Grippe aviaire, l’attente de nouveaux résultats

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La grippe aviaire a provoqué la mort de huit cygnes sur la réserve d’eau de Bouzey, dans les Vosges, à l’ouest d’Épinal. Le type exact de cette grippe n’est pas connu pour l’heure.

Hier matin, plusieurs cygnes (six au total) se baladaient sur le lac de Bouzey.  Photo Eric Thiebaut

Hier matin, plusieurs cygnes (six au total) se baladaient sur le lac de Bouzey. Photo Eric Thiebaut

Le dernier cadavre de volatile avait été découvert jeudi. Le préfet des Vosges avait confirmé ce que beaucoup d’observateurs redoutaient depuis quelque temps. Il s’agit bien d’un virus « Influenza aviaire » de type H5. C’est ce qui ressort des analyses effectuées cette semaine par un laboratoire spécialisé de l’Ain. Cinq cygnes morts avaient été envoyés pour analyse par la préfecture des Vosges.

« Des analyses complémentaires sont cependant en cours afin de déterminer la dangerosité du virus », a souligné le préfet des Vosges, Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts. Un laboratoire spécialisé de Paris s’occupe de ces recherches dont le résultat devrait être connu à la fin de la semaine ou en début de semaine prochaine. Car la grippe est déterminée par des codes ; le H et le N sont deux protéines différentes. Et la protéine N détermine aussi la dangerosité du virus.

Si le laboratoire de Paris confirmait un virus de type H5N8 comme dans le Sud-Ouest, une surveillance particulière serait exercée dans les communes qui entourent le lac de Bouzey (Sanchey, Chaumosey, Girancourt et Renauvoid). En attendant, il est demandé aux promeneurs de ne surtout pas ramasser un animal mort, mais de signaler sa présence aux autorités. Tout rassemblement de volailles vivantes, notamment sur les marchés, est interdit. Les volailles des particuliers et des éleveurs professionnels doivent rester confinées ou protégées par des filets pour éviter tout contact avec des oiseaux sauvages.

DNA-DNA-Katrin TLUCZYKONT (11/02/2017)

Publié dans Environnement

Commenter cet article