Nourrir les oiseaux et autres animaux en hiver

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Une lectrice amie des oiseaux nous a envoyé un vade-mecum sur les besoins des volatiles en hiver. Photo Archives DNA

Une lectrice amie des oiseaux nous a envoyé un vade-mecum sur les besoins des volatiles en hiver. Photo Archives DNA

Mme Fabienne Grabenstaetter, de Strasbourg, membre du Collectif pour la Régulation Douce des Pigeons et Protection Animale :

« Notre collectif récupère régulièrement des oiseaux en détresse et mourants en hiver. N’oubliez pas de nourrir, d’abreuver et de protéger nos amis ailés et à quatre pattes après les fêtes. Les passereaux dépensent une grande énergie en cette saison pour trouver de la nourriture et ont besoin de graisse, également pour s’en enduire les plumes et le duvet, afin de se protéger du froid et du gel. En les nourrissant, vous jouirez également d’un spectacle charmant toute la journée !

Nous vous conseillons de leur offrir des graines, dont du tournesol, et même du blé concassé et des cerneaux de noix, des pains et/ou boules de graisse, ou d’en fabriquer avec de la végétaline fondue (à base de noix de coco ; éviter le saindoux et la graisse de dinde) dans laquelle vous ajouterez des flocons d’avoine, des cacahuètes décortiquées, non grillées et non salées, et des graines de tournesol entières ou décortiquées. Disposez les boules, de préférence dans des distributeurs car des passereaux sont déjà restés accrochés aux filets (sinon, placez-les à proximité et surveillez-les), les pains de graisse et distributeurs de graines en hauteur, dans un arbre ou sur un poteau, et dans un endroit découvert, à l’abri des assauts des chats. Si vous placez des mangeoires près de vos fenêtres, merci de coller sur les vitres des silhouettes anti-collision pour éviter des accidents mortels.

Éviter les aliments salés. À proscrire : cacahuètes entières, lard, biscottes, restes de pain, noix de coco desséchée, riz cru, restes de pâtisseries, lait (à l’exception du fromage), asticots et vers de farine, risquant de leur perforer l’estomac, graines de ricin et de lin, toxiques pour les oiseaux. Les merles raffolent des poires et pommes, même gâtées. Les rouges-gorges et pinsons ne se nourrissent qu’au sol. Poser des graines à découvert pour qu’ils aient le temps de voir l’arrivée d’un prédateur.

Offrir à notre avifaune de l’eau dans un plat ou dans plusieurs assiettes, au sol ou en hauteur. Poser une pierre au milieu et changer régulièrement l’eau car les oiseaux ont besoin de boire et de se baigner (n’utilisez jamais d’antigel, très toxique !). Des mangeoires et récipients d’eau pourront également être aménagés, hors de portée des chats, pour des oiseaux de plus grande taille. Les nettoyer et les désinfecter régulièrement avec de l’eau chaude et par exemple du liquide vaisselle, les garder à l’abri de l’humidité et des moisissures, et retirer les restes d’aliments fermentés.

N’oubliez pas non plus les écureuils, qu’il est préférable de nourrir au sol, et les chats errants. Vous pouvez même ouvrir vos caves aux chats errants. Merci au nom de tous ces animaux ! »

Fabienne Grabenstaetter/DNA (6 janvier 2017)

Merle noir (Turdus merula). Photo : JLS

Merle noir (Turdus merula). Photo : JLS

Publié dans Initiative

Commenter cet article

Céline Dacg 11/01/2017 06:34

Je mets des boules de graisses et des grains de maïs comme tous les ans. Mais je trouve qu'il y a de moins en moins d'oiseaux. J’avais un pic épeiche qui venait toute les années… Et Rien ! Par contre les écureuils ont fait leurs apparitions. Je leurs donnent des cacahuètes et des noix. Est-il possible que ce soient les écureuils qui fassent fuir les oiseaux ?

Jean-Louis 06/01/2017 19:56

Des conseils toujours utiles surtout lorsque, comme actuellement, les températures chutent considérablement ! N'abandonnez pas nos amis ailés : ils ont bien assez de mal à survivre avec tout ce que l'humain leur fait endurer et tout particulièrement la destruction quasi permanente des habitats...