Le (petit) miracle du jour...

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Riedseltz - Environnement

Comme à la maison

Les cigognes se plaisent à Riedseltz : après avoir goûté aux espaces de vie propices à la reproduction qu’elles y trouvent, elles y reviennent systématiquement, comme en témoigne à l’aube de ce printemps le nombre de nids occupés – et disputés.

À l’entrée nord du village, le nid « vitrine » est occupé par le même couple de cigognes depuis trois ans. Photo : DNA/An. C.

À l’entrée nord du village, le nid « vitrine » est occupé par le même couple de cigognes depuis trois ans. Photo : DNA/An. C.

Pendant des années, le suivi de la réimplantation de la grande cigogne blanche s’est fait via le baguage des cigogneaux, supervisé par l’Aprecial — l’association protection réintroduction cigognes en Alsace, basée à Colmar. Son objectif atteint, celle-ci a cassé son activité l’année dernière et a procédé à sa dissolution. Car les cigognes ont durablement repris leurs aises dans la région, notamment à Riedseltz où leur concentration est remarquable : en dix-huit saisons consécutives, plus de 100 cigogneaux y ont été bagués.

Le record de fidélité revient à un couple de cigognes baguées en Allemagne, qui ont élu domicile depuis 2012 dans le nid situé au fond du jardin du 36 rue de la Gare. Photo : DNA – An. C.

Le record de fidélité revient à un couple de cigognes baguées en Allemagne, qui ont élu domicile depuis 2012 dans le nid situé au fond du jardin du 36 rue de la Gare. Photo : DNA – An. C.

Un circuit pédestre reliant les différents nids à l’étude

L’environnement du village comprend de vastes étendues humides qui ont été propices à la campagne de réimplantation menée depuis 1997 par Marcel D’Andréa, décédé en juillet 2013. Au pied des trois nids situés au fond de son jardin, au 36 rue de la Gare, ce dernier avait établi un point de nourriture de poussins : il a été supprimé et sa volière vidée de ses occupants, mais malgré cette absence, les échassiers sont revenus nombreux à Riedseltz, avec une bonne proportion de volatiles bagués en Allemagne (reconnaissables à leur bague noire, celles baguées en France étant munies d’une bague gris clair) et désormais de « non bagués ».

Cette année, les places sont même particulièrement chères : sur les dix nids répertoriés dans le village, seuls sept étaient « exploitables ». Deux des trois nids qui avaient été aménagés au fond du jardin de Marcel D’Andréa sont à l’abandon, envahis par les herbes, et dans la même rue de la Gare, au n° 13, celui situé sur la faîtière d’une grange menaçait de tomber et a donc été enlevé par le propriétaire juste avant le retour des cigognes, qui s’est fait à partir de la mi-février. Du coup, le nouveau nid construit en mai 2016, situé à la périphérie ouest, dans un verger sur la cime décapitée d’un arbre, et celui près de la gare sont actuellement l’objet de bien des convoitises…

Le lieu le plus représentatif du village, sa « vitrine », est le nid de l’entrée nord, au niveau du carrefour entre la rue Principale et la route d’Altenstadt. Le couple de cigognes qui l’occupe, toutes deux baguées en France, est le même pour la troisième année consécutive. De même pour le nid situé près de la mairie (une femelle baguée en Allemagne et un mâle non bagué). Mais le record de fidélité revient au couple de cigognes baguées en Allemagne et qui ont fait leur le nid du 36 rue de la Gare depuis 2012.

Lors de l’assemblée générale de l’Amicale des maires du Pays de la Forêt et de la Vigne, que Riedseltz a accueillie en fin d’année dernière, le maire René Richert n’avait pas manqué de souligner cette singularité de son village. Et il avait fait savoir qu’un projet de circuit pédestre reliant les différents nids était à l’étude.

DNA/An. C. (17/03/2017)

Parade amoureuse à la Mairie du même couple pour la 3e année consécutive (femelle baguée en Allemagne AN221 et mâle non bagué). Photo : DNA

Parade amoureuse à la Mairie du même couple pour la 3e année consécutive (femelle baguée en Allemagne AN221 et mâle non bagué). Photo : DNA

Publié dans Le miracle du matin

Commenter cet article