Inde : un couple rachète des terres et crée un sanctuaire pour animaux

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Autrefois infertiles car souillées par les pesticides, ces terres accueillent aujourd'hui une flore intense et une faune très riche ! Anil et Pamela Malhotra, deux amoureux de la nature, ont passé les 25 dernières années à acheter des terres agricoles stériles en Inde. Leur motivation ? Protéger et préserver les derniers endroits sauvages naturels de la Terre en commençant par le reboisement de 120 hectares désertés par la faune…

Crédit photo : Melissa Lesh

Crédit photo : Melissa Lesh

C’est lors d’un voyage à Hawaï que le couple est tombé amoureux de la beauté des paysages et a décidé de s’y installer. C’est aussi là-bas qu’ils ont pris conscience de la valeur des forêts : « Nous avons réalisé qu’en dépit des menaces du réchauffement climatique, aucun effort sérieux n’était fait pour sauver les forêts pour l’avenir ». 

 

Quand les Malhotra sont venus en Inde pour les funérailles du père d’Anil, la pollution les a horrifiés : « Le lobby du bois est très présent localement et la rivière était polluée. Mais personne ne semblait y prêter attention. C’est à ce moment que nous avons décidé de faire quelque chose pour remettre en état les forêts en Inde ».

 

Ils ont alors vendu leur propriété à Hawaï et acheté, en 1991, d’anciennes terres agricoles de 14 hectares situées dans la chaîne de montagnes de Brahmagiri.

 

Ils entament alors une transformation radicale de ces terres abandonnées, devenues infertiles suite à une surexploitation et à l’utilisation de pesticides, en commençant par la plantation d’espèces indigènes d’arbres et de plantes.

 

Le reste, c’est la nature qui l’a fait ! Au fil des saisons, les sols se sont assainis et l’eau est redevenue potable.

Crédit photo : Melissa Lesh

Crédit photo : Melissa Lesh

La réalisation du projet a été le fruit d’importantes dépenses. Alors, pour le financer durablement, Anil et Pamela ont créé une ONG : Save Animals Initiative Sanctuary Trust.

Les visiteurs du sanctuaire ont même la possibilité de séjourner dans des éco-habitations qui leur permettent ainsi de se reconnecter avec Mère Nature et d’admirer la grandeur de la faune.

 

Aujourd’hui, ce sanctuaire protégé attire des naturalistes et des scientifiques qui viennent étudier les différentes espèces animales ainsi que les centaines d’arbres et plantes dont certaines ont des vertus médicinales…

Mélissa Becquet (13 mars 2017)

Publié dans Coup de coeur

Commenter cet article