Chemin faisant

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Voici un livre -qui date certes un peu- que notre ami René, lecteur fidèle de "Nature d'Ici et d'Ailleurs", nous invite à découvrir (ou à redécouvrir) tout comme il est grand temps de renouer avec nos paysages et nos villages. Savoir retrouver les saisons, les aubes et les crépuscules, l'amitié des animaux et même des insectes, le regard d'un inconnu qui vous reconnaît sur le seuil de son rêve. La marche seule permet cela. Cheminer, musarder, s'arrêter où l'on veut, écouter, attendre, observer. Chaque jour est différent du précédent comme l'est chaque visage, chaque chemin. Ce livre n'est pas un guide pédestre de la France, un inventaire touristique, un pèlerinage culturel, mais une invitation au vrai voyage, le journal d'un errant heureux, d'un libre divagant...

Jacques lacarrière. Photo : Internet

Jacques lacarrière. Photo : Internet

Depuis le temps que ce livre existe - la première édition date en effet de 1973 - la marche buissonnière et les chemins ruraux ont fini par devenir familiers à bien des lecteurs anciens et nouveaux. Et aussi la découverte (ou redécouverte) de ce que la nature, visitée en prenant tout son temps et en une suite de flâneries sereines , peut apporter d'enrichissant aux temps morts ou aux temps libres de notre vie. Ce livre n'a jamais eu d'autre ambition que de noter mon étonnement - et parfois aussi mon agacement ou mon émerveillement - quotidien devant les découvertes et les rencontres de chaque jour. Chemin faisant n'est donc pas un livre sur la marche, encore moins un guide des sentiers pédestres mais la chronique au jour le jour d'une expérience et d'une initiation de quelques mois à une vie vagabonde à travers les paysages de la France. Une façon aussi de m'éprouver en affrontant chaque jour des épreuves différentes car il n'existe nulle part de manuel du parfait chemineau. Le but de cette longue marche fut donc avant tout le désir de me muer - le temps d'une saison - en véritable errant. Restait ensuite à fixer cette errance, ce que je fis quelques années plus tard, à capturer et emprisonner l'horizon dans la cage des pages. J'espère qu'à la lecture il reste encore de ces chemins d'errance le parfum d'un herbier vivant. (Jacques Lacarrière, 25 mars 1998)

 

« Tout est dans le choix d'un chemin plutôt qu'un autre. Par hasard ? Ou parce qu'un bûcheron vous conseille l'inévitable et fatal "tout droit" qui conduit tout droit à un croisement ? De toute façon on ne peut suivre qu'un seul chemin à la fois. Quand on marche il faut abandonner l'idée de tout voir, de tout parcourir, de tout rencontrer, et se laisser guider jusqu'aux petits hôtels-pensions de province, "avec leurs odeurs de chats incontinents". Il faut aussi subir la méfiance des villageois à l'égard des randonneurs (des vagabonds ?) et la difficulté de trouver un gîte pour la nuit quand on n'est pas un touriste comme les autres. Car "l'infrastructure hôtelière est conçue en fonction des routes fréquentées, des autos, des sites touristiques, rien n'est prévu pour le marcheur." Sauf en de rares endroits "on ne reçoit pas chez soi des inconnus." » (extrait d'un commentaire de Lionel sur son site Bibliorando)

 

« Rien ne me paraît plus nécessaire aujourd'hui que de découvrir ou redécouvrir nos paysages et nos villages en prenant le temps de le faire. Savoir retrouver les saisons, les aubes et les crépuscules, l'amitié des animaux et même des insectes, le regard d'un inconnu qui vous reconnaît sur le seuil de son rêve. La marche seule permet cela. Cheminer, musarder, s'arrêter où l'on veut, écouter, attendre, observer. Alors, chaque jour est différent du précédent, comme l'est chaque visage, chaque chemin. » (Jacques lacarrière)

 

Chemin faisant

par Jacques Lacarrière

Fayard
1977, 294 p., 20 euros
Première édition : 1973

Chemin faisant

Ce texte fait figure d'ancêtre dans la littérature de la marche. Sa première édition (de 1973), une époque où la marche n'est pas encore un hobby mais une pratique réservée aux malchanceux qui ne peuvent jouir de l'automobile. Combien de fois Jacques Lacarrière nous narre-t-il ses tentatives plus ou moins heureuses d'ailleurs de convaincre les automobilistes qu'il n'a nul besoin qu'on le dépose !

