Le brûle-sapins remis en question

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Jean-Louis Schmitt, s’interroge « à propos de ce néo-rite que semblent être devenus les brûle-sapins ».

Le brûle-sapins remis en question

« Pas une journée dans quelque édition locale que ce soit sans l’évocation de l’une ou l’autre commune, association… s’adonnant à un brûle-sapins. Parfois la réjouissance donne lieu à une fête en faveur de telle ou telle œuvre à laquelle est reversé le bénéfice de la soirée ce qui, bien évidemment, est louable.

Pour autant, ce besoin de créer un événement susceptible de rassembler un public en ce mois de janvier – plutôt creux, il est vrai, si l’on exclut la traditionnelle galette des rois —, finit par agacer par son manque de conscience écologique !

En effet, alors que nous sommes perpétuellement assaillis de pollutions diverses et variées (sonores, lumineuses, biologiques, chimiques, chroniques, électromagnétiques, j’en passe et des meilleures…), est-il besoin d’en rajouter à une pollution atmosphérique par ailleurs déjà amplement chargée sinon largement saturée par des particules et des gaz nocifs ?

Les organisateurs de ces manifestations à caractère festif manqueraient-ils d’imagination pour rassembler leurs ouailles autour d’un vin chaud autrement qu’en aggravant un peu plus encore la qualité de l’air ?

J’ose espérer que les consciences finiront par s’élever et, plutôt que d’en rajouter une couche, que ces mêmes responsables finiront par se mobiliser pour la protection de notre environnement – et, en l’occurrence, de l’air – ce qui serait une œuvre pédagogique considérable et ô combien utile.

En attendant, plutôt que de réduire les beaux sapins en cendre, il y a dans les déchetteries des bennes destinées à la récupération de ce type de détritus qui deviennent rapidement encombrants : ceux-ci sont de surcroît valorisés par le recyclage.

Alors, qu’est-ce qu’on attend pour se débarrasser de ce qui est en train de devenir une tradition pour le moins contestable ? »

DNA-DNA - Courrier de lecteur - Alsace Bossue (18/01/2017)

 

Photos extraites des DNA

Photos extraites des DNA

Publié dans Point de vue, Environnement

Commenter cet article

Agnès Robert 19/01/2017 06:34

Il y en a vraiment qui ne savent plus comment polluer encore plus... Déjà que le "traditionnel" sapin de Noël est une aberration écologique visant à faire sans éthique aucune du fric facile sous prétexte du prétendu et ici factice bonheur des gosses... Il était plus qu'inutile d'en rajouter.
Mais dans un monde sans convictions douces et généreuses nourri d'images et de "sensationnel" traficoté, on se la joue surenchère de l'aberration...

Martina 18/01/2017 20:28

Chaque année je m'énerve quand je lis les articles des communes qui organisent une petite fête pour brûler les sapins de Noël devenus inutiles, alors qu'ailleurs on les recycle. Mes derniers sapins que j'ai achetés pour Noël, étaient toujours en pot pour être replantés et sont devenus de grands sapins au fil du temps. Un sapin coupé est un gâchis pour moi (ça n'engage bien-sûr que moi).
Et autre bon point pour Wissembourg, leur grand sapin est en général un sapin récupéré à un endroit où il devait être supprimé pour diverses raisons.

J. P. 18/01/2017 19:46

Et si pour une fois on faisait un cadeau à nos "amis" les...chasseurs ? ... leur déposer dans un mirador (pied en avant...) ou devant la porte de leur refuge ? Plus il y'en aurait et plus notre reconnaissance serait grande . Question subsidiaire : la crémation in situ poserait-elle problème ..?

Charles 18/01/2017 17:34

un arrêté préfectoral interdit bien toute incinération de déchets végétaux ! Que font les autorités ? À Wissembourg les sapins sont collectés par la municipalité pour être recyclés.

Christine ALAIN 18/01/2017 16:54

A Paris, plutot que d'abandonner tristement son sapin sur le bord d'un trottoir, on peut le déposer dans certains jardins publics. La mairie les récupère pour en faire du compost !

Jean-Jacques 18/01/2017 16:35

Vu dans les pages de Sarre-Union des DNA d'aujourd'hui : " Un premier brûle-sapins pour les familles sinistrées " " Une urne avait été disposée sur place afin de récolter les dons des habitants. Cette année, ce sont des personnes extérieures à l’association qui ont proposé les bénéficiaires de ces dons. Il s’agit des deux familles de la Villeneuve dont les habitations ont subi un incendie dans la nuit du 16 au 17 décembre dernier ".

Moi, je trouve ça d’assez mauvais goût !

Martial P. 18/01/2017 16:28

Je constate que pour justifier ces pratiques, on les organise de plus en plus souvent au bénéfice d’une quelconque œuvre caritative : ça permet de mieux faire passer la pilule…

Mariette Nonnenmacher 18/01/2017 16:25

Voilà une pratique qui me révolte également : dans mon village, la municipalité vient d’éditer et de distribuer le bulletin municipal !
En page une il est rappelé que tout brûlage de végétaux est interdit ! Page trois : grosse " pub " sur le " brûle-sapins " organisé par les pompiers locaux !
Chercher l’erreur !

Personnellement, j’ai des difficultés respiratoires et ne comprends pas cette nouvelle " tradition " qui ne fait qu’ajouter à la pollution ambiante : on n’a vraiment pas besoin de ça !

karin 18/01/2017 16:09

Bravo Jean-Louis ! je ne comprends non plus cette " activité ".

Jean-Louis 18/01/2017 16:48

Que faire de son sapin après Noël

Lorsque les fêtes sont terminées, il faut se débarrasser du sapin... Mais qu'en faire ? Différentes solutions s'offrent à nous selon l'endroit où l'on habite.

• La plupart du temps, on peut emmener le sapin naturel à la déchetterie où il sera composté, transformé en copeaux de bois ou en bois de chauffage. Le sapin artificiel peut quant à lui être déposé avec les ordures ménagères ou à la déchetterie.

• Dans certaines communes, des opérations de collecte des sapins de Noël sont organisées afin d'éviter d'en trouver sur la voie publique et dans les ordures ménagères :

A Rennes métropole : on peut amener son sapin dans l'une des 17 déchetteries ou l'une des 5 plateformes de déchets verts de l'agglomération, où il sera transformé en compost ou broyat. Pour ceux qui disposent d'une collecte de déchets verts à domicile, il est possible de déposer son sapin devant chez soi le jour de la collecte.

A Vannes agglomération : ramassage des sapins de Noël les mercredis 5 et 12 janvier par les services techniques de la ville. Les sapins sont à déposer devant chez soi par les habitants et les commerçants la veille au soir de la collecte.

A Paris : opération « Recyclage des sapins de Noël du 27 décembre 2010 au 23 janvier 2011. 95 points de collecte vont être installés dans les parcs et jardins publics de la capitale, pour les sapins naturels sans sacs, non floqués et non décorés. Ils vont être transformés en broyats puis utilisés comme paillage ou compost pour les massifs des espaces verts de la ville.

A Montpellier : la communauté d'agglomérations propose aux particuliers de rapporter leur sapin du 26 décembre 2010 à la fin janvier 2011 à la déchetterie ou la station de compostage en échange de 50 litres de compost.

Dans la commune de Decines, près de Lyon : donne rendez-vous à tous les intéressés au Bois de Noël le 8 janvier 2011 partir de 9h. Les visiteurs seront accueillis avec un petit déjeuner et pourront, avec l'aide de matériel et de jardiniers de la commune, replanter leur sapin en bonne santé et repartir avec une jacinthe qu'ils auront eux-mêmes plantés.

• Le ramener à IKEA s'il a été acheté là-bas, en échange d'un bon d'achat de 19 € et 1 € versé à l'Office National des Forêts, pour qu'il y soit composté.

• Le replanter dans le jardin si c'est un sapin en pot.

• En faire du compost chez soi.

Extrait de : EISENIA http://www.eisenia.coop/actualites/sapin-de-noel/

Quoi qu’il en soit, le brûler est certainement la plus mauvaise solution de toutes !