Hécatombe chez les ardéidés

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Cours d’eau et étangs gelés pendant plusieurs semaines d’affilée : l’hiver livre son lot de victimes.

Malgré les soins, ce butor étoilé n’a malheureusement pas pu être sauvé. Photo LPO Alsace

Malgré les soins, ce butor étoilé n’a malheureusement pas pu être sauvé. Photo LPO Alsace

Les oiseaux peuvent résister aux températures basses, pour peu que leur nourriture reste accessible et qu’ils puissent disposer de suffisamment de calories.

Cet hiver, la couche de neige, très ponctuelle, n’a pas empêché les granivores de trouver leur pitance, relativement abondante en forêt. « En revanche, constate la LPO Alsace, beaucoup de cours d’eau et d’étangs ont été entièrement gelés, notamment ceux dont le débit ou la profondeur était faible. » Impossible dès lors pour les espèces fréquentant les berges ou les hauts-fonds de pêcher leur ration de poissons.

La plupart des oiseaux de la famille des ardéidés (hérons cendrés, grandes aigrettes, hérons garde-bœufs…) ont ainsi été lourdement touchés cette année : ne trouvant ni poissons, ni amphibiens, ni rongeurs, ils ont vu leur masse graisseuse puis musculaire fondre au point qu’ils ne supportent plus les rigueurs du froid.

Les centres de soins de la LPO et du GORNA ainsi que d’autres structures travaillant en lien avec la faune sauvage (Brigades Vertes, ONCFS, …) ont reçu ces derniers jours plusieurs appels issus de l’ensemble de la région faisant état de ce constat : des hérons en difficulté sur les berges, voire morts, sachant que la grande majorité d’entre eux auront disparu sans témoin. De son côté, le centre de soins de la LPO a réceptionné un butor étoilé, une espèce particulièrement rare en Alsace. D’une maigreur extrême, l’oiseau n’a pas pu être sauvé, malgré toute l’attention qui lui a été prodiguée.

Cette situation met en exergue la vulnérabilité de la faune sauvage, soumise à la fois à la prédation et aux conditions climatiques. « Et surtout, insiste la LPO, elle donne raison à tous ceux qui luttent pour diminuer l’impact des activités humaines sur l’ensemble des espèces, déjà largement mises à mal de manière naturelle »

DNA-DNA-08/02/2017

Rivière complètement gelée (24 janvier 2017). Photos : Jean-Louis Schmitt
Rivière complètement gelée (24 janvier 2017). Photos : Jean-Louis Schmitt

Rivière complètement gelée (24 janvier 2017). Photos : Jean-Louis Schmitt

Publié dans Environnement

Commenter cet article