Un trafic d'oiseaux rares entre le Lot et la Belgique, démantelé

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Des enquêteurs français et belges ont travaillé pendant plusieurs mois sur un trafic européen d'espèces animales protégées qui vient d'être démantelé. Tout est parti d'une enquête préliminaire qui avait été ouverte par le procureur de la République de Cahors, Nicolas Septe, courant 2016.

Pièges, filets et autres dispositifs de capture retrouvés par les gendarmes. / Photo Gendarmerie du Lot

Pièges, filets et autres dispositifs de capture retrouvés par les gendarmes. / Photo Gendarmerie du Lot

Dans un second temps, une information judiciaire menée par le magistrat instructeur de Cahors, a mobilisé une centaine de militaires de la Gendarmerie Nationale, dont des enquêteurs de l'OCLAESP et une centaine d'inspecteurs de l'environnement de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Les enquêteurs qui surveillaient les protagonistes depuis plusieurs mois ont saisi des centaines de spécimens d'oiseaux protégés ainsi que des pièges, filets et autres dispositifs de capture et de falsification des dispositifs de marquage des oiseaux.

Le trafic porte sur une espèce d'oiseaux, des petits passereaux (Chardonneret élégant, Bouvreuil pivoine, Gorgebleue à miroir, Loriot d'Europe...) ainsi que sur des rapaces, comme des éperviers d'Europe et des aigles royaux. L'enquête des gendarmes a abouti à des dizaines de gardes à vue.

La justice a saisi chez les suspects une somme de 18 000 €. Cette affaire prend un relief particulier quarante- huit heures après les actes perpétrés au zoo de Thoiry où un rhinocéros avait été abattu pour sa corne.

 

DDM/Jean-Michel Fabre (9 mars 2017)

Publié dans Chasse

Commenter cet article