Des labos sans animaux

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Une soixantaine de personnes ont participé à la marche contre l’expérimentation animale, organisée samedi après-midi par les associations Fight for monkeys et Avenir Vegan.

La marche contre l'expérimentation animale est partie de la place située devant le forum de l'Ill. Photo : DNA

La marche contre l'expérimentation animale est partie de la place située devant le forum de l'Ill. Photo : DNA

Selon un rapport de la commission européenne, plus de 11 millions d’animaux sont tués chaque année en Europe, dont plus de 2 millions en France, en conséquence de l’expérimentation animale. Les rongeurs, notamment les souris et les rats, représentent près de 80 % des victimes. S’appuyant sur ce constat, les associations "Fight for monkeys" et "Avenir Vegan" ont organisé un rassemblement, samedi après-midi, au centre-ville d’Illkirch-Graffenstaden.

Pour le développement de méthodes alternatives

L’objectif : informer sur les méthodes substitutives. Fondé par d’anciens chercheurs du CNRS, le comité scientifique Antidote Europe s’est joint au mouvement. « Au départ, c’était pour moi un combat éthique. Aujourd’hui, il est aussi question d’efficacité. Les expérimentations animales ne sont pas à 100 % performantes, car les médicaments testés sur les animaux ont malgré tout des effets secondaires chez l’homme », justifie le vétérinaire André Ménache.

Ce que souhaite le médecin, c’est qu’il y ait « un vrai débat public ». « Il n’est pas normal que les chercheurs n’utilisant pas les animaux disposent de subventions nettement moins importantes que les autres. » L’idée, c’est donc de mettre en valeur les méthodes constituant une alternative aux expérimentations pratiquées sur les animaux (cultures de cellules, de tissus, d’organes, recours à des micro- organismes, études de tissus post mortem…)

« L’intérêt, c’est aussi de contribuer au développement de la médecine personnalisée qui s’adapte à l’ADN de chacun et possède ainsi plus d’efficacité pour soigner les maladies et éviter au maximum les effets secondaires », renchérit le Dr Ménache. Présidente de Fight for monkeys, Alexandra Justamente était à l’origine du rassemblement : « Nous déplorons le fait que, malgré toutes les technologies de pointe existant aujourd’hui, énormément d’animaux continuent de faire les frais de cette expérimentation scientifique. »

Une soixantaine de personnes ont participé, samedi après-midi, à la marche dont le départ était donné devant le forum de l’Ill. En guise de symbole, les participants ont fait un crochet par l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire d’Illkirch.

"Fight for monkeys", association fondée il y a près d’un an, organise une autre marche, le 20 mai, pour les singes à Niederhausbergen.

DNA/T.P. (25/04/2017)

Publié dans Animaux

Commenter cet article