Fripouille le chaton, rescapé après s’être fait tirer dessus

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La petite Fripouille, chatte de dix mois, a été victime d’un acte de torture particulièrement abject. Son maître, Aurélien Fauth, de Weislingen, est encore interloqué et aimerait des réponses.

Du bois et des plombs ont été retirés du corps de Fripouille. Photo : DNA - Marie Gerhardy

Du bois et des plombs ont été retirés du corps de Fripouille. Photo : DNA - Marie Gerhardy

Mercredi 5 avril, aux aurores, Aurélien Fauth rentre de son poste de nuit. Il croise son père qui part travailler puis se couche. Tandis que se croisent les deux hommes de la maison, la mère d’Aurélien et la petite chatte de dix mois ont aussi leur rituel. À 7 h 30, Fripouille miaule pour sortir et Eulalie lui ouvre la porte-fenêtre.

Mais environ un quart d’heure plus tard, le chaton est à nouveau sur la terrasse, sale, trempé et malodorant. Il ne peut plus poser la patte avant gauche et saigne en plusieurs endroits. Eulalie court réveiller son fils, pensant que Fripouille s’est fait renverser par une voiture. La petite chatte semble avoir une gêne dans la gorge, mais Aurélien ne voit rien en lui ouvrant la gueule.

Eulalie et Aurélien embarquent immédiatement Fripouille dans la voiture, direction la clinique vétérinaire de Sarre-Union. Des radios et des examens doivent être effectués. Vers 15 h, le téléphone sonne : « Votre chat s’est fait tirer dessus, un plomb lui est entré dans le cou et est ressorti par la patte. Il avait également un morceau de bois enfoncé dans la gorge et il a probablement été jeté dans un fossé. » Vue la gravité des blessures, des plombs n’ayant pas pu être retirés, la question de l’euthanasie se pose. Une opération peut également être tentée à Strasbourg, mais elle a peu de chance de réussir et coûte 1 500 €. Aurélien et Eulalie se résignent à laisser le vétérinaire amputer Fripouille de sa patte avant-gauche, puis la ramènent à la maison.

Elle ne veut plus sortir

Depuis, l’attachante petite Fripouille réapprend à se débrouiller. Sa collerette et ses points de suture lui ont été enlevés récemment, et elle peut se déplacer en chaloupant sur trois pattes. Mais elle qui ne s’aventurait jamais bien loin ne veut désormais plus du tout sortir. Quand la porte-fenêtre est ouverte, elle préfère se cacher sous les meubles. Aurélien a porté plainte, mais malgré l’enquête de voisinage menée par les gendarmes, les questions demeurent. Les Fauth ne sauront probablement jamais ce qui s’est passé, mais ont une certitude : quelqu’un de mal intentionné et armé d’un fusil à plomb est lâché dans la nature. Ils espèrent toujours que quelqu’un ait aperçu quelque chose et le signale.

DNA/Marie Gerhardy (29/04/2017)

Photos : DNA - Marie GerhardyPhotos : DNA - Marie Gerhardy
Photos : DNA - Marie Gerhardy

Photos : DNA - Marie Gerhardy

Publié dans Animaux

Commenter cet article

Martina 29/04/2017 20:21

Mais quelle horreur ! Il faut espérer que le coupable soit identifié et puni. Que tout le monde mène sa petite enquête et reste vigilant afin que ce monstre puisse être mis hors d'état de nuire.
Bonne chance à petite Fripouille et à sa famille !

Michèle Chavanes 29/04/2017 14:20

C'est vraiment honteux de s'en prendre à notre animal sans défense il n'y a pas de peine assez lourde pour condamner ces abrutis