 

Que les choses soient claires : Jacques Lacarrière ne part nullement « randonner ! Il se « promène » ! La différence est de taille car le côté sportif de l'aventure lui échappe totalement : il parcourt 60 km les 3 premiers jours puis prend une journée de repos à l'hôtel pour s'en remettre. Idem pour ce qui est du matériel : il part en Pataugas avec une flasque de rhum et compte sur les ruisseaux pour se désaltérer.

 

Il part aussi sans itinéraire et sans carte, s'en remettant aux chemins et aux gens qu'il rencontre. Il part des Vosges, traverse le Morvan et l'Auvergne pour rallier la Méditerranée. Il passe par Epinal, Langres, Avallon, St Flour, Lodève... Lacarrière ne « fait » pas un parcours prédéfini : il trace son propre chemin dans la nature, parmi les hommes, loin des sentiers battus.

 

Il part d'ailleurs autant pour la nature que pour les hommes qui l'habitent. Il prend le temps de discuter avec un bûcheron, de boire un verre dans les cafés de campagne qui composent encore le paysage à l'époque, de dormir chez l'habitant le cas échéant. Ces hommes et ces femmes lui racontent, dans leurs patois souvent, leur travail, leur vie, l'histoire des paysages qu'il traverse. Dans Chemin faisant, pas de pensées philosophiques ni de descriptions interminables mais des rencontres humaines.

 

Alors pourquoi coucher tout cela sur le papier ? Pour immortaliser ces rencontres ? Pour faire souffler le vent de l'aventure chez ses lecteurs ? Ou pour continuer à dilater le temps comme c'est le cas dans ces ballades au long cours ?

Chemin faisant

Publié dans Lire

Commenter cet article

rene 26/03/2017 11:34

Bonjour à toutes et à tous,
Merci jean-Louis d'avoir bien voulu parler ici de ce livre dont je suis en fin de relecture ( je l'ai dans ma bibliothèque depuis 1992).Amateur de témoignages, de vécu, j' apprécie tous ces textes ¨témoins¨ d'une expérience quasi ¨photographiques¨ parmi lesquels pèle-mêle je peux rappeler:
-Traversée des Cévennes avec un âne de R.Louis Stévenson.
-Voyage d'un naturaliste autour du monde de Charles Darwin 1831-1836.
-Voyage au Congo d' André Gide 1926-1927.
-Voyage autour du monde Louis-Antoine de Bougainville 1766-1769.
-Relations de voyages autour du monde de James Cook 1798-1771;1772-1775;1776-1780.
-Voyage autour du monde sur l'Astrolabe et la Boussole de Jean-François de Lapérouse 1785-1788.
-Deux années sur la gaillard d' avant de Richard Henry Dana, pour les curieux de la navigation à voile
dans les années 1835 le long des côtes américaines.
-A la recherche de l'homme nu G.Simenon Reportages fait par l'auteur en 1932.
-A la découverte de la France G.Simenon sa vie au fil des canaux de France en 1931.
-A la rencontre des autres G.Simenon.reportages au cours de 1931-32 dans les pays du nord et la
Russie de Trotsky.
-Et enfin pour terminer œuvres complètes des reportages d' Albert Londres 1924-1932 chez Arléa.

Cette liste qui m'est totalement personnelle, peux permettre à certains d'entre vous de piocher dans ces ouvrages au grès de leurs envies et affinités ( tous disponibles en livres de poche).
Bonnes découvertes, Bon dimanche