L’entreprenariat au féminin

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Depuis bientôt un an, Valérie Philipot est à la tête du Papar Hasard bar qu’elle gère de main de maître dans la vallée des Éclusiers, à Arzviller. Le samedi 18 mars, elle ouvre ses portes aux femmes entrepreneures.

Il faut bien quatre mains aux femmes et un brin de folie pour se lancer dans l’entreprenariat ! Photo : DNA - S.G.

Il faut bien quatre mains aux femmes et un brin de folie pour se lancer dans l’entreprenariat ! Photo : DNA - S.G.

Sa soirée destinée aux femmes chefs d’entreprise et à celles qui ont un projet de création, professionnel, artistique ou passionnel, Valérie Philipot ne l’a pas programmée en pensant à la journée internationale des droits des femmes. Le hasard du calendrier a laissé une place vacante le samedi 18 mars qui a donc été réservée pour cette soirée « VIP femmes entrepreneures ». La patronne précise, « et c’est non négociable », que « les enfants et les hommes ne sont pas invités. »

S’épauler, s’entraider

Pour autant Valérie n’est pas une militante féministe. « J’ai juste envie qu’on arrête de faire cette différence homme-femme. On a tous en nous un côté féminin et un côté masculin. » Et d’ajouter « la femme est un homme comme les autres », en faisant référence au film de Jean-Jacques Zilbermann (1998), « L’homme est une femme comme les autres ».

« L’idée d’organiser une telle soirée m’est venue après le lancement sur Facebook, par Christel Auger de Hommarting, d’une page dédiée aux femmes entrepreneures de Sarrebourg. J’ai eu envie de créer un événement dans mon bar pour que les femmes puissent se rencontrer, échanger, s’épauler, s’entraider », commente encore la gérante des lieux. Il semblerait que ce soit toujours encore plus difficile pour une femme de se lancer, que pour les hommes. Car conjuguer une carrière professionnelle et une vie de famille, si les tâches domestiques ne sont pas partagées équitablement reste compliqué.

En la matière, même si les choses ont évolué, l’écart reste important selon les chiffres de l’Insee de 2010 (les femmes consacrent 4h par jour au temps domestique et les hommes 2h13, en moyenne). Dans le quotidien, Valérie Philipot est également agacée par le cliché qui colle aux femmes, notamment lorsqu’elles sont en position de négociation. « On nous imagine toujours plus facile à arnaquer, plus vulnérable ! » Sans compter ceux qui systématiquement jouent la carte de la séduction. « Je ne suis pas fan des corporations, mais là j’avais envie d’organiser une soirée sans prétention, où les femmes se retrouvent pour parler de leur projet de création ou de leur entreprise. Avec pour but final d’organiser un salon de l’entreprenariat féminin, le jeudi 13 juillet, cette fois ouvert à tout public, hommes et enfants compris ! »

Exposition participative

Lors de cette soirée conviviale, les participantes pourront également laisser leurs traces sur de petits bouts de papier, contenant leurs rêves. Ils seront collés sur les murs de la salle du premier étage dans le cadre d’une exposition participative « Before i die i want to… » (avant de mourir, je veux…). Ce projet a été initié par une artiste américaine, en 2012, Candy Chang, qui a commencé modestement à vouloir créer un dialogue entre ses voisins. Depuis, son initiative a été reproduite dans 70 pays et au Papar Hasard bar. Le vendredi 24 mars, l’association La Grume se servira de tous ces mots anonymes pour un spectacle d’improvisation.

Contact : Maison éclusière numéro 2, Arzviller, 03.87.24.46.27. Mail : paparhasard@yahoo.fr , accès libre pour soirée du 18 mars, à partir de 18h, sans inscriptions préalables.

DNA-DNA-Simone Giedinger. (08/03/2017)

 

L’entreprenariat au féminin

Que vous soyez un artiste confirmé ou non, songer à exposer au Papar Hasard. Sans aucune prétention, j'aime les arts multiples et les échanges me touchent. 

Passer la porte de l'écluse c'est déjà accepter une aventure humaine, et la passion est bien plus importante à mon sens que tout autre maîtrise.

Ci joint, retrouvez la programmation variée de l'an passé et de cette année, les trois premiers mois (mars/avril/mai) étant des mois dédiés aux expositions participatives.

Les plus timides ont déjà sauté le pas, vous serez bien ici : n’hésitez pas à venir aussi me voir qu'on en discute, je saurais vous accompagner

Valérie Philipot http://www.papar-hasard.com/ 

Bar Expo le Papar Hasard Ecluse 2 57405 Arzviller 03-87-24-46-27

L’entreprenariat au féminin
L’entreprenariat au féminin

Publié dans Initiative, Portrait

Commenter cet article