Les « anti-amiante » contre le préfet aujourd’hui au tribunal administratif

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le tribunal administratif de Strasbourg examinera ce mercredi le référé déposé par le collectif « anti-amiante au Sandholz » demandant la suspension des travaux de l’entreprise Sotravest autorisés l’été dernier par le préfet.

Le collectif anti-amiante s’est réuni samedi 11 février au sommet de la tour du Grand-Wintersberg à Niederbronn-les-Bains pour déployer temporairement une banderole « Non à l’amiante au Sandholz ». Doc. remis

Le collectif anti-amiante s’est réuni samedi 11 février au sommet de la tour du Grand-Wintersberg à Niederbronn-les-Bains pour déployer temporairement une banderole « Non à l’amiante au Sandholz ». Doc. remis

Le 25 juillet dernier, le préfet du Bas-Rhin a signé un arrêté autorisant l’entreprise Sotravest à exploiter l’enfouissement d’amiante « lié » à d’autres matériaux, à Niederbronn-les-Bains. Ce feu vert porte notamment sur l’enfouissement de 150 000 tonnes d’amiante mélangé à d’autres matériaux sur une période de trente ans.

La société de bâtiment et travaux publics, basée à Oberbronn, a commencé à effectuer quelques aménagements sur son terrain, situé dans la zone du « Sandholz » à la limite du ban communal de Reichshoffen.

Chaque partie pourra présenter ses observations

Opposé à ce projet qui se trouve au sein du Parc naturel régional, un collectif anti-amiante a déposé un référé demandant la suspension des travaux. Ce référé est consécutif de la procédure lancée par le collectif et l’association Heron (Harmonie environnementale de Reichshoffen et observations naturelles) demandant l’annulation de l’arrêté préfectoral intervenu l’été dernier.

Le référé demandant la suspension des travaux sera examiné ce mercredi 22 février à 14 h par le tribunal. Chaque partie pourra présenter ses observations. À l’issue de l’audience, l’instance juridique aura à se prononcer sur la demande de suspension de l’autorisation d’exploitation de l’installation de stockage d’amiante lié à des matériaux inertes et d’extension et l’installation existante de stockage de déchets inertes.

Le collectif « anti-amiante » sera assisté de Maître Pierre Soler-Couteaux, avocat au barreau de Strasbourg, spécialisé dans les recours administratifs. Afin de financer cette assistance juridique, le collectif avait créé en 2016 une cagnotte sur le site internet de financement participatif « kississbankbank ». Les 10 000 euros escomptés n’avaient pas été atteints mais les dons ont tout de même permis de financer les premières actions en justice.

DNA-22/02/2017

Publié dans Environnement

Commenter cet article