheureusement, leurs méthodes de vente sont parfois douteuses. En effet, les calculs réalisés ne sont pas démontrés, les chiffres annoncés ne sont pas justifiés, les aides financières non maîtrisées…

C’est l’expérience qu’ont faite Monique et Jean-Christophe, de Rosheim. Ils ont été démarchés par une entreprise pour l’installation de panneaux aérovoltaïques, le tout pour un montant de 24 000 euros. La pose n’a jamais pu avoir lieu car la maison était située dans un périmètre de protection des Monuments historiques. De plus, lors de la présentation du matériel, le commercial a fait espérer à ses clients des performances qui, en réalité, ne pouvaient être atteintes.

Selon Florent Rougier, conseiller à l’Espace Info Énergie (EIE) de la Chambre de consommation d’Alsace (CCA), « l’expérience de Monique et Jean-Christophe permet de mettre en avant la faiblesse technique de certaines entreprises qui ne cherchent qu’à vendre un produit. On le voit, il n’y a aucune réflexion globale sur la performance énergétique de la maison et les besoins de leurs clients. De plus, le fait de réaliser une étude technique avant la signature d’un devis est une étape primordiale. C’est elle qui va déterminer la faisabilité, la rentabilité ou encore l’intérêt du système pour votre maison. »

Autre constat, ces entreprises vendent souvent ce procédé comme un système de chauffage à part entière. Or, la production d’électricité la plus importante est celle réalisée en été. Le chauffage de l’habitation est-il nécessaire à cette période-ci ? Non ! Puisque le besoin de chauffage est quasi inexistant en été, on se retrouve avec une production qui n’est pas en phase avec les besoins. Concernant le confort thermique, si l’air n’est pas suffisamment chaud, il va créer une sensation d’air froid brassé. La solution alors proposée par les entreprises sera une résistance électrique pour compenser ce manque de calories. Ce qui est, en soi, incompatible avec les principes d’économie d’énergie.

En conclusion, de bons résultats sont observés pour la partie photovoltaïque, en sachant que la partie concernant le chauffage ne répond pas aux attentes d’une habitation traditionnelle. Ce système peut être extrêmement intéressant pour une maison passive. Cette dernière ayant des besoins de chauffage très faibles, les calories apportées pourraient être suffisantes.

Dans un premier temps, il est donc plus judicieux de penser à comment garder ses calories à l’intérieur de son habitation, notamment grâce à l’isolation de cette dernière, avant de vouloir installer un système plus performant issu des énergies renouvelables. En sachant tout de même qu’il existe une énergie qui est particulièrement bon marché : celle que l’on ne consomme pas !

Chambre de consommation d’Alsace Bas-Rhin : 03 88 15 42 42 Haut-Rhin : 03 89 33 39 79 www.cca.asso.fr

DNA/Richard Nicolini (11/04/2017)

En cas de doute

En cas de doute, ne vous contentez pas d’un seul devis et surtout n’hésitez pas à vous faire accompagner gratuitement par un conseiller EIE, Espace Info Energie (voir coordonnées ci-dessous), en lui soumettant les propositions techniques et les devis afin de vérifier la pertinence des travaux. Pour rappel : lorsqu’un devis est signé sur une foire ou un salon, il n’y a aucun délai de rétractation. La vente est donc définitive.

Pour en savoir plus : 03 88 24 96 12 ou 03 88 24 96 13 www.cca.asso.fr - onglet “Espace Info Energie”

Panneaux solaires : la solution miracle n’existe pas !

Publié dans Energie

Commenter cet article

Denis S. 28/04/2017 14:49

Quelques chiffres pour information :

Nous sommes équipés de 22 m² de panneaux solaires depuis 7 ans.

- Coût de l'installation après déduction du crédit d'impôts: 18 000 €
- Production annuelle entre : 3200 kw et 3500 kw (2100 heures d'ensoleillement cette année-là) soit un peu moins de la moitié de notre consommation électrique (éclairage + cumulus + chauffage inverter + électroménager)
- La revente à ERDF du courant produit "rapporte" dans les 2000 € / an déduction faite de l'abonnement spécial au réseau

Donc théoriquement au bout de 9 ans nous pourrions escompter un "retour sur investissement" durant les 10 années suivantes.
Mais ...
Sachant que la durée de vie moyenne de l'onduleur est de 7 ans il faudra un jour prochain le remplacer (entre 1000 et 2000 €) et que le temps passant le "rendement" des panneaux diminue ...

Questions ?
- L'opération m'aura-t-elle au bout du compte enrichi ? Probablement pas !
- Referais-je la même démarche dans les mêmes conditions ? Sans doute oui (ça fait toujours ça d'énergie "propre"… si je ne fouille pas trop du côté fabrication des panneaux).
- Aurais-je installé des panneaux si je n'y avais pas été aidé par un tarif de rachat aussi favorable ? Clairement non
- Mis à part l'aspect financier le solaire m'intéresse-t-il toujours autant ? Oui et d'autant plus que la technique (micro-onduleurs, rendement des panneaux) ont évolué depuis.
- Pourquoi ne pas avoir installé dans la foulée de panneaux eau chaude ? Pour des raisons d'esthétique : ça faisait vraiment moche sur le toit et mon terrain est trop petit pour envisager une implantation ailleurs. En outre nous avons préféré investir dans le renouvellement du double vitrage (à l'argon et verre spécial) en remplacement de ceux de première génération).