Réintroduction du lynx : un de disparu, un de relâché

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Sur les trois lynx réintroduits fin juillet dans le massif forestier prolongeant les Vosges du Nord en Rhénanie-Palatinat, un a disparu des écrans radar. Un nouveau félin sera lâché ce matin et d’autres devraient suivre ce printemps, au fur et à mesure de leurs captures en Slovaquie ou en Suisse.

Le 4 février, un piège photographique a capté le passage de Kaja qui, espère-t-on, pourrait donner naissance aux premiers petits de la 2 e génération dès ce printemps. FAWF/SNU

Le 4 février, un piège photographique a capté le passage de Kaja qui, espère-t-on, pourrait donner naissance aux premiers petits de la 2 e génération dès ce printemps. FAWF/SNU

C’est un mâle adulte, capturé il y a une dizaine de jours dans le Jura suisse. Son état sanitaire ayant été jugé satisfaisant, il sera relâché en fin de matinée dans le Pfälzerwald, dans la vallée de l’Elmstein au sud-est de Kaiserslautern. Il rejoindra alors ses comparses slovaques, Luna, Kaja et Lucky, libérés le 30 juillet dernier au même endroit dans le cadre du Luchsprojekt.

Comme eux, il sera équipé d’une balise GPS et d’un émetteur VHF pour que les spécialistes puissent suivre sa progression.

C’est grâce à ces équipements attachés à leur cou que l’on sait que les félins déjà relâchés ne se sont guère déployés, à part quelques excursions vers le sud. La zone est giboyeuse et n’incite guère à la migration. Ils se nourrissent principalement de chevreuils mais ne dédaignent pas à l’occasion les proies plus petites comme des rongeurs ou mustélidés. Ou des animaux d’élevage. Fin septembre, le mâle Lucky s’est attaqué à deux troupeaux d’ovins et de caprins, appartenant à un même éleveur. Depuis, avec l’aide des équipes du projet et les subventions dédiées, la clôture des enclos a été renforcée et électrifiée ; plus aucune prédation n’est à déplorer.

Alors que les routes de Kaja et Lucky se sont plusieurs fois croisées laissant espérer un heureux événement pour ce printemps (ils se sont retrouvés à plusieurs reprises au même endroit en janvier et février et la durée de gestation du lynx est de 70 jours), les équipes de suivi ont perdu la trace de Luna.

Où est passée Luna ?

La balise de la deuxième femelle est muette depuis le mois de décembre. « Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il lui est arrivé quelque chose, tempère Christelle Scheid, chargée de l’information sur le projet Life Lynx. Cela peut juste être un problème de signal ». Des recherches sont effectuées avec des récepteurs radio pour tenter de capter ses émissions VHF mais n’ont jusqu’ici rien donné.

Le lynx helvète nouvellement arrivé aura peut-être plus de chance de la retrouver et pourquoi pas de lui faire la cour. À moins qu’il n’attende de nouvelles arrivées qui pourraient s’échelonner jusqu’à fin avril au fur et à mesure des prises.

Au-delà de cette période commence la saison des naissances, quand les captures sont interdites pour éviter tout risque de séparer une mère de ses petits.

DNA-DNA-Simone Wehrung (07/03/2017)

 

Dans le Sundgau et les Vosges saônoises

Le projet de réintroduction du lynx dans la forêt du Palatinat (partie de la réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald) vise à renforcer le statut de l’espèce et reconnecter les populations en Europe occidentale. Il est porté par la Fondation pour la nature et l’environnement de Rhénanie-Palatinat avec côté français le soutien du Sycoparc, parc naturel régional des Vosges du Nord. Transfrontalier, le projet est financé pour moitié par l’Union européenne dans le cadre du programme Life. Il prévoit une vingtaine de relâchers sur six ans.

Les naturalistes français espèrent que le lynx recolonise les Vosges et vienne à la rencontre des lynx alsaciens ou vosgiens dont la présence a été formellement confirmée en deux secteurs l’année dernière : un individu a été photographié dans le Sundgau dans le prolongement du Jura suisse et un autre dans l’extrême sud des Vosges. Des observations visuelles font également état d’une présence sur le Piémont des Vosges du Nord mais sans certitude absolue.

DNA-07/03/2017

Publié dans Biodiversité

Commenter cet article