Trêve hivernale pour les oiseaux d’eau

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) d’Alsace a réclamé en urgence la suspension de la chasse aux oiseaux d’eau et oiseaux migrateurs. La demande a été transmise aux préfets du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, et entendue : les arrêtés ont été publiés et sont entrés en vigueur dès lundi. Ils suspendent la chasse aux oiseaux pour cinq jours, jusqu’à ce samedi 28 janvier.

Depuis lundi, les oiseaux d’eau ne peuvent plus être chassés dans les deux départements alsaciens. Document remis

Depuis lundi, les oiseaux d’eau ne peuvent plus être chassés dans les deux départements alsaciens. Document remis

L’association avait justifié sa demande par le fait que « la vallée du Rhin, les plans d’eau et cours d’eau jouent le rôle de zones de repli pour les oiseaux venus du nord de l’Europe » et que les animaux qui s’y regroupent sont « en situation énergétique difficile » : ils ont « absolument besoin de tranquillité ».

La LPO avait aussi argué que les plans d’eau et zones humides sont actuellement gelés, que l’emprise de la glace a tendance à s’étendre, laissant peu d’espace aux oiseaux. La pratique de la chasse peut « exercer une pression » susceptible de mettre en péril une faune déjà affaiblie, avait appuyé l’association.

Ces quelques jours de répit sont quasiment synonymes de fermeture anticipée de la chasse, puisque celle-ci est fixée au mercredi 1er février.

Les oiseaux concernés par cette « trève » sont listés dans l’arrêté : bécassine des marais, canard chipeau, garrot à l’œil d’or, merle noir, tourterelle turque…

DNA-26/01/2017

Publié dans Chasse

Commenter cet article

Sengel 26/01/2017 22:01

Protégeons cette nature qui souffre de ce froid

Jean-Louis 26/01/2017 09:48

Pas de doute : les chasseurs aiment la nature et les animaux ! Ils les aiment tant qu’il faut les contraindre de cesser leur cour assidue lorsque les conditions météorologiques sont difficiles !

Ce qui est scandaleux ce n’est pas qu’il faille leur interdire de traquer les bêtes lorsque celles-ci sont déjà considérablement gênées et affaiblies par le froid persistant, non, ce qui est scandaleux c’est la chasse tout simplement ! Et, là, notre société a encore un gros, un énorme travail à faire pour évoluer…

Quand je vois des individus (chasseurs, traqueurs…) se démener avec grand tapage pour massacrer un maximum de bêtes lors de leurs immondes battues, quand je me fais engueuler lorsque je me balade pour faire de la photo (parce que je risque « de déranger le gibier » (dixit)…), je me dis qu’on a décidément un sacré problème sociétal avec la nature qui nous entoure… Enfin, plus exactement avec tous ceux qui ont décrété que c’était l’Homme le plus fort et le plus intelligent et que, par conséquent, cet être éminemment supérieur avait tous les droits sur les autres créatures !

Bref, cette « trêve » -ô combien nécessaire et bienvenue pour une faune qui, rappelons-le, souffre elle aussi des rigueurs de l’hiver- m’apparaît néanmoins comme une énorme farce puisque, c’est entendu, dès que le redoux sera amorcé, promis, juré, on pourra reprendre le massacre… des survivants (et là je pense à tous ceux qui n’ont pas la chance d’être concernés par une hypothétique fermeture –anticipée ou pas- de la chasse, à savoir les renards, les sangliers et tant d’autres encore...) !