Le retour d’Inouk

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Tout est bien qui finit bien. Rarement l’adage aura autant trouvé son sens que dans le récit qui va suivre. Et pourtant, cette histoire avait bien mal commencé. Par une disparition, celle d’Inouk.

Régis Weiss et Inouk. Document remis

Régis Weiss et Inouk. Document remis

Inouk participait à une randonnée en famille sur les hauteurs de Bourbach-le-Haut voilà deux semaines. Habitué à se promener en laisse, ce samoyède de trois ans avait un moment été détaché pour jouer avec un autre quadrupède. Quelques instants d’inattention et le Spitz de l’Arctique s’était évaporé dans un paysage aussi blanc que lui. Appels, sifflets, cris, rien n’y fit.

La suite, c’est Régis Weiss, son maître, qui la raconte : « Je n’étais pas avec Inouk ce jour-là, il était avec mon ex-compagne - nous nous partageons sa garde. Avec ses proches, elle a immédiatement entrepris des recherches qui les ont menés au col du Hundsruck tout proche. Là, un témoin leur a dit avoir vu un chien blanc. C’était la dernière trace laissée par Inouk. »

Battues, enquête, affichage…

Dans les jours qui ont suivi, les battues se sont multipliées dans les alentours du lieu de la disparition, doublées d’une « enquête de voisinage » et d’une campagne d’affichage. En vain. Inouk ne réapparaissait pas. Devant l’absence de pistes sérieuses, Régis Weiss a eu l’idée d’amplifier la mobilisation en créant une page « Où est Inouk ? » sur Facebook. « Cela a généré un vaste élan de solidarité, la page a été massivement partagée – des dizaines de milliers de partages et plus de 7200 likes : N.D.L.R. – jusqu’à nous apporter une piste sérieuse : un témoin affirmait avoir reconnu mon chien… dans les environs de Gérardmer ! »

Ni une ni deux, lundi, se demandant encore comment son compagnon avait pu disparaître à Bourbach-le-Haut et réapparaître à Gérardmer, son maître s’est rendu sur place pour réclamer Inouk à son « hôte ». « Il a d’abord refusé de nous ouvrir – j’étais accompagné de trois personnes dont une bénévole de l’association Patrouille d’intervention et de recherche animale du Haut-Rhin – et a tout nié en bloc. Mais, alors qu’il nous parlait depuis sa fenêtre, nous avons entendu simultanément deux aboiements. J’ai tout de suite reconnu celui de mon chien. Malgré notre insistance, son “kidnappeur” a refusé de nous montrer les animaux. Nous avons alerté les gendarmes. L’homme a fini par leur ouvrir la porte. Dans un premier temps, ils ont constaté la présence d’un seul chien. Mais soudain, Inouk a dévalé l’escalier du duplex pour me sauter dans les bras. J’étais ivre de bonheur, noyé de larmes », retrace le jeune homme, la voix encore émue. Loin de se démonter, l’occupant des lieux a voulu monnayer ses services en se faisant rembourser les croquettes avant de contester à Régis son droit de « propriété » sur le chien. « Heureusement, un vétérinaire m’avait prêté un lecteur de puce, J’ai prouvé qu’Inouk était bien mon chien. »

Très fatigué, l’animal a été examiné par un vétérinaire : « Il a été nourri et n’a pas été maltraité », rassure son maître. Mais pour autant, les choses ne vont pas en rester là : « Une plainte a été déposée pour vol, je n’exclus pas d’engager d’autres poursuites. Non par vengeance mais pour que notre histoire serve d’exemple. Je reçois plein de sollicitations d’internautes qui sont désemparés après avoir perdu leur chien. Si mon expérience peut aider ces gens à engager les démarches nécessaires pour retrouver leur compagnon tout en contribuant à sensibiliser l’opinion sur le fait qu’un chien est un être vivant et pas une marchandise, je me dois de le faire. »

Une extraordinaire mobilisation

Tout à sa joie d’avoir retrouvé Inouk après dix jours d’angoisse, Régis Weiss n’en oublie pas pour autant l’extraordinaire mobilisation suscitée par sa mésaventure : « Je remercie tous ceux qui ont pris part à cet élan de solidarité, qui ont eu envie, de près ou de loin – nous avions des “espions” partout, jusqu’en Allemagne et en Suisse où des affiches avaient été collées –, d’aider notre cause, une bonne cause comme toutes celles qui touchent à la vie. »

DNA-Frédéric Stenger (26/01/2017)

Publié dans Insolite

Commenter cet article

rabine 31/01/2017 19:39

belle fin! bravo!

Marie-Hélène Fleurence 29/01/2017 21:07

Honte à cette personne qui ne voulait plus le rendre

Véronique Welker 29/01/2017 21:06

Bravo ! Heureusement qu'Inouk a pu retrouver son maître. Je trouve en revanche l'attitude du Monsieur de Gérardmer plus que moyenne...