Les loups sont-ils aux portes de Paris ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Pour eux, cela ne fait aucun doute : des loups ont élu domicile dans le sud de la région parisienne. « Nous avons amassé des preuves de la dispersion d’au moins trois canidés sur deux zones entre l’Essonne, les Yvelines et la Seine-et-Marne, sur une superficie de 100 000 hectares au total. Tout porte à croire que les canidés se sont installés, et pas seulement de passage, en provenance de la Marne et de la Haute-Marne », assure Jean-Luc Valérie, président de l’Observatoire du loup, confirmant une information du Parisien.

Loup gris. Photo : JLS

Loup gris. Photo : JLS

Sa plateforme, qui affirme regrouper une vingtaine de spécialistes (géographes, biologistes, statisticiens, etc.), piste le loup depuis près de neuf ans. En collaboration avec l’association Alliance avec les loups, elle dit accumuler les indices : des hurlements entendus près d’Etampes (Essonne) mi-septembre 2015 ; une tanière découverte à Montfort-l’Amaury (Yvelines) en avril 2016 ; des empreintes repérées près d’Arpajon (Essonne) le 5 décembre, après une opération de pistage de cinq heures. Et deux cadavres de chevreuils retrouvés en forêt de Rambouillet (Yvelines) dans la nuit du 28 au 29 décembre. « Le prédateur a brisé la colonne vertébrale de ses proies, éventré le chevrillard et consommé l’épaule de la chevrette. C’est une prédation typique des loups, et surtout nous avons la trace des crocs », poursuit Jean-Luc Valérie.

« Animaux consommés par un renard »

Des informations que récuse en bloc l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), chargé du suivi des populations de Canis lupus. « Nous avons expertisé ces chevreuils, croyant à un braconnage. Ils sont en réalité morts de maladie et ont été partiellement consommés par un renard, rétorque Eric Hansen, délégué régional Centre, Val-de-Loire et Ile-de-France pour l’établissement public. Nous savons que le loup va finir par arriver en région parisienne, mais à ce jour, nous ne sommes pas en mesure d’affirmer qu’il y est déjà présent, ni qu’il n’y est pas, puisque nous n’avons pas pu expertiser des données fiables, comme l’écartement des canines ou faire des recherches ADN sur des poils ou des crottes. »

« Une meute tue un animal par jour. S’il y avait des loups, il serait surprenant que personne ne les ai vus ou n’ait retrouvé des cadavres d’animaux, dans des forêts aussi fréquentées que celle de Rambouillet », ajoute-t-il, rappelant que le réseau loup de l’ONCFS compte 3 000 membres, « des chasseurs, des naturalistes et des associations de protection de la nature, qui nous font remonter les données ». « Cette affaire me fait penser à celle du tigre de Seine-et-Marne, qui n’était en fait qu’un chat. »

Pour l’Observatoire du loup et Alliance avec les loups, l’ONCFS rechigne à reconnaître la dispersion du canidé pour des raisons de budget. « Classer une nouvelle zone de présence permanente (ZPP) oblige à prévoir des mesures de protection pour les éleveurs, ce qui coûte de l’argent à l’Etat. Au final, ils la repoussent au dernier moment, quand le loup est bien installé, ce qui fait du mal à tout le monde », accuse Manoël Atman, le président de l’ONG Alliance avec les loups, qui appelle à « plus de transparence ». Des faits que conteste l’ONCFS. Le militant est en conflit avec l’établissement public : il a été condamné par le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay, le 8 novembre, à deux mois de prison avec sursis, 70 heures de travail d’intérêt général et des dommages et intérêts pour avoir révélé l’identité d’un agent assermenté de l’ONCFS participant à une brigade loup. Il a fait appel de la décision.

Reconquête de la France

Derrière cette polémique, une chose est sûre : le prédateur poursuit sa reconquête de la France. « Quand on voit la carte de progression, il est certain que tôt ou tard, le loup aura recolonisé tout l’Hexagone », reconnaît Eric Hansen. La population lupine, revenue naturellement dans les Alpes en 1992 après avoir disparu en 1930, massivement chassée et empoisonnée, a été estimée par l’ONCFS à 292 individus dans son dernier bulletin de septembre – les effectifs seront mis à jour courant avril. Il évolue dans une trentaine de départements, des Alpes, mais aussi dans l’arrière-pays provençal, le Massif central, les Pyrénées, les Vosges, l’Est du bassin parisien et, dernier territoire en date, la Nièvre (Bourgogne).

« Des loups quittent la meute à deux périodes de l’année : avant l’hiver, quand il y a une concurrence pour l’alimentation au sein de la meute car les jeunes de l’année ont besoin de presque autant de nourriture que les adultes ; et à la fin de l’hiver, au moment du rut, quand il y a conflit pour accéder au statut de reproducteur, comme l’expliquait Eric Marboutin, responsable des études sur les loups et les lynx à l’ONCFS, dans un précédent article. Ces animaux cherchent alors un nouveau territoire et s’installent en moyenne à 200 km de la meute d’origine. »

Résultat : le nombre de brebis tuées ou blessées par des loups s’est progressivement alourdi au fil des années. Elles s’élevaient à 9 788 en 2016 pour 2 735 attaques, selon les derniers chiffres de la Dréal Rhône-Alpes, contre 8 964 victimes en 2015, 6 786 en 2013, 4 920 en 2011, 3 800 en 2005 et 1 500 en 2000. De la même façon, les indemnisations des éleveurs ont été multipliées par trois depuis 2004.

Mais au grand dam des éleveurs, les loups sont une espèce protégée, à la fois par la convention de Berne de 1979 et par la directive Habitat Faune-Flore de 1992. Leur régulation est strictement encadrée par l’Etat. Le plan national loup 2013-2017 prévoit qu’un plafond de 36 loups peuvent être tués chaque année par des agents de l’ONCFS, assistés de lieutenants de louveterie. Trente-trois ont pour l’instant été « prélevés » sur la période 2016-2017, qui court jusqu’au 30 juin. C’est pourquoi le ministère de l’environnement envisage, selon le dernier bulletin InfoLoup, de relever ce plafond de 4 prédateurs supplémentaires « afin de garantir aux éleveurs la possibilité de défendre leurs troupeaux ».

Audrey Garric/Le Monde (16 janvier 2017)

Publié dans Environnement

Commenter cet article

Michèle Enault 17/01/2017 20:00

Et alors... qu'ils vivent !!!

Morgane 17/01/2017 19:51

Même pas peur !

Jean-Louis 17/01/2017 19:49

Ça se précise : Reggiani avait raison, les loups sont entrés dans Paris… ou presque !

Les loups, ououh! ououououh!
Les loups étaient loin de Paris
En Croatie, en Germanie
Les loups étaient loin de Paris

Cent loups, ououh! ououououh!
Cent loups sont entrés dans Paris
Soit par Issy, soit par Ivry
Cent loups sont entrés dans Paris
Cessez de rire, charmante Elvire
Cent loups sont entrés dans Paris.

Aïe, aïe, aïe !