Les compteurs Linky, un sujet électrique

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Une soirée d’information a été organisée, vendredi soir à la salle polyvalente du Bon Pasteur, par l’ADIQ (association de défense des intérêts des quartiers centre-est de Strasbourg), sur l’installation prochaine des compteurs électriques Linky, dits intelligents, dans la capitale alsacienne.

Débat public contradictoire dans la salle polyvalente du Bon Pasteur à Strasbourg, au sujet des nouveaux compteurs électriques « Linky ». Photo : DNA

Débat public contradictoire dans la salle polyvalente du Bon Pasteur à Strasbourg, au sujet des nouveaux compteurs électriques « Linky ». Photo : DNA

Un débat public contradictoire a animé la soirée au sujet de l’installation des futurs compteurs électriques Linky. « Les compteurs Linky : Quels avantages ? Quels risques pour la santé et la vie privée ? », tel est le thème qui a nourri les échanges. Christel kohler, adjointe au maire en charge de ville en nature, a fait le déplacement. Une soixantaine de personnes ont assisté au débat. « L’idée, c’est d’abord d’informer les gens. Il y a des risques éventuels pour la santé. On est là pour défendre les intérêts généraux des habitants. On les représente », s’est exprimé Jean-Luc Dejeant, président de l’ADIQ. « Je veux en savoir plus. J’aimerais savoir pourquoi on est obligé d’accepter ça. Un compteur électrique n’est pas un objet anodin », a ajouté Malik, habitant strasbourgeois.

Avis divergents

Le but de ces nouveaux appareils « intelligents » est de connaître la consommation d’électricité des usagers en temps réel, et de pouvoir en conséquence mieux la maîtriser pour faire des économies. L’apport de Linky réside essentiellement dans l’automatisation des relevés de consommation. Ces compteurs collectent les informations et les envoient à Enedis (ex ERDF) par le réseau électrique. Fini dès lors les interventions à domicile. « Mille compteurs Linky sont effectifs sous forme de test aux alentours de Strasbourg. On est là pour expliquer cette nouvelle technologie. C’est le réseau du futur, c’est une première brique. Il faut démystifier ces équipements et ce qu’on peut en tirer pour le client et la collectivité. Ils permettent d’accueillir des énergies renouvelables », a expliqué Claude Krempp, directeur adjoint ÉS Réseaux.

L’auditoire, attentif au débat a posé ses questions : « De quelle façon Linky permettra-t-il de mieux maîtriser sa consommation d’énergie ? Les données des utilisateurs sont-elles protégées ? Les ondes émises par les compteurs Linky sont-elles dangereuses pour la santé ? » En effet, ce remplacement programmé n’est pas au goût de tout le monde, au motif de risques suspectés pour la santé et la vie privée.

Patrick Richardet, en charge de ce dossier auprès du « groupe santé Colmar » a donné son point de vue : « Il y a trois grands problèmes de santé, de fiabilité et de sécurité posés par ces compteurs. Ces appareils n’apportent aucune valeur ajoutée aux clients si ce n’est des ennuis de santé et des défaillances techniques. Les rapports en témoignent, je n’invente rien. » Aujourd’hui, trois millions de compteurs Linky sont déjà installés en France. L’objectif d’ici la fin d’année est d’arriver à huit millions.

DNA-DNA-14/03/2017

Publié dans Linky

Commenter cet article