Hêtre ou ne pas hêtre

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le maire de Sparsbach Françoise Bourjat évoque la tristesse des habitants de la commune qui voient disparaître un vieux compagnon. Elle se glisse sous l’écorce du vieux hêtre pour raconter son histoire.

Réunion du conseil municipal au pied de l’arbre. Photo : DNA

Réunion du conseil municipal au pied de l’arbre. Photo : DNA

« J’ai été planté il y a fort longtemps, je ne me souviens plus guère mais la bataille de Marignan sous François 1er me laisse quelques souvenirs de mon enfance. Peut-être suis-je né sous Louis XIII, ma mémoire me fait défaut.

J’ai grandi tout seul à l’ombre des grands arbres, les animaux de la forêt venaient me rendre visite et ma croissance fut douce et tranquille. Mon tronc a commencé à prendre chaque année des centimètres. J’ai entendu parler de Napoléon, mais cela ne me concernait pas beaucoup. Mes branches se sont développées, je suis devenu le plus bel arbre de la forêt, enfin presque… j’avais de la concurrence.

J’ai entendu les canons de la bataille de Verdun jusqu’ici, j’ai pensé à tous ces morts et puis j’ai vu les Américains s’asseoir à l’ombre de mes branches. Que de souvenirs, j’ai du mal à me rappeler. Tout paraît tellement loin et ma mémoire me fait défaut, il faut bien que je l’admette.

Et puis, un jour, on est venu construire de petits abris de pêche, on a fait une route. J’ai vu des enfants jouer sous mes branches et rire en faisant la farandole autour de mon tronc : quelle belle époque !

Arbre remarquable

J’ai été classé arbre remarquable du Bas-Rhin et considéré comme le plus gros et le plus vieux d’Alsace, et certainement l’un des plus anciens de France, quelle renommée.

Mais voilà, le temps a passé. J’ai pris de l’âge, j’ai comme tous mes copains les maux de la vieillesse, je souffre, le vent s’est engouffré dans mon tronc et a laissé s’installer de la pourriture.

Le conseil municipal de Sparsbach est venu en grand nombre constater mon état de faiblesse et ma dangerosité et a décidé de me faire abattre. C’est le cœur gros qu’ils ont pris cette décision, mais il restera en souvenir de mon passé glorieux, un morceau de mon tronc. Afin de m’accompagner dans mon élagage définitif, un apéritif est prévu pour les villageois en mémoire de ma longue vie. »

DNA-18/03/2017

Le grand hêtre, fragilisé, doit être abattu. Photo : DNA

Le grand hêtre, fragilisé, doit être abattu. Photo : DNA

Publié dans Coup de coeur

Commenter cet